Généalogies polémiques du genre (2): la « théorie du genre », un principe explicateur anhistorique

L’association entre Kinsey et le genre, que j’ai longuement développée dans mon précédent billet, est révélatrice du rôle donné à la « théorie du genre ». Quand Kinsey rédige ses fameux rapports, le terme gender n’a encore jamais été employé dans le sens de dimension psychique du sexe (c’est le sens que lui donneront quelques années plus tard des médecins comme Money et Stoller). Kinsey étant mort en 1956, il n’a pas pu participer à l’invention du concept de genre. L’Institut Kinsey, créé en 1947, s’appelle bien aujourd’hui « Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction », mais il s’agit d’une appellation relativement récente. En 1981, « The Institute for Sex Research » devient « The Kinsey Institute for Sex Research »; peu après, pour refléter l’expansion de ses objets de recherche, il prend son nom actuel (cf la page Wikipédia sur l’Institut).

Depuis les années 1990, la « théorie du genre » a pris le rôle non seulement d' »ennemi principal » pour l’Eglise catholique (l’expression est de Romain Carnac), mais aussi d’explication totalisante de nombre des méfaits du monde contemporain. L’une de mes hypothèses de recherche est que l’émergence de ce nouvel ennemi dans les années 1990 est destinée à combler en partie le manque causé par l’effondrement de l’idéologie communiste, cible facilement identifiable pendant des décennies. La « théorie du genre » en vient à jouer un rôle de principe explicateur anhistorique, si bien que son influence est constatée a posteriori sur des événements survenus à des époques où le concept n’avait même pas été inventé; cette invention en deviendrait presque un détail dans la longue histoire de la « théorie du genre ». Cela permet d’appliquer l’étiquette « théorie du genre » et une explication toute prête à des faits qui avaient jusque-là étaient considérés comme indépendants de la polémique sur le genre. Je prends trois exemples pour illustrer cette association.

(Remarque: le site DoNotLink ne marche plus chez moi depuis quelque temps, je me vois donc forcée de partager les vraies URL.)

Kinsey et le genre, bis

Une vidéo en allemand sur Kinsey est publiée en 2010 par Panorama-film, qui se présente comme produisant des films « moraux ». La vidéo mêle extraits d’archives et interviews d’experts pour dénoncer les méfaits et l’amoralité de Kinsey, à une époque où le polémique sur le genre n’avait pas encore éclaté. Elle est republiée en 2014 sur YouTube, avec un doublage en français, et cette fois sous le titre « Genèse de la théorie du genre, Alfred Kinsey ». Le contenu est le même, mais ce qui était décrit en 2010 « seulement » en termes de pédophilie et d’immoralité est désormais réuni sous le mot-argument « théorie du genre ».

« Théorie du genre » et féminisation des noms de métier

Le deuxième exemple concerne une énième résurrection, en 2014, de la polémique sur la féminisation des titres et des noms de métier, à l’occasion d’un échange à l’Assemblée Nationale. Alors que Sandrine Mazetier préside la séance, le député Julien Aubert commence un discours en s’adressant à elle par un « Madame le président ». Il est repris à plusieurs reprises par Mazetier, qui corrige son adresse en « Madame la présidente », mais refuse d’obtempérer, ce qui mène à un incident et, plus tard, à une sanction prononcée contre Aubert. Il se défend en invoquant l’influence de la « théorie du genre », un argument repris notamment par l’ « Observatoire de la théorie du genre », qui voit dans le refus du député une résistances aux « ukases de la théorie du genre ».

La polémique sur la féminisation des titres et des noms de métier est loin d’être nouvelle. Elle émerge en France sur le plan politique dans les années 1990, notamment avec la décision du gouvernement Jospin de féminiser le titre de « ministre » quand il s’appliquait à des femmes. Les débats sur ce sujet, étudiés notamment par Houdebine et Khaznadar, ont toujours été enflammés, mais l’incident de 2014 marque un virement : c’est la première fois que la revendication de féminisation est décrite comme une marque de l’influence de la « théorie du genre ». Cela invite à relire sous le signe de cette association tous les débats ayant précédé, alors que le terme de « genre » n’y était même pas forcément mentionné et que l’ennemi « théorie du genre » n’avait pas encore été identifié.

Des généalogies plus ou moins farfelues

L’auteur d’un article qui se présente lui-même comme un « aperçu historique » fait remonter la « Gender Theory » à… la Genèse (je n’ai pas réussi à comprendre comment ni pourquoi). Il passe ensuite en revue ce qu’il considère comme des exemples historiques de perversion, permettant de tracer, comme un fil rouge, l’influence de la « théorie du genre » à travers les âges. Comme je l’avais expliqué dans le premier billet de cette série, cette pratique est directement associée au conspirationnisme : elle consiste à établir des connexions nouvelles entre des faits avérés afin de faire émerger des sens et des cohérences jusque-là cachés (à cause de l’action délibérée d’un ou plusieurs groupes influents). La deuxième partie de l’article est quant à elle entièrement consacrée à Freud, « personnage ambigu » et « pervers », drogué qui « passera sa vie à combattre son homosexualité ». Il est présenté comme un penseur primordial de la « théorie du genre » (qui ne pouvait décidément pas avoir été inventée par des femmes) et l’article se conclut sur cette déclaration :

Née d’une conception bizarre, la GT [Gender Theory] a sombré dans le ridicule avant et durant la Seconde Guerre mondiale, pour être (inutilement) ressuscitée à l’ère globalo-mondialiste, où tout est bon pour faire marcher le commerce.

La tournure passive (« être ressuscitée ») suggère une action secrète menée par des figures non nommées, mais il se dégage de l’ensemble de l’article que la cible de l’auteur est l’homosexualité, associée à la pédophilie. On constate d’ailleurs dans le discours antigenre une association plus ou moins implicite entre « théorie du genre » et sexualité, plus précisément homosexualité, si bien que j’en arrive parfois à me demander si « théorie du genre » n’a pas une fonction euphémisante, à une époque où il n’est plus socialement acceptable de présenter l’homosexualité comme responsable de tous les maux. De plus, il est difficile de présenter « l’homosexualité » comme agent historique et principe explicateur ; ce rôle est donc dévolu à la « théorie du genre ».

Le prochain et dernier billet de cette série sera consacré aux dates et événements fréquemment cités dans les généalogies polémiques du genre.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *