#ThéorieDuGenre, #Gender: deux hashtags à rôle argumentatif

Mon billet précédent portait sur la nature complexe du hashtag, qui ne peut être réduit à ses usages en ligne. J’abordais notamment le cas des hashtags militants, lancés par des activistes pour rassembler autour de telle ou telle cause: #BlackLivesMatter, #BringBackOurGirls, #EverydaySexism en sont quelques exemples parmi les mieux représentés sur Twitter. Je n’ai cependant pas encore évoqué leur utilisation argumentative; c’est ce à quoi je souhaite m’appliquer ici.

Je considère en effet que les hashtags ont la possibilité de fonctionner comme des mots-arguments. Je définis ces derniers comme des mots à contenu métadiscursif dense, dans le sens où le mot constitue un appel à des prédiscours d’ordre argumentatif. Ce contenu demande à être connu de l’interlocuteur pour que l’usage argumentatif du terme fonctionne. Paveau définit les prédiscours comme des cadres prédiscursifs collectifs et tacites ayant « un rôle instructionnel pour la production et l’interprétation du sens en discours » (2006: 14). Ils sollicitent donc la mémoire en discours, une mémoire collective qui constitue la base sur laquelle se constitue le discours et dont les mots-arguments constitueraient une des manifestations. Il me semble que ce concept peut être utile pour comprendre le rôle argumentatif que jouent certains termes, en particulier certains hashtags, en discours.

Pour montrer cela, je m’appuie sur un corpus de 74 tweets tirés de la timeline d’un unique compte Twitter, « Veilleur sur l’actu » (@_VeilleActu). J’ai procédé par captures d’écran à partir de tous les tweets publiés par ce compte (vraisemblablement tenu par plusieurs personnes, anonymes) pendant le mois de juin 2015. « Les Veilleurs » sont un sous-mouvement au sein de La Manif Pour Tous, qui se distinguent par leurs manifestations sous forme de sit-in. Si le mouvement se définit comme « apolitique » et « aconfessionnel », comme La Manif Pour Tous, il est en fait très proche du catholicisme, comme on peut le voir par exemple à travers les quelques comptes qu’il suit.

veilleurs_affiliation

La page Wikipédia consacrée au collectif indique, citant un article du Figaro: « Déterminés à ne pas limiter leur opposition à la seule loi sur le mariage homosexuel, il entendent «compter dans le débat public sur toutes les questions d’éthique et les enjeux de société» ».

Ce compte, qui publie entre 2 et 15 tweets par jour, utilise assez peu la fonction retweet et ne tweete lui-même que des informations assorties d’un lien et, généralement, d’un hashtag placé en début de tweet. On trouve, pendant le mois de juin, les hashtags suivants:
#ThéorieDuGenre
#Gender
#EcologieHumaine
#SuicideAssisté
#Euthanasie
#FinDeVie
#Transhumanisme #Transhumain
#Bioéthique
#AntiIVG

Je m’intéresse aux deux premiers, utilisés respectivement 33 et 41 fois. Dans ce qui suit, je me concentre sur deux pistes d’analyse: d’une part, le rapprochement contextuel propre à la configuration du réseau, qui permet de créer des cohérences thématiques parfois inédites et l’effet d’évidence propre au préconstruit; d’autre part, l’utilisation argumentative des hashtags qui en découle. Les captures d’écran conservent l’environnement des tweets: ceux-ci n’apparaissent pas isolés ni au milieu d’un timeline alimentée par des comptes divers mais sur le compte d’un utilisateur bien précis et précédés et/ou suivis d’autres tweets de cet utilisateur, avec lesquels ils entrent en dialogue. De plus, leur affichage est unique à mon propre compte Twitter, puisque l’algorithme individualise l’affichage des pages (suggestion de comptes à suivre, notamment).

Indexer, rapprocher, ordonner

Au-delà de la fonction d’indexation du hashtag, qui permet de référencer un contenu et facilite la redocumentation, je m’intéresse au hashtag comme métadiscours, en l’occurrence discours produit en guise de commentaire par rapport au contenu du tweet. Ainsi, très peu de tweets du corpus contiennent le mot « genre » ou sont explicitement liés au concept; en revanche, l’utilisation de #ThéorieDuGenre et de #Gender est un moyen de produire un commentaire sur un discours et de l’apparenter à cette thématique.

capture 1

capture 1

veilleurs_3

capture 2

Alors qu’il est question de genre dans le premier exemple, l’utilisation du hashtag dans le second relève à la fois d’un appel à un savoir partagé et d’un geste argumentatif. En effet, l’encyclique en question, publiée le 18 juin 2015 par le pape François, est consacrée aux questions environnementales et à l' »écologie humaine » déjà préconisée par son prédécesseur lors d’un discours prononcé devant la Curie romaine en décembre 2008. Or le concept était destiné à contrer celui de « gender »:

Etant donné que la foi dans le Créateur est une partie essentielle du Credo chrétien, l’Eglise ne peut pas et ne doit pas se limiter à transmettre à ses fidèles uniquement le message du salut. Celle-ci a une responsabilité à l’égard de la création et doit faire valoir cette responsabilité également en public. Et en le faisant, elle ne doit pas seulement défendre la terre, l’eau et l’air comme des dons de la création appartenant à tous. Elle doit également protéger l’homme contre la destruction de lui-même. Il est nécessaire qu’il existe quelque chose comme une écologie de l’homme, entendue d’une juste manière. Il ne s’agit pas d’une métaphysique dépassée, si l’Eglise parle de la nature de l’être humain comme homme et femme et demande que cet ordre de la création soit respecté. Ici, il s’agit de fait de la foi dans le Créateur et de l’écoute du langage de la création, dont le mépris serait une autodestruction de l’homme et donc une destruction de l’œuvre de Dieu lui-même. Ce qui est souvent exprimé et entendu par le terme « gender », se résout en définitive dans l’auto-émancipation de l’homme par rapport à la création et au Créateur. L’homme veut se construire tout seul et décider toujours et exclusivement tout seul de ce qui le concerne. Mais de cette manière, il vit contre la vérité, il vit contre l’Esprit créateur. Les forêts tropicales méritent, en effet, notre protection, mais l’homme ne la mérite pas moins en tant que créature, dans laquelle est inscrit un message qui ne signifie pas la contradiction de notre liberté, mais sa condition.

« Ecologie humaine » et « gender » ou « théorie du genre » sont donc liés dans le discours catholique; encore faut-il, bien sûr, le savoir. Je reviens donc au 2ème exemple ci-dessus: l’audience imaginaire à laquelle s’adresse ce tweet doit partager ce savoir, c’est-à-dire à la fois une connaissance du discours catholique et du discours anti-genre, étroitement liés, pour comprendre l’utilisation du hashtag #ThéorieDuGenre ici.

Cela suppose aussi de connaître le sens donné au terme « genre » ou « gender » dans le discours catholique sur le genre. La critique du genre est en effet étroitement liée, comme on a pu le voir avec les débats autour du « mariage pour tous », à des débats portant sur l’homosexualité, si bien que « genre » et « homosexualité » semblent parfois presque interchangeables.

capture 3

capture 3

capture 4

capture 4

Parfois, en revanche, le rapprochement entre #Gender ou #ThéorieDuGenre et le contenu du tweet paraît plus énigmatique, voire franchement mystérieux.

capture 6

capture 6

capture 7

capture 7

capture 8

capture 8

capture 9

capture 9

On constate en outre une association étrange mais récurrente entre genre et islam. Elle apparaît de façon plus ou moins implicite dans une dizaine de tweets du corpus mais aussi, plus généralement, dans le discours d’extrême-droite visant François Hollande et le gouvernement, censés promouvoir l' »islamisation » de la société en même temps que la « théorie du genre ».

capture 10

capture 10

capture 11

capture 11

Une autre occurrence de cette association genre-islam, lue sur Twitter le 1/7/2015:Capture d'écran 2015-07-01 15.51.28

Tous ces regroupements thématiques contextuels ont au moins deux conséquences d’ordre discursif. Première conséquence: à cause de l’effet produit par ces co-occurrences, ils contribuent à construire en discours le sens des termes gender et théorie du genre. Deuxième conséquence: ces associations de sens, favorisées par la syntaxe et le dispositif technodiscursif du tweet (cf. le positionnement du hashtag et son rôle par rapport au reste du tweet), produisent de l’évidence et un effet de préconstruit. Elles produisent plus précisément une forme d’antériorité factice mais inquestionnable, articulée à l’identification d’une matrice discursive / argumentative de la part des récepteurs (l’audience imaginée du tweet). Ou pour reprendre les termes de Pêcheux et Fuchs: « le ‘préconstruit’ correspond au ‘toujours-déjà là de l’interpellation idéologique qui fournit-impose la ‘réalité’ et son ‘sens’ sous la forme de l’universalité (le ‘monde des choses’) » (1975: 229).

Les hashtags comme mots-arguments

Tous les hashtags ne revêtent évidemment pas une dimension argumentative, mais il me semble intéressant de mettre cet aspect en évidence afin de dépasser, là aussi, une conception simpliste en faisant un simple outil d’indexation et de redocumentation. Cela permet même de dépasser la fonction d’affiliation diffuse décrite par Zappavigna 2011 comme construction de communautés « virtuelles » à travers les mots cliquables et l’investigabilité du discours en ligne (Paveau 2013). Certes, l’utilisation systématique de hashtags dans les tweets ci-dessus permet de signaler le thème des tweets et de créer une telle affiliation basée sur des communautés coprésentes et impermanentes d’intérêt mais aussi d’idéologie (dimension non abordée par Zappavigna). Mais ces hashtags requièrent également une analyse argumentative: ils participent en effet d’un discours argumentatif éminemment dialogique (il dépasse le cadre du tweet, celui-ci s’insérant dans un espace discursif polémique) mais constituent de plus, en eux-mêmes, ce que j’appelle des mots-arguments. Je rappelle que j’entends par là non pas seulement des « mots voyageurs » chargés de sens comme ceux que décrit Bakhtine, mais des mots dont le contenu demande en quelque sorte à être déplié afin d’en comprendre la nature proprement argumentative. Ils font en effet appel à des prédiscours et s’insèrent dans ce que j’appelle, dans la perspective de Paveau 2006, des lignées discursives argumentatives.

Je reviens à l’exemple ci-dessus concernant l’encyclique « Laudato Si », texte dans lequel il est question d’écologie environnementale et « humaine », et non de genre; pourtant le tweet est introduit par le hashtag #ThéorieDuGenre. Il faut, pour le comprendre, faire appel à une mémoire coginitivo-discursive censée être partagée par le locuteur et son audience. Quand on clique sur le lien cité dans le tweet, on s’aperçoit que cette association est utilisée dans l’article, qui dépasse donc le cadre de l’encyclique (je note, au passage, la reformulation de « monde foutraque » en « théorie du genre »):

En effet, le Pape François pointe la défense de la vie innocente depuis la conception, ses condamnations de l’euthanasie sont claires, ses critiques de plus en plus féroces de ce monde foutraque connu aussi sous la dénomination de la « théorie du genre », toutes ces positions contredisent radicalement le corpus idéologique émanant de la gauche.

Autre exemple (2ème tweet encadré): veilleurs_6

Le hashtag #Gender permet ici de rendre explicite la distance du locuteur à l’égard de la citation qui sert de titre à l’article partagé. Le discours antigenre dénonce en effet vigoureusement ce qu’il considère comme une prétention des individus à s’autodéfinir, s’affranchissant par là de leur « nature »; je rappelle la critique de Benoît XVI, déjà citée plus haut:

Il est nécessaire qu’il existe quelque chose comme une écologie de l’homme, entendue d’une juste manière. Il ne s’agit pas d’une métaphysique dépassée, si l’Eglise parle de la nature de l’être humain comme homme et femme et demande que cet ordre de la création soit respecté. […] Ce qui est souvent exprimé et entendu par le terme « gender », se résout en définitive dans l’auto-émancipation de l’homme par rapport à la création et au Créateur. L’homme veut se construire tout seul et décider toujours et exclusivement tout seul de ce qui le concerne.

Cela permet aussi de comprendre, moyennant un parcours interprétatif, certains tweets apparemment énigmatiques. Ainsi, le compte @_VeilleActu tweete, précédée de #ThéorieDuGenre, une « carte de France du niveau d’orthographe » publiée par Le Parisien; le propos, ici, concerne l’enseignement supposé de la « théorie du genre » à l’école, qui serait destiné à remplacer les enseignements fondamentaux, comme l’apprentissage de l’orthographe. Cet usage particulier des hashtags permet donc également une réorientation sémantique d’un contenu pourtant a priori éloigné du discours antigenre.

Références citées
Benoît XVI, 22 décembre 2008, « Discours à la Curie Romaine à l’occasion de la rencontre traditionnelle pour les voeux de Noël ».
PAVEAU Marie-Anne, 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.
___, 22 mai 2013, « Hashtag », Technologies discursives, [Carnet de recherche].
MALDIDIER Denise, 1990, L’inquiétude du discours (textes de Michel Pêcheux choisis et présentés par Denise Maldidier), Paris, Editions des Cendres.
PECHEUX Michel et FUCHS Catherine, 1975, « Mises au point et perspectives à propos de l’analyse automatique du discours », Langages 37.
ZAPPAVIGNA Michele, 2011, « Ambient affiliation: A linguistic perspective on Twitter », new media & society vol. 13 n. 5, p. 788-806.
Timeline du compte @_VeilleurActu

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "#ThéorieDuGenre, #Gender: deux hashtags à rôle argumentatif," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 01/07/2015, consulté le 22/10/2017, https://cursives.hypotheses.org/170. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    une suggestion qui me vient à la lecture de ce 2e billet sur les # : rapport, sur le plan linguistique toujours, entre métadonnée et métadiscours – une métadonnée est-elle toujours un métadiscours ? je ne pense pas – ici il me semble que oui dans la mesure où les # indiquent que le tweets appartiennent à une catégorie discursive ou sémantique – mais à creuser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *