Théorie du genre et théorie de l’évolution: analogies et stratégies discursives

Comparisons are odorous. (Shakespeare, Much Ado About Nothing)

L’analogie entre théorie du genre et évolutionnisme est fréquemment utilisée dans les débats autour du genre dans l’espace public français entre 2011 et 2014. Elle mobilise, de façon fondamentale, deux autre couples de notions qui sont aussi des antithèses bien installées depuis les Lumières, à savoir science / croyance, religion et science / politique, idéologie. Bien que ma thèse porte sur les commentaires métalinguistiques / métadiscursifs au sein des débats sur le genre, la récurrence de cette analogie mais aussi ses usages variés, parfois contradictoires, m’ont poussée à y regarder de plus près. C’est l’objet de ce billet, qui utilise, au sein du champ de l’argumentation, l’analyse et le classement des types d’analogie proposés par Plantin (2011). Je vais d’abord me pencher sur ce cadre méthodologique pour ensuite proposer une analyse de quatorze énoncés tirés de mes données.

1. Etudier l’analogie en discours dans une perspective argumentative

Dans un article intitulé « Analogie et métaphore argumentatives », Plantin résume les enjeux bien connus de l’utilisation argumentative de l’analogie (je laisse de côté la métaphore et son fonctionnement analogique). Il se penche d’abord sur ses marques discursives (ou leur absence) pour ensuite répartir les types d’analogies entre analogie catégorielle, proportionnelle (de proportion, de relation) et structurelle (de forme, isomorphisme). Les formes étudiées n’ont en elles-mêmes rien de nouveau mais la classification qu’il propose me sera utile pour analyser le fonctionnement discursif de l’analogie théorie du genre / théorie de l’évolution en contexte polémique. On peut expliciter ces trois types comme suit:

    Analogie catégorielle: A et B sont des objets appartenant à la même catégorie.
    Analogie proportionnelle: A est à B ce que C est à D. Il s’agit d’une analogie entre deux relations (la relation entre A et B est rapprochée de celle entre C et D).
    Analogie structurelle: elle rapproche cette fois deux systèmes partageant une même structure. Ce type d’analogie combine les deux premiers et « repose sur un nombre a priori infini d’objets ainsi que de leurs relations ».

De manière globale, je considérerai que l’analogie qui m’intéresse appartient à ce dernier type, ce que j’exprime ainsi: le système [genre] est rapproché du système [évolution]. Cela implique notamment que les relations qui valent pour l’un valent pour l’autre, et vice-versa. Plus spécifiquement, deux domaines sont mis en jeu, non pas pour établir leur ressemblance (celle-ci est posée dès le départ) mais pour déterminer un certain nombre de rapports entre eux. Le domaine problématique, celui qui est questionné, est le domaine [genre]: on l’appellera CIBLE. Le domaine [évolution], lui, est le domaine RESSOURCE. C’est ce dernier qui sert d’argument, c’est sur lui que le locuteur s’appuie pour persuader l’allocutaire. Il sert de modèle et permet de tirer des conclusions quant au domaine CIBLE.

Les statuts respectifs des deux domaines peuvent être envisagés / utilisés de plusieurs façons; je ne retiens que celles qui m’intéressent. D’abord, il y a l’enjeu épistémique: le domaine RESSOURCE est mieux connu que le domaine CIBLE, qu’il s’agit justement d’examiner; le premier a donc une fonction heuristique. Il y a aussi, et c’est le plus important en contexte polémique, un enjeu de légitimité: le domaine RESSOURCE peut être utilisé soit pour légitimer, soit pour délégitimer le domaine CIBLE.

Mon objectif n’est pas d’établir la validité ni la pertinence de l’argument par analogie et de son utilisation dans mon corpus. Je m’intéresse essentiellement à deux choses:

    – l’utilisation qui est faite d’une même analogie pour des visées argumentatives opposées;
    – cela, dans la perspective d’une activité argumentative « ordinaire », non-savante, à visée polémique. Plantin souligne d’ailleurs que, si « l’analogie donne à penser » mais « ne prouve rien », « il en va tout autrement dans le cas de l’analogie argumentative ordinaire […]. »

2. Corpus

Je m’appuie pour cela sur un petit corpus composé de quatorze énoncés tirés de mes données de thèse. Ils ont tous été produits entre 2011 et 2014 et directement en ligne (ils sont donc « web-native », originaires du web); 12 sont tirés de blogs, 2 de Twitter. Dans la perspective de l’analyse du discours numérique, je prends en compte pour les blogs à la fois le billet et les commentaires, considérés comme une expansion du billet.

Sur ces 14 énoncés, et de façon caricaturale (les choses ne sont pas forcément aussi tranchées), 6 sont produits par des locuteurs « anti-genre », le reste par des locuteurs « pro-genre » (il serait plus juste de dire qu’ils s’opposent au discours anti-genre).

3. Analyse

Plantin explique que « l’opération argumentative [en ce qui concerne l’analogie] consiste à attirer l’attention du douteur sur le fait que ‘si les domaines sont analogues, alors leurs éléments correspondants le sont' ». Mais les locuteurs sélectionnent justement ces éléments en fonction de leurs visées argumentatives, ce qui peut donner lieu à des utilisations très différentes, et parfois contradictoires, d’une même analogie.

J’ai déjà expliqué que je considérais cette dernière comme une analogie structurelle, c’est-à-dire une analogie « entre deux systèmes complexes partageant une même structure ». Il faut cependant établir des distinctions au sein de cet ensemble, qui regroupe à la fois analogies catégorielle et proportionnelle. Certains énoncés, en effet, mobilisent l’une plus que l’autre, ce qui conduit aussi à une utilisation différenciée des relations entre les domaines CIBLE [genre] et RESSOURCE [évolution], mais aussi entre science et croyance ainsi que science et idéologie.

3.1 Analogie catégorielle et argumentation a pari

Elle permet de mobiliser deux arguments absolument contradictoires:

– 1er argument: le genre est comme l’évolution.

tweet effacé_scutbanter

Le premier tweet constitue un commentaire métadiscursif sur le signe théorie du genre, commentaire signalé et compréhensible uniquement grâce à l’utilisation du hashtag #théoriedugenre. L’analogie mise en place se fonde sur le terme « théorie » – comme dans le deuxième tweet, qui cette fois ne repose plus sur une mise en relation interdiscursive mais sur la mise en parallèle de deux énoncés à travers la reprise pronominale (« la sienne »). Dans ces deux exemples, l’analogie entre les domaines [genre] et [évolution] est justifiée par leur appartenance à une même catégorie, « théorie ».

A travers la mise en relation des deux domaines, c’est donc la légitimation de la CIBLE [genre] qui est recherchée. Il s’agit là d’une argumentation dite a pari , qui repose sur l’idée que deux cas semblables doivent subir des traitements analogues. Les locuteurs font donc en quelque sorte appel à la « règle du précédent »: si deux situations sont identiques, on doit traiter la seconde sur le modèle de la première. La validité du domaine [évolution] étant indiscutable, l’analogie a, outre une visée légitimante, une visée explicative, comme dans cet article d’Anthony Favier:

Capture d'écran 2015-05-12 18.24.01

ou dans ce commentaire d’un article publié sur mon blog:

Capture d'écran 2015-05-12 18.28.18

– 2ème argument: Le genre est comme le créationnisme.

Cet argument n’apparaît qu’une fois dans mon corpus. L’objectif est cette fois, évidemment, inverse: il s’agit de délégitimer le domaine CIBLE [genre] par le recours à un autre domaine RESSOURCE, dépendant de [évolution] par une relation d’opposition: [créationnisme]. L’exemple se trouve dans un commentaire d' »Albatros » à cet article:

Capture d'écran 2015-05-12 18.32.02

3.2 Analogie proportionnelle

Elle semble être privilégiée par les locuteurs anti-genre. Je distingue cette fois non pas deux arguments mais deux types de parallèles.

    – 1er parallèle: il concerne les rapports entre science et non-science. L’objectif est ici de délégitimer la CIBLE [genre] par le recours au domaine RESSOURCE [créationnisme], envisagé toujours dans son rapport avec l’évolutionnisme. L’exemple suivant est tiré d’un article anti-genre publié sur un site féministe:

Capture d'écran 2015-05-12 18.43.46

On peut voir ici une forme d’analogie proportionnelle à deux termes: le genre est à X ce que le créationnisme est à la théorie de l’évolution. En contexte, on comprend que X correspond à l’analyse féministe radicale de la domination patriarcale.

    – 2ème parallèle: entre une avancée scientifique et l’opposition à cette avancée, ou son avatar idéologique. Mais ce parallèle peut, à son tour, être utilisé de deux manières opposées:

      – Légitimation de CIBLE [genre] par RESSOURCE [évolution vs créationnisme], comme dans cet article de Denis Colombi. A nouveau, et encore une fois en vue de légitimer le genre, la justification de l’analogie se fait via le terme « théorie »:

Capture d'écran 2015-05-12 18.49.55

      – délégitimation de CIBLE [genre] par RESSOURCE [créationnisme vs évolution], comme dans ce commentaire publié sous l’article de Denis Colombi:

Capture d'écran 2015-05-12 18.52.47

Cette fois, l’analogie proportionnelle est « poussée jusqu’au bout », comme l’écrit ce commentateur, afin d’établir un autre rapport, entre darwinisme scientifique et social/idéologique d’un côté et utilisation scientifique / idéologique du genre de l’autre.

Conclusion

On l’a vu, une même analogie (l’identité se situant à la fois sur le plan thématique et le plan formel) peut donc être utilisée dans des buts très différents, voire opposés. Les locuteurs, en fonction de leur positionnement discursif, exploitent différents objets relevant des deux domaines et différents types de ressemblances entre ces deux domaines. En outre, malgré sa fréquence, cette analogie ne semble pas être identifiée par les locuteurs comme un topos dans l’espace discursif que constituent les débats sur le genre. Les commentateurs des billets cités apprécient l’analogie, notamment pour son utilité pédagogique.

Ces exemples de mobilisations de l’analogie permettent enfin de comprendre la centralité, dans le débat, des couples notionnels antithétiques science / croyance et science / idéologie; les locuteurs tentent d’ailleurs souvent de faire bouger les lignes de ces oppositions, allant même jusqu’à des analogies qui peuvent sembler a priori contre-intuitives, comme dans les commentaires à cet article hostile au genre. Ces deux derniers exemples montrent, il me semble, les limites de l’analogie proportionnelle, plus ou moins facilement réfutable:

Capture d'écran 2015-05-12 19.03.42

La même commentatrice développe plus loin:
Capture d'écran 2015-05-12 19.04.51

Références
DOUAI-SOUBLIN Françoise, 1987, « La contre-analogie. Réflexion sur la récusation de certaines analogies pourtant bien formées cognitivement », G.T.A. Recueil de textes ndeg.10, en ligne.
PAVEAU Marie-Anne, 27 décembre 2012, « Un Dictionnaire d’Analyse du Discours Numérique (DADN) », Technologies discursives, [Carnet de recherche], en ligne.
PLANTIN Christian, 2011, « Analogie et métaphore argumentatives », A contrario 2/2011 (n° 16), p. 110-130, en ligne.

Références des exemples cités
Scutbanter, @scutbanter, « L’évolution aussi est une théorie, les gars. Mais visiblement vous êtes passés au travers. #théoriedugenre #ump », date?, tweet.
Erwan, @ErwanDeLyon, « La #manifpourtous contre la #théoriedugenre: Darwin inquiet pour la sienne. », 5 mai 2013, tweet.
BARDE Cyril, 12 avril 2013, « Quand l’UNI observe la ‘théorie du genre' », Genre!, [Blog], en ligne.
CARDOSO-CANELAS M.A., 19 juin 2013, « Rhyzomes genrés : propos sur une théorie qui n’existe pas. Première partie », Dum volvitur orbis, [Blog], en ligne.
COLOMBI Denis, 10 juin 2013, « J’enseigne le genre. Et je continuerai à le faire », Une heure de peine, [Blog], en ligne.
DAYRAS Michèle, 20 août 2011, « Le « Gender » à l’américaine – Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal », Sisyphe, [Blog], en ligne.
FAVIER Anthony, 9 mai 2012, « La querelle autour des nouveaux manuels scolaires de biologie (XI). ‘La théorie du genre n’existe pas' », Penser le genre catholique, [Blog], en ligne.
Incarnare, 12 septembre 2014, « La caricature, genre du moment », Cahiers libres, [Blog], en ligne.

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "Théorie du genre et théorie de l’évolution: analogies et stratégies discursives," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 13/05/2015, consulté le 27/06/2017, https://cursives.hypotheses.org/87. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Clementine dit :

    Très, très, TRES intéressant cet article Anne-Charlotte! merci!

    je retrouve un certain nombre d’analogies de ce type dans ma propre recherche, en particulier l’analogie intelligence/ force physique, pour justifier – ou pas – les groupes de niveau en éducation. Ca m’éclaire sur la méthodologie à utiliser si je voulais les étudier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *