« Mariage pour tous », « théorie du genre » et bataille sémantique

J’emploie l’expression « bataille sémantique » dans deux sens. Le premier est défini par Juliette Rennes à propos de son corpus de thèse: il s’agit d’une « lutte que suscitent les mots communs aux deux camps [d’une controverse] lorsque les débatteurs s’appliquent à faire triompher leur sens et leur définition, contre le sens et la définition antagonistes ». Elle oppose ce type de conflit à la « bataille de désignation », « lutte par laquelle, face à une même réalité qui constitue un enjeu du débat, chacun des deux camps antagonistes cherche à imposer ses dénominations contre celles de l’adversaire » (Rennes 2005: 503). En d’autres termes, le conflit porte tantôt sur le sens à donner à des expressions linguistiques partagées (comment définir l’égalité ou l’homophobie?), tantôt sur le mot même à employer (peut-on parler de « théorie du genre »? doit-on préférer « études de genre »?).

Mais « bataille sémantique » constitue également une expression métalinguistique très courante, en particulier ces dernières années, dans la linguistique folk. On en trouve des variantes synonymiques, en particulier « querelle sémantique ». Les captures d’écran ci-dessous, réalisées le 27 juillet 2015, montrent quelques exemples d’emplois glanés sur Twitter.

bataille sémantique_twitter_1
bataille sémantique_twitter_2
bataille sémantique_twitter_3

C’est plutôt le premier sens de « bataille sémantique », celui de Juliette Rennes, qui m’intéresse ici; certains exemples que je présente comportent l’expression « bataille sémantique », mais tous ont en commun un sens profane de « sémantique » que je développe dans une 1ère partie, en m’appuyant sur l’article « Glissements progressifs de ‘sémantique' » écrit par Anne Le Draoulec, Marie-Paule Péry-Woodley et Josette Rebeyrolle (2014). Les auteures se penchent notamment sur l’utilisation du terme pour décrire des conflits portant sur le choix des mots. Je présenterai ensuite un corpus de commentaires portant sur les expressions « mariage pour tous » et « théorie du genre », corpus tiré à la fois de l’article de Le Draoulec et al. et de mon propre corpus de thèse. Cela me permettra de mettre en évidence des éléments de linguistique profane, mais aussi et surtout la place occupée dans celle-ci dans des polémiques d’ordre social.

Usages profanes de sémantique

Pour les auteures de l’article cité ci-dessus, deux caractéristiques principales émergent de l’étude des usages profanes de sélantique: la dimension très majoritairement négative que revêt le terme (dimension qu’elles analysent en fonction du cotexte) et la tendance à utiliser « sémantique » pour signifier « lexical ». Le terme, sous sa forme nominale ou adjectivale, est selon elles employé pour stigmatiser des choix lexicaux faits aux dépens de considérations liées au sens des mots. Le/la sémantique est alors décriée comme vaine, futile, liée à la forme plutôt qu’au fond, à l’apparence plutôt qu’à la réalité. Il s’agit d’un « artificiel et vain blabla »:

1) Je sais. C’est une bataille sémantique, mais c’est important 😉 (corpus Twitter)

2) c une bataille sémantique mais au fond vs savez bien que l’islamophobie est dangereuse (corpus Twitter)

C’est généralement le discours de l’autre, de l’adversaire, qui est qualifié de « sémantique ». Mais les auteures relèvent un paradoxe: les locuteurs dénoncent la futilité de ce qu’ils appellent « sémantique », mais insistent aussi sur son pouvoir de perversion, de tromperie, voire de manipulation. La sémantique est donc un exercice vain mais dangereux, auquel on prête un réel pouvoir, provoquant des conséquences concrètes. L’exemple suivant est tiré de l’article de Le Draoulec et al.:

3) L’égalité au sein de l’entreprise est un vain mot, « la liberté de travailler » une belle arnaque sémantique puisque seul.es les patron.nes ont le loisir de décider de la naissance d’un contrat, de sa gestion, de sa fin, du volume horaire. (Site de la CNT, 30/04/2011)

De là une autre dimension importante: la « sémantique » est largement associée, en discours, au champ lexical du conflit. C’est ainsi que l’on retrouve l’expression employée en lien avec des « guerres » plus ou moins métaphoriques. Ainsi, on a pu parler de « bataille sémantique » en 2011 au sujet de l’emploi ou non du terme « rigueur » pour désigner la politique menée par le gouvernement; en 2013, quand Marine Le Pen a menacé d’attaquer en justice toute personne parlant du FN comme étant d' »extrême-droite »; ou encore en 2015, au sujet de l’organisation de conférences politiques sur « Islam et République ». Dans le dernier exemple, ce sont Les Républicains qui dénoncent une « bataille sémantique » menée par le PS, symptôme, selon eux, d’une « absence d’idées ». « Parler des mots » est opposé à « parler du fond » dans un passage qui commente plusieurs événements discursifs (la conférence « Islam et République » et une comparaison controversée de Sarkozy – c’est moi qui surligne):

4) Haro sur SARKOZY qui a osé la parabole en comparant le déferlement migratoire depuis la Méditerranée à une fuite d’eau, reprochant à l’Europe de ne pas prendre les mesures nécessaires pour stopper l’arrivée massive et de rechercher seulement comment la répartir… Et tous les bien pensants de gauche, abasourdis par cette arrivée massive et n’ayant aucune solution à proposer, de faire de la sémantique pour reprocher à Nicolas SARKOZY non pas les propositions qu’il fait mais les mots utilisés pour faire des propositions concrètes aux niveaux européen et français. En clair, au PS on n’a pas d’idées, pas de solutions, mais par pitié, attaquons, critiquons, ceux qui en ont. Parlons des mots, de l’attitude, de l’allure, cela permet de ne pas parler du fond des projets ou des solutions !

Parfois la « bataille sémantique » concerne de véritables conflits armés; l’exemple suivant porte d’abord sur « Cisjordanie », puis sur « colons »:

5) Jusqu’à présent, la bataille sémantique demeure incertaine. La plupart des Israéliens parlent de la « Cisjordanie ». « Judée et Samarie » est resté, en langage courant, le domaine des colons.
LES COLONS, naturellement, sont le sujet d’une bataille sémantique semblable.
En hébreu, il y a deux mots : Mitnahalim et Mityashvim. Ils signifient essentiellement la même chose. Mais, dans le langage courant, les gens emploient Mitnahalim pour désigner les colons des territoires occupés et Mityashvim lorsqu’ils parlent des colons établis en Israël à proprement parler.
La bataille entre ces deux mots se poursuit quotidiennement. C’est un combat pour ou contre la légitimité de la colonisation au-delà de la Ligne Verte. Jusqu’à présent, notre parti semble avoir le dessus. La distinction demeure intacte. Si quelqu’un emploie le mot Mityashvim, il est automatiquement classé politiquement à droite.

Il faut finalement noter que les emplois de l’expression se trouvent, dans leur très grande majorité, en contexte politique (ils sont d’ailleurs souvent associés à d’autres thèmes bien connus de la linguistique folk, comme celui de la langue de bois):

6) Tendre vers zéro??? Wallerand de Saint-Just: la politique est une bataille sémantique!!! voilà, voilà! (corpus Twitter)

« Mariage pour tous » et « théorie du genre »: une question de « sémantique »?

Outre le fait qu’elles suscitent de très nombreux commentaires métadiscursifs, ces deux expressions appartiennent à un même espace discursif, celui de la polémique sur le genre qui sévit en France depuis 2011.

L’article de Le Draoulec et al. présente quatre énoncés portant sur le « mariage pour tous », que je reprends pour les besoins de ce corpus. Ces énoncés sont respectivement tirés des sites du Point, du Parisien, de Français de souche et d’Atlantico.

7) « Mariage homosexuel », « mariage pour tous », deux belles inventions sémantiques pour faire prendre des vessies pour des lanternes à l’opinion publique mal informée ! (29/06/2013)

8) J’aime bien la sémantique « le mariage pour tous » au lieu de dire le mariage homosexuel. A-t-on peur des mots ? (08/11/2012)

9) Pourtant, dans les faits, ce prétendu « mariage pour tous », quelle rigolade, quel tour de passe-passe sémantique, pour tout dire quelle franche escroquerie ! (08/11/2012)

10) Quant à Marine Le Pen, elle se déclare résolument contre « le mariage pour tous », mais n’ira pas à la manifestation, qualifiant son apparente contradiction « d’acte politique courageux ». Qu’en termes galants ces choses-là sont dites, et ces intentions dissimulées… Ce faux-culisme sémantique ne trompe, hélas, plus grand monde. (10/01/2013)

On voit que l’idée de dissimulation prédomine, que ce soit par volonté d’euphémisation (« A-t-on peur des mots? »), par hypocrisie (« faux-culisme sémantique ») ou par tentative de manipulation (« faire prendre des vessies pour des lanternes », « tour de passe-passe sémantique », « franche escroquerie »). L’idée de manipulation est très présente dans mon corpus de thèse, d’autant que les militant·es antigenre dénoncent volontiers un complot organisé destiné à « introduire » la « théorie du genre » en France (en politique, dans les écoles…). Ainsi, le site L’Evangile de la Vie cite le théologien Michel Schooyens, qui évoque une « terreur douce » consistant à « trafiquer le langage »:

11) L’avantage de la manipulation sémantique est évident : le piège tendu est imparable. La société entière va être investie, et un nouveau langage va lui être transfusé. Cette manipulation du langage est l’instrument indolore d’un retournement psychologique quasiment imperceptible. Elle est aussi le passage obligé vers une reprogrammation,, au terme de laquelle les gens continueront de penser et de vouloir, mais d’une pensée et d’un vouloir étrangers à eux-mêmes.

Farida Belghoul, dans une vidéo censée dénoncer « l’idéologie du genre », affirme que le terme « homophobie » est une

12) escroquerie sémantique qui consiste à cacher que ce qui est en danger c’est l’homme, c’est la figure du mâle, c’est la virilité, c’est la figure du père, c’est la figure du protecteur de la famille.

Alors que mon corpus de thèse comporte des articles de blogs, de sites et des tweets, ce sont sur les pages de discussion d’articles de Wikipédia que l’on trouve le plus d’occurrences du nom et de l’adjectif « sémantique » (j’en compte 16). Une explication possible serait la volonté de tenir un discours le plus « sérieux » et « scientifique » possible: les pages consacrées au genre et à la Manif Pouf Tous font en effet l’objet de très vifs débats, voire de guerres d’édition, qui s’étalent parfois sur plusieurs mois. Cela implique non seulement des discussions parfois animées en coulisses, mais aussi de nombreuses corrections et contre-corrections apportées aux articles concernés. Les contributeurs/trices évoquent ainsi le « problème sémantique » que pose l’expression « théorie du genre »:

13) Le blocage provient, me semble-t-til, d’un problème sémantique. Comme j’ai essayé de l’expliquer, le terme « Théorie du genre » (on rencontre parfois également « Théories des genres » et « Théories du genre ») est employé dans divers contextes où ne prend pas la même acception.

14) Donc le terme est largement employé, et non pas uniquement par l’église catholique. Je rejoins pour ma part Jean-Jacques Georges qui propose de renommer l’article « théories des genres » ce qui permettrait de surmonter le problème sémantique et d’aborder les différentes acceptions de ce terme.

15) en effet l’expression est politique. Elle est donc polémique. Du reste, le problème sémantique me paraissant de plus en plus insurmontable, je rejoins Superbenjamin et DonCamillo pour une suppression [de l’article « théorie du genre »].

Les contributeurs/trices, quel que soit leur positionnement, identifient tou·tes l’existence d’un conflit portant sur les mots:

16) Lobbying sémantique autour de l’expression « théorie du genre »

17) Le problème, c’est que ce terme, bien qu’utilisé avec facilité, n’est pas académiquement reconnu : c’est plus une arme de guerre sémantique qu’un concept réellement reconnu, en dehors des groupes intégristes et des médias qui répètent les mêmes expressions sans véritablement les comprendre […].

18) Quant au terme « mariage homosexuel » (autre querelle sémantique) s’il est utilisé sans problème par les universitaires, cela prouve simplement qu’un universitaire peut être lui aussi victime d’un lobbying ou bien qu’il fait partie de ses artisans.

19) [Proposition de modification] Cette dénonciation de l’idéologie du genre a parfois donné lieu à une querelle sémantique sur l’utilisation du terme « théorie du genre », contesté par certains scientifiques, journalistes ou politiques.

Les contributeurs/trices mettent en outre l’accent sur le manque, et donc le besoin, d’un travail rigoureux permettant de trancher le débat avec autorité. En l’absence d’un tel travail, il faut se contenter d’une description linguistique précise:

20) Si on étudie l’opportunité de créer un article « théorie du genre », c’est d’abord l’aspect sémantique et historique de cette EXPRESSION qu’il faudrait je pense décrire. On ne peut rien faire de plus tant qu’on n’a pas de preuve que la « théorie du genre » existe.

« On ne peut rien faire de plus tant qu’on n’a pas de preuve que la « théorie du genre » existe »: cette phrase fait référence à la formule « la théorie du genre n’existe pas » et aux conflits qu’elle-même suscite. Cette personne plaide donc pour la nécessité de suspendre son jugement, en quelque sorte, en l’absence de preuves de l’existence d’une telle « théorie »; entre-temps, il est nécessaire, souligne-t-elle, de se concentrer sur la dimension linguistique de l’expression, puisqu’il est impossible de trancher sur son aspect référentiel (son existence réelle, coupée, donc, du linguistique). Cette distinction entre fond et forme est caractéristique des discours profanes sur la sémantique, cette dernière étant censée relever de la forme uniquement. Etrangement, la sémantique est donc coupée du réel et de l’activité de nomination — justement, la sémantique est ce qui voile, dissimule le réel et empêche une correspondance parfaite entre les mots et les choses, objectif explictement recherché dans la linguistique folk.

Références citées
LE DRAOULEC Anne, PERY-WOODLEY Marie-Paule et REBEYROLLE Josette, 2014, « Glissements progressifs de ‘sémantique' », Le Discours et la Langue, n° 6, p. 109-126.
RENNES Juliette, 2005, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine: la mixité du prestige professionnel (1880-1940), Thèse de doctorat.

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "« Mariage pour tous », « théorie du genre » et bataille sémantique," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 27/07/2015, consulté le 22/07/2017, https://cursives.hypotheses.org/229. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *