Projet de thèse

Ce qui suit est une version très abrégée de mon projet de thèse. Ce texte est bien sûr soumis aux mêmes conditions de partage que le reste du carnet.

Métadiscours polémiques
Les dénominations liées au genre, aux sexualités et au féminisme

– Projet de thèse sous la direction de Marie-Anne Paveau, Paris 13 –

1. Projet de recherche

Mon projet de recherche s’inscrit dans le cadre d’une analyse du discours (désormais AD) ouverte sur les études argumentatives, la folk linguistics et l’éthique du discours. Il se concentre sur les métadiscours polémiques autour des dénominations liées au genre, aux sexualités et au féminisme dans le cadre de polémiques sociales impliquant essentiellement des acteurs/locuteurs ordinaires (non-linguistes) et portant, de manière générale, sur l’enjeu de l’égalité des sexes. On considérera que cet enjeu recouvre les questions liées aux sexualités et aux représentations attachées à la différence des sexes.

Je m’intéresse à la manière dont les locuteurs commentent, argumentent et débattent au sujet des dénominations qu’ils emploient, en partant de l’hypothèse que ces métadiscours polémiques prennent une place centrale dans les débats de société liés à l’égalité et permettent de mieux en saisir les enjeux. Par exemple, dans la controverse sur le genre que l’on observe en France depuis 2011, la formule (Krieg-Planque 2009) théorie du genre tient une place importante dans le débat. Elle suscite des discours sur la propriété de son emploi, son origine et l’existence de son référent, et peut être considérée à la fois comme un objet de discours incontournable et comme productrice de positionnements discursifs (Maingueneau 2009 : 100-101). Étudier les métadiscours sur la formule doit donc permettre de comprendre son rôle dans la controverse et dans ce que l’on peut appeler le discours anti-genre, mais aussi, plus largement, les enjeux de la controverse. Avec les débats autour du projet de loi « Mariage pour tous », les métadiscours polémiques portent également sur des dénominations telles que genre/gender, théorie du genre, égalité, homophobie, homoparentalité ou encore mariage.

Ils s’inscrivent en outre dans une démarche que j’appelle militantisme lexical. Celui-ci peut se définir provisoirement comme un ensemble de pratiques d’ordre linguistique et métalinguistique qui, à travers des stratégies et procédés divers (métadiscours critiques, néologisation, resignification, réappropriation, féminisation), mettent en avant le caractère politique du langage et le poids des normes dans le discours, et manifestent un certain nombre de savoirs, d’attitudes et de croyances à l’égard du langage. Ces pratiques peuvent avoir pour objectif de nommer un référent nouvellement identifié et jusque-là sans nom (mansplaining, slut-shaming, transphobie, familiphobie), d’introduire une nouvelle dénomination pour un référent déjà nommé en langue (travail du sexe pour prostitution) ou encore de désactiver la charge insultante d’une appellation en se la réappropriant (pute, salope, gouine, folle). La problématique du militantisme lexical recouvre donc celles de la police lexicale (Cameron 1995), de la morale lexicale (Moirand et Porquier 2008, Paveau 2013), de l’idéologie et de l’imaginaire linguistiques (Joseph et Taylor 1990, Houdebine-Gravaud 2002) mais aussi du politiquement correct (Cameron 1995, Paveau 2013).

Outre l’actualité des polémiques liées au genre, aux sexualités et au féminisme, le choix d’étudier des dénominations liées à ces trois domaines se justifie par des raisons épistémologiques. Le concept de dénomination a en effet donné lieu à un corpus théorique important dans les études féministes et queer et, simultanément, à de nombreuses analyses spontanées ainsi qu’à une intense activité dénominative militante.

2. Méthodologie

Les métadiscours qui m’intéressent sont inséparables des enjeux sociaux liés aux débats sur le genre, les sexualités et le féminisme. C’est pourquoi l’AD, qui refuse de séparer les énoncés des « lieux sociaux qui les rendent possibles et qu’ils rendent possibles » (Maingueneau 2009 : 19), peut constituer un observatoire privilégié, à condition d’intégrer dans l’analyse les apports théoriques et méthodologiques des études de genre et des théories féministes. C’est ce que je tente de faire, par exemple, dans mon travail autour des métadiscours polémiques liés à la violence verbale genrée dans le rap français (Husson à par. 2014).

Mon projet, portant sur un corpus de discours contemporains essentiellement francophones, privilégie une approche lexicographique et lexicologique (Née et Veniard 2012) de la dénomination, entendue à la fois comme acte (on parlera alors de nomination – cf. Siblot 1997) et forme en langue, et des processus de typification, figement / défigement, emprunt, traduction. Il adopte également une perspective pragmatique nourrie notamment par les théories linguistiques féministes et queer anglophones, que nous intégrerons dans notre cadre d’analyse. Ces dernières me permettront d’aborder notamment les problèmes de l’agentivité linguistique (linguistic agency – cf. Butler 2004 [1997], 2005 [1990]), de la resignification et de la réappropriation (de l’insulte notamment – cf. Paveau 2013), ainsi que de la neutralisation et de la féminisation langagières et discursives (Houdebine-Gravaud 1998, Abbou 2011).

Les sites de presse, les sites et blogs militants et de recherche ainsi que les réseaux sociaux constitueront des lieux d’investigation privilégiés. Je fais le choix d’un corpus tiré d’internet pour trois raisons principales. D’abord, Internet, et le web en particulier, constituent un lieu d’intense circulation des discours militants, de débats et de polémiques. De plus, il s’agit d’un lieu ouvert aux locuteurs non-experts ou non-accrédités ; or j’adopte une perspective non-éliminativiste par rapport aux discours spontanés sur la langue (Paveau 2008). Enfin, Internet autorise une lexicalisation ou un rejet rapide des dénominations : le processus d’installation des mots du lexique s’en trouve ainsi accéléré, de même que d’autres phénomènes langagiers comme les emprunts ou les stéréotypes.

3. État de l’art

3.1 AD française et théories linguistiques féministes et queer

L’abondant corpus anglophone de linguistique féministe et queer a été peu traduit en France, malgré des échanges actifs, notamment entre France et Etats-Unis. Ainsi, le domaine gender and language n’existait pas en tant que tel en France jusqu’à une date très récente (Chetcuti et Greco 2012) et il est très peu investi par les chercheurs et chercheuses en AD (Marignier à par. 2014).

3.2 Discours sur la langue : perspectives existantes

Les questions que soulève la linguistique « populaire », ou folk linguistique, sont généralement abordées dans le champ francophone sous d’autres étiquettes et dans des perspectives différentes de celles de la folk linguistics (Niedzielski et Preston 2000, Achard-Bayle et Paveau 2008). G. Achard-Bayle et M.-A. Paveau distinguent deux orientations théoriques « intensément traversé[e]s par les questions de la linguistique populaire » : d’une part, le domaine du « méta », qui regroupe la linguistique du système (Rey-Debove 1978), la théorie de l’énonciation et de la reformulation (Authier-Revuz 1995, Authier-Revuz, Doury et Reboul-Touré 2003) et la didactique de la langue ; d’autre part, les travaux sociolinguistiques s’occupant des normes et des représentations. Ces derniers m’intéressent dans la mesure où la question de la norme est centrale dans les métadiscours étudiés. Il faut distinguer les travaux sociolinguistiques portant sur l’« imaginaire linguistique » (Houdebine-Gravaud 2002) et sur l’idéologie linguistique (Joseph et Taylor 1990). L’imaginaire linguistique, concept théorisé par A.-M. Houdebine-Gravaud, concerne les croyances, attitudes et évaluations des individus à l’égard de la langue, dans une perspective issue de la psychanalyse lacanienne. Le concept doit permettre de rendre compte de l’interaction entre normes objectives et subjectives dans les conceptions linguistiques des individus, exprimées, et donc en partie repérables, dans des métadiscours. Le concept d’idéologie linguistique est quant à lui issu de la language ideology théorisée dans le cadre de la sociolinguistique anglo-saxonne. La perspective n’est cette fois plus individuelle mais collective : pour ce qui concerne la recherche en France, il s’agit, dans le domaine de l’anthropologie linguistique surtout, de rendre compte des politiques linguistiques et des hiérarchies entre les langues (Canut 2000).

3.3 Dénomination, métadiscours et conflit : approches lexicales

Bien que le domaine du métalangage d’une part, et celui de l’argumentation polémique d’autre part, soient des champs de recherche très actifs, les métadiscours polémiques sur des dénominations n’ont jamais été étudiés, en tant que tels, dans la perspective que nous proposons. On peut cependant citer plusieurs types de travaux, fondés sur des orientations méthodologiques et théoriques très diverses et par rapport auxquels notre étude devra se situer.

E. Née et M. Veniard évoquent un « renouveau par la sémantique » de l’« Analyse du Discours à Entrée Lexicale » (A.D.E.L), définie par J.-B. Marcellesi en 1976 (Née et Veniard 2012). Parmi les caractéristiques de ce « renouveau », je retiens aussi l’axe d’analyse énonciatif, qui s’attache à « la manière dont le discours et ses fonctionnements (circulation, commentaires métalinguistiques/-discursifs, dialogisme) sont partie prenante de la construction discursive des événements sociaux » (ibid. : 19). Le concept de « formule » (Krieg-Planque 2009), me sera ainsi particulièrement utile pour rendre compte de l’émergence, du figement et des caractéristiques discursives d’un syntagme comme théorie du genre, mais aussi de son caractère polémique, indissociable de son fonctionnement comme référent social, qui constitue un autre trait définitionnel du concept.

On peut aussi citer les travaux de F. Sitri (2003) sur les « objets de discours » ainsi que ceux de R. Micheli. La première, à partir d’un corpus de situations trilogales orales, peut servir à appréhender les métadiscours polémiques portant sur les mots dans la perspective de la construction, en interaction, de l’objet du conflit. Elle analyse notamment des commentaires suscités par l’acte de nomination, portant sur le mot de l’autre, la nomination de l’autre ou encore des nominations concurrentes. Cependant, elle ne met pas l’accent sur l’aspect polémique de ces métadiscours mais au contraire sur leur dimension collaborative et l’opération de négociation nécessaire à l’émergence de l’objet de discours. En revanche, les travaux de R. Micheli, situés au carrefour de l’argumentation, du métalangage et de la communication politique, portent sur ce qu’il appelle des « querelles de mots » (2013). Il s’intéresse donc à la mise en avant du mot comme « objet du désaccord » et à l’argumentation, par les acteurs politiques, pour ou contre l’usage de ce mot.

3.4 Appréhender la « morale lexicale » (Paveau 2013)

La morale lexicale fait partie intégrante du militantisme lexical tel qu’il a été défini plus haut. Elle intervient dans les métadiscours polémiques sur des dénominations sous la forme d’évaluations sur la « justesse » et le caractère « propre » (approprié) de telle ou telle lexie. La notion de « responsabilité énonciative », théorisée surtout par S. Moirand, concerne le locuteur comme source de la parole et responsable de l’acte de nomination. Elle peut permettre en cela de rendre compte de certains jugements portés sur l’usage d’une dénomination par un locuteur tiers (Moirand 2006, Moirand et Porquier 2008). M.-A. Paveau propose, quant à elle, la notion de « vertu discursive », plus tournée vers les environnements et les cadres interactifs des discours et dont elle voit la manifestation dans des « événements discursifs moraux » (2013 : 162). Moins directement articulée à la nomination, cette notion peut permettre d’envisager les mots du corpus dans leur interaction avec toutes les unités du discours (perspective non-paradigmatique) et leur articulation avec les autres dimensions de la discursivité (Née et Veniard 2012 : 25).

Bibliographie indicative

ABBOU Julie, 2011, L’Antisexisme linguistique dans les brochures libertaires : Pratiques d’écriture et métadiscours, thèse de doctorat [en ligne], consulté le 13/01/2014, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00643802.
ACHARD-BAYLE Guy et PAVEAU Marie-Anne (éds), 2008, Pratiques, 139-140, Linguistique populaire ?
AUTHIER-REVUZ Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 2 tomes.
AUTHIER-REVUZ Jacqueline, DOURY Marianne et REBOUL-TOURE Sandrine (dir.), 2003, Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.
BUTLER Judith, 2004 [1997], Le pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. C. Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam.
__, 2005 [1990], Trouble dans le genre, trad. Cynthia Kraus, Paris, La Découverte.
CAMERON Deborah, 1995, Verbal Hygiene, Londres et New York, Routledge.
CANUT Cécile, 2000 « Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours ‘épilinguistique’ », Langage et société, 93, p. 71-97.
CHETCUTI Natacha et GRECO Luca (éds), 2012, La face cachée du genre : Langage et pouvoir des normes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.
JOSEPH John E. et TAYLOR Talbot J. (éds), 1990, Ideologies of Language, Londres, Routledge.
HOUDEBINE-GRAVAUD Anne-Marie, 2002, L’Imaginaire linguistique, Paris, L’Harmattan.
HUSSON Anne-Charlotte, 2014, « Genre et violence verbale. Le cas de ‘l’affaire Orelsan' », Pratiques.
KRIEG-PLANQUE Alice, 2009, La notion de formule en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.
MAINGUENEAU Dominique, 2009, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.
MARIGNIER Noémie, à par. 2014, « Nommer les variations du développement sexuel : problèmes éthiques », Cahiers de praxématique.
MICHELI Raphaël, 2013, « Les querelles de mots dans le discours politique : modèle d’analyse et étude de cas à partir d’une polémique sur le mot ‘rigueur’ », Argumentation et Analyse du discours [en ligne], consulté le 10/01/2014, http://aad.revues.org/1446.
MOIRAND Sophie, 2006, « Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnements sur les observables et les catégories d’analyse », Semen, 22, p. 45-59.
MOIRAND Sophie et PORQUIER Rémy, 2008, « De l’éthique de la nomination à l’éthique de l’interprétation : autour du mot ‘otage’ et de quelques autres », dans R. Delamotte-Legrand et C. Caitucoli (dir.), Morales langagières. Autour de propositions de recherche de Bernard Gardin, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, p. 139-153.
NEE Emilie et VENIARD Marie, 2012, « Analyse du discours à entrée lexicale (A.D.E.L.) : Le renouveau par la sémantique ? », Langage et société, 140, p. 15-28.
NIEDZIELSKI Nancy A. et PRESTON Dennis R., 2000, Folk Linguistics, Berlin et New York, De Gruyter.
PAVEAU Marie-Anne, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
__, 2008, « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativiste des théories folk », Pratiques, 139-140, p. 93-110.
REY-DEBOVE, Josette, 1978, Le métalangage. Etude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert.
SIBLOT Paul, 1997, « Nomination et production de sens : le praxème », Langages, 31/127, p. 38-55.
SITRI Frédérique, 2003, L’objet du débat. La construction des objets de discours dans des situations argumentatives orales, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.