Généalogies polémiques du genre (1): généalogie et théorie du complot

Dans ce billet et les prochains, qui concerneront d’abord les généalogies du genre proposées par le discours antigenre, puis les enjeux d’une généalogie scientifique du concept, le problème semble se poser en termes aléthiques (vrai/faux). Mais s’il existe bel et bien de fausses généalogies, critiquables comme telles, il me semble cependant problématique d’affirmer qu’il en existerait une « vraie » et une seule. La généalogie est nécessairement un geste critique, mais il me semble qu’il faut dépasser l’idée de la critique comme dévoilement, comme le propose Latour, qui note que « même les sciences humaines ne sont plus le réservoir ultime qui permettrait d’enfin discerner les motifs réels sous les apparences » (1991: 65). L’image du dévoilement me paraît d’autant plus problématique pour le sujet qui m’intéresse ici qu’elle force à adopter la même métaphore que les théoricien·nes du complot, qui prétendent faire toute la vérité sur un phénomène (j’y reviens ci-dessous). La généalogie n’est donc ni dévoilement, ni positivisme, si l’on suit l’usage qu’en fait Foucault; s’il s’agit d’une analyse verticale, orientée vers le présent et permettant de comprendre les détermination historiques de notre propre régime de discours (Revel 2009), cette analyse ne doit pas prendre la forme d’une téléologie:

il s’agit en fait de faire jouer des savoirs locaux, discontinus, disqualifiés, non légitimés, contre l’instance théorique unitaire qui prétendrait les filtrer, les hiérarchiser, les ordonner au nom d’une connaissance vraie […]. Les généalogies ne sont donc pas des recours positivistes à une forme de science plus attentive ou plus exacte; les généalogies, ce sont très exactement des antisciences (Foucault 1976: 163).

Afin de comprendre la valeur argumentative et polémique des généalogies du genre dans le discours antigenre, j’aborde dans ce premier billet le lien entre geste généalogique et théorie du complot. Pour illustrer ce lien, je m’attarde sur une des figures récurrentes (et abhorrées) du discours antigenre, Alfred Kinsey.

Généalogie et conspirationnisme

L’intérêt manifesté dans le discours antigenre pour les origines du concept rejoint souvent la volonté de dévoiler les ressorts de ce qui est considéré comme un complot mondial. Je ne suis pas spécialiste du conspirationnisme mais il me semble, d’après ce que j’ai pu observer, que les théories du complot s’articulent souvent autour de moments clé, de moments de basculement, dont la signification et la portée auraient échappé à la majorité du public et dont les ramifications seraient observables jusque dans nos vies. Certains événements marquants tiennent ainsi une place importante dans les théories du complot les plus célèbres, comme l’écrasement d’un objet non identifié à Roswell en 1947, l’assassinat de Kennedy en 1963 ou les attentats du 11/9. A partir de faits certains (un objet s’est écrasé; le président a été assassiné; les tours se sont effondrées), dont l’interprétation dominante est rejetée car trop simple, les théories du complot élaborent des scénarios et significations alternatifs ayant pour but de révéler une vérité que des groupes influents (le gouvernement, certains lobbies) essaient à tout prix de dissimuler.

C’est là qu’intervient l’entreprise généalogiste: il s’agit, autour de l’événement historique avéré, de reconstituer des parcours historiques, d’assembler des faits et des dates qui, pris séparément, peuvent paraître anodins, et auxquels un sens global, une interprétation totalisante est assignée. Les théoricien·nes du complot invitent alors à relire ces faits et dates à la lumière de cette interprétation pour trouver des fils rouges et faire sens à la fois du présent et du passé.

Plusieurs éléments, dans le discours antigenre, évoquent la théorie du complot. On se souvient par exemple des rumeurs qui se propagent au début de 2014 au sujet d’un dispositif de l’Education Nationale intitulé « ABCD de l’égalité » (propagation fortement aidée par l’envoi coordonné de SMS très alarmants envoyés à des parents d’élève souvent socialement et culturellement démunis). Selon cette rumeur, l’Education Nationale forcerait les enfants, dès l’école maternelle, à parler de sexualité et à se masturber entre eux. Sous couvert d’un programme apparemment inoffensif, l’Education Nationale laisserait des homosexuels intervenir dans les écoles pour propager l’idéologie du « lobby gay ». On retrouve là l’idée d’une action organisée à vaste échelle par un lobby influent et à laquelle le gouvernement donnerait l’apparence de la légitimité.

Mais même avant cela, on observe dans le discours antigenre un effort pour dévoiler les origines (délibérément) cachées de la « théorie du genre ». C’est le cas par exemple pour une page Facebook active entre mai 2013 et novembre 2014 et intitulée « Toute la vérité sur l’inventeur des Gender Studies » (censé être le Dr John Money). Le titre de la page est en lui-même révélateur de sa dimension complotiste. Les administrateurs·trices de cette page s’appuient sur un livre du journaliste John Colapinto, paru au début des années 2000, intitulé As Nature Made Him (« Tel que la nature l’a fait »). Le livre est une à la fois une biographie de David Reimer et une violente charge contre John Money, accusé d’avoir mené sur David, quand il était enfant, une expérience inhumaine et traumatisante. Or John Money est celui qui, en 1955, parle pour la première fois de « genre » (plus précisément, il parle d’abord d' »identité de genre »). D’où le titre d' »inventeur des Gender Studies » qui lui est assigné: Money, figure controversée et trouble (il est en outre accusé de complaisance envers la pédophilie), serait le véritable inventeur des études de genre, malgré les tentatives supposées de dissimuler ces origines scandaleuses. Cette thèse est malheureusement reprise telle quelle dans plusieurs médias, dont Le Point (« L’expérience tragique du gourou de ‘la théorie du genre' ») et Le Figaro (« Théorie du genre: comment la première expérimentation a mal tourné »), qui s’engouffre de bon coeur dans la voie complotiste en parlant d' »une expérimentation souvent occultée par les disciples actuels des études de genre ».

Des noms

Trois noms se détachent de ces généalogies polémiques. Aux côtés ou à la place de Money, on trouve souvent Alfred Kinsey et Judith Butler (je note au passage qu’il semble difficile, pour beaucoup de militant·es antigenre, de croire que les théorisations du genre puissent vraiment être le fait de femmes…). La dimension complotiste étant beaucoup plus claire avec Kinsey que Butler, je me contente d’évoquer son cas et de signaler que le fait que Judith Butler est juive et lesbienne (fait souvent rappelé dans le discours antigenre) n’est évidemment pas anodin dans le rôle qui lui est assigné.

Une des figures antigenre les plus en pointe en France est Marion Sigaut. Bien qu’elle se présente comme historienne, elle ne détient en fait qu’un DEA d’histoire; c’est plutôt une essayiste d’extrême-droite, habituée de sites comme Egalité & Réconciliation (c’est une proche d’Alain Soral). Elle est présentée en 2013 par Conspiracy Watch (« Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot ») comme une personnalité de la « complosphère francophone ».  Dans une vidéo publiée en février 2014 (donc en pleine période de militantisme anti-« ABCD de l’égalité »), qui s’intitule « Kinsey: PEDOPHILIE & Révolution sexuelle & Théorie du Genre à l’école », elle présente « une série de rapports [écrits par Kinsey] qui ont complètement bouleversé l’Amérique, l’Europe et le monde ». Ces rapports, publiés dans les années 1940-1950,  auraient « déclenché ce qu’on appelle la révolution sexuelle ». On retrouve donc là l’idée d’un événement déclencheur, historique, attesté, qui aurait des ramifications insoupçonnées sur lesquelles il s’agirait de faire la lumière. Les conséquences (avérées selon Sigaut) de ces rapports seraient les suivantes:

  • « libération des femmes » (sexualité hors-mariage)
  • pilule
  • banalisation de l’avortement
  • banalisation de la pornographie, jusque-là criminalisée (« la pornographie ça date de cette époque-là »)
  • laxisme de la justice envers les délinquants sexuels
  • « irruption du mouvement gay », et dans la foulée, du « mouvement de libération des pédophiles ».

Je m’attarde surtout sur cette dernière affirmation, qui explique le titre de la vidéo, reliant Kinsey, pédophilie et « théorie du genre ». La vidéo prend soin d’associer (à travers la figure de Harry Hay, présenté comme « le père de la libération » gay) homosexualité et pédophilie. Cette association est niée, nous dit-on, mais les faits sont là: la libération homosexuelle est aussi un « mouvement de libération des pédophiles », ou en tout cas les deux marchent main dans la main (il n’est fait mention que de l’homosexualité masculine). Or Kinsey aurait été lui-même un pédophile, ayant commis des crimes sexuels sur des enfants pour obtenir ses données. De plus, nous révèle Marion Sigaut, le « vrai nom de l’Institut Kinsey » est

Institut pour l’étude du sexe, du GENRE [elle insiste] et de la reproduction. C’est-à-dire que le genre, les études de genre, fait partie de ce que promet l’Institut Kinsey, grand criminel devant l’Eternel.

La boucle est bouclée: de faits en associations et en suggestions, Kinsey devient un pédophile patenté, promoteur de l’homosexualité qu’il aurait contribué (par des manipulations statistiques) à banaliser et inventeur de la « théorie du genre ». Mais, comme toujours dans les théories du complot, un seul homme ne peut pas être responsable d’autant de méfaits. Derrière les rapports Kinsey, il faut voir l’influence de la Fondation Rockefeller, qui finance ses recherches. Sigaut s’appuie sur le témoignage d’un homme (malade du cancer, signale-t-elle, donc sûrement honnête) qui dit lui-même avoir parlé dans les années 1960 à un certain « Nick Rockefeller » qui lui aurait révélé les vraies intentions de la fondation, « extirper de l’Amérique toute sa moralité et son idéologie chrétiennes »:

Le rapport Kinsey a été financé pour briser la morale et la famille américaine. […] Il s’agit d’un plan de destruction de la morale publique. […] Le but ne peut être qu’un but de domination.

Le but de ce billet n’est pas de démêler le vrai du faux dans toutes ces affirmations; on sait de toute façon que ce type d’entreprise est considéré par les complotistes comme une preuve de plus de l’existence d’un complot. De plus, comme je le disais en introduction, mon but n’est pas de dévoiler la vérité vraie sur Kinsey et son influence; je laisse aux complotistes le vocabulaire du dévoilement et de la vérité. Il me semble en revanche important de signaler, outre la logique à l’oeuvre dans cette théorie, deux éléments.

D’abord, le pouvoir de persuasion de cette théorie vient de la façon dont Sigaut crée des associations (fanstasmées) entre des faits avérés et vérifiables (même s’ils ne le sont bien sûr pas tous). Kinsey a effectivement exercé une influence majeure sur l’histoire de la sexologie depuis le milieu du XXe siècle. En tant que tel, il est par exemple cité par Ann Oakley dans Sex, Gender and Society (1972), le livre qui permet un déplacement du concept de genre du discours médico-psychologique vers le discours féministe. Kinsey lui sert de référence tout comme Masters & Johnson, les autres incontournables de la sexologie à l’époque; elle appuie en effet son propos sur les travaux scientifique contemporains sur le sexe et le genre. Mais Kinsey sert de référence à tout le monde à cette époque, et ce n’est pas tant ses résultats que sa moralité qui intéressent ses détracteurs.

Le deuxième élément majeur concerne le rôle de principe explicateur anhistorique prêté à la « théorie du genre »; j’y consacrerai le prochain billet de cette série.

Références citées

Foucault Michel, 1977, « Cours du 7 janvier, 1976 », Dits et écrits II, Paris, Gallimard, p. 160-174.

Latour Bruno, 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Revel Judith, 2009, Le vocabulaire de Foucault, Paris, Ellipses.

 


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/03/2016

    […] à cette série, j’en ai publié une autre sur mon carnet de recherche, qui concerne, elle, ce que j’appelle les « généalogies polémiques du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *