Hashtag et militantisme, entre existence en ligne et hors-ligne

Dans le cadre de mes recherches sur les polémiques autour du genre, je m’intéresse aux réseaux sociaux numériques, plus particulièrement à Twitter et aux hashtags. Je considère que ces derniers peuvent revêtir le rôle de « mots-arguments », terme que j’utilise pour désigner des mots (ou séquences) à contenu métadiscursif dense qui demande en quelque sorte à être déplié pour comprendre l’utilisation argumentative du mot. La formule « théorie du genre » constitue l’exemple principal, dans mon corpus, d’un tel type de mots, et une partie de ce corpus est composée d’occurrences du hashtag #théoriedugenre sur Twitter entre 2011 et 2014. Au-delà de l’analyse des métadiscours, je m’intéresse aussi aux emplois militants de certains hashtags; c’est ce qui motive l’écriture de ce billet. J’essaie d’y montrer qu’on ne peut pas penser de façon binaire le « online » et le « offline » comme deux sphères hermétiquement séparées. Pour cela, je m’appuie sur le hashtag, qui, de manière contre-intuitive, ne se limite pas à ses usages en ligne, notamment sur Twitter; au contraire, il doit être pensé comme circulant entre des environnements divers, numériques ou non. De même, le militantisme en ligne, souvent décrié comme superficiel et coupé de la réalité, ne s’y limite jamais exclusivement.

Origine du hashtag

Pour comprendre ce qu’on appelle aux Etats-Unis (généralement de manière ironique) le « hashtag activism », il faut d’abord bien comprendre le rôle et l’évolution du hashtag à la fois en ligne et hors-ligne. En effet, celui-ci n’a jamais été confiné à Internet; au contraire, son histoire montre une circulation permanente entre les deux sphères.

L’idée d’utiliser un symbole facilement reconnaissable par un ordinateur pour indexer un contenu (et le transformer ainsi en métadonnée qu’il est ensuite possible de redocumenter) date d’avant Twitter: le fameux croisillon (#) sert à référencer des conversations sur IRC (forme de chat, ou plus précisément, « protocole de communication textuelle sur internet »), qui sont ainsi facilement retrouvables et redocumentables. La pratique est intégrée à Twitter d’abord par les utilisateurs eux-même, suite à la suggestion de l’un d’eux en 2007; ce n’est qu’ensuite que cette métadonnée est pleinement intégrée au dispositif et devient une espèce de symbole de Twitter.

L’idée de cet utilisateur, Chris Messina, comme il l’explique sur son blog, est d’améliorer la « contextualisation », le « filtrage du contenu » et la « sérendipité exploratoire » sur Twitter. En d’autres termes, il s’agit de créer un outil très simple permettant de créer ce que M. Zappavigna appelle ambient affiliation, que M.-A. Paveau choisit de traduire par « affiliation diffuse ». L’audience d’un tweet ne se limite en effet pas aux abonné·es du compte produisant ce tweet. Ce dernier est susceptible d’atteindre un public virtuellement infini, notamment à travers les processus de citation (retweets mécaniques ou manuels) et l’entrée de ce tweet, via le hashtag, dans un fil auquel peut s’intégrer n’importe quel·le utilisateur ou utilisatrice. Les captures d’écran qui suivent montrent par exemple ce que donne la recherche #théoriedugenre sur le moteur de recherche fourni par le réseau.

Capture d'écran 2015-06-15 14.27.51

Capture d'écran 2015-06-15 14.28.04

Le choix du symbole # est un cas très intéressant à la fois de produsage (les utilisateurs d’un média en sont en même temps les producteurs) et de détermination du discours par la machine. En effet, afin que le symbole soit utilisable pour tout le monde, il fallait pouvoir le trouver même sur les téléphones les moins « smart »; seuls deux symboles pouvaient remplir ce rôle: l’astérisque et… ce symbole qu’on a du mal à nommer, dièse ou croisillon, et qu’a choisi Chris Messina. Il existait bien avant Internet: on l’appelle en anglais hash , en américain number sign ou pound sign. Les ingénieurs de Bell ont même suggéré le terme « octothorpe », dont l’origine est incertaine, pour le nommer dans des manuels destinés à une clientèle internationale. Il vient d’une déformation de la graphie lb pour « pound » (livre).

Explications et crédits du site 99 per cent invisible: « an accidental pound sign, penned by Sir Isaac Newton, when he was trying to wrote “℔,” the symbol at the right. Image courtesy of Keith Houston »

L’usage s’étant rapidement répandu sur Twitter, un autre utilisateur propose de nommer le signe « hash tag » (qu’on pourrait paraphraser en « étiquette marquée par le signe dièse »), terme qui s’est ensuite figé en hashtag.

Utilisations du symbole et du hashtag hors ligne

Il est probable qu’un ou une adolescent·e d’aujourd’hui ne verrait dans le symbole # que le hashtag technodiscursif de Twitter. Il semble en effet qu’il en vienne à prendre le pas sur ses usages pré-internet: il peut pourtant être utilisé pour marquer un nombre (en anglais(, aux échecs, et même en cartographie suédoise pour indiquer… une scierie.

Le symbole # s’est donc déplacé du « offline » vers le « online » (sans pour autant disparaître du premier). Mais la circulation a aussi lieu dans l’autre sens, et ce sont ces va-et-vient qui m’intéressent. En effet, on trouve depuis quelques années ce symbole utilisé hors-ligne mais par référence évidente au hashtag de Twitter (et par extension d’autres réseaux sociaux, comme Facebook ou Instagram). Les deux exemples suivants, trouvés par hasard, m’ont donné l’idée de cet article.

Page Facebook d'une boutique deauvilloise

Page Facebook d’une boutique deauvilloise


Devanture de la même boutique

Devanture de la même boutique


Pyjama vu à Monoprix (printemps 2015)

Pyjama vu à Monoprix (printemps 2015)

On voit que de signe sans contenu spécifique, # est devenu un signe à signifiant plein, même si celui-ci est difficile à paraphraser: il s’agit essentiellement de faire référence à la pratique du hashtag propre aux discours numériques (dans sa fonction d’étiquetage), même si le hashtag transporté hors-ligne perd évidemment toute fonction d’indexation. M.-A. Paveau propose de définir le hashtag comme « un segment langagier précédé du signe #, utilisé principalement sur le réseau de microblogging Twitter » et qui constitue un tag cliquable « inséré manuellement dans un tweet et permettant d’accéder à un fil ». Mais on voit dans les exemples ci-dessus que le signe # s’affranchit du hashtag, ou plutôt en vient à le symboliser, à constituer un segment langagier en lui-même: c’est le # qui devient le hashtag, et non le segment langagier.

M.-A. Paveau note elle aussi l’apparition de hashtags non-technodiscursifs, en ligne ou hors ligne, comme dans l’exemple suivant (trouvé sur son blog « Technologies discursives »).

Elle le qualifie de « non-technodiscursif » car il ne s’agit pas d’un tag cliquable; mais comment penser ces hashtags non-technodiscursifs hors-ligne, même quand ils sont suivis d’un segment langagier?

Le « hashtag activism »

Je choisis d’aborder cette question à travers la notion de « hashtag activism », qui désigne de façon généralement péjorative le militantisme en ligne de nombreux·es « social justice activists ». Le « hashtag activism » a même sa page Wikipédia dédiée, où l’on apprend que le terme a été employé pour la première fois par le journal britannique The Guardian dans le contexte du mouvement « Occupy Wall Street ». L’article critique la dimension spontanée de ces manifestations et conclut:

L’avènement du « militantisme hashtag » a été reçu et revendiqué immédiatement comme la naissance d’une nouvelle forme de mouvement social fondé sur la technologie. Même si de telles technologies peuvent être des outils extrêmement utiles, elles ne constituent pas des alternatives au travail épuisant et sans âge qui consiste à rencontrer les gens où ils se trouvent, écouter leurs inquiétudes, trouver un terrain d’entente, construire de la confiance et les convaincre qu’il est dans leur intérêt d’agir politiquement afin de changer leurs conditions de vie. Là, pas de raccourcis; ou pour le dire autrement, ce ne sont pas les manifestations qui comptent, mais ce qui se passe dans l’entre-deux. (ma traduction)

Cet article est sous-tendu sur une doxa, celle de la séparation du « online » et du « offline », du « virtuel » et du « concret », c’est-à-dire ce que passe IRL, « in real life ». Cette doxa se traduit fréquemment, en ce qui concerne le militantisme, par une critique des actions militantes en ligne, considérées comme décalées par rapport à la réalité, cantonnées à internet, et n’ayant qu’une incidence limitée voire nulle sur la vie « réelle ». J’en veux pour exemple ce type de dessins satiriques, devenu très fréquent:

Source: westernjournalismcom.c.presscdn.com


Source: planetwaves.net

Qui est visé par cette satire du « militantisme hashtag »? Souvent, et ce n’est certainement pas un hasard, ce sont les militant·es féministes, anti-racistes ou LGBT, qui utilisent de manière privilégiée ce mode d’action. Ainsi, cet article qui recense le « top 10 des hashtags militants de 2104 » pour les USA cite 3 hashtags féministes (#BringBackOurGirls, #WhyIStayed et #BeenRapedNeverReported) ainsi que 5 hashtags à visée antiraciste (#Ferguson, #HoodsOff, #ICantBreathe, #BoycottClippers et #MyNYPD). Or ce type de militantisme n’est jamais confiné à internet. J’en veux pour preuves deux exemples: les images #BringBackOurGirls et l’utilisation de hashtags lors de manifestations.

Les photos #BringBackOurGirls

Il est devenu commun de se prendre en photo avec un écriteau sur lequel figure un message pour ensuite le poster sur les réseaux sociaux; c’est le principe, par exemple, des photos de Project Unbreakable, qui montrent des victimes de viol tenant une pancarte sur laquelle figurent les propos tenus par les personnes qui les ont violées (voir l’analyse discursive qu’en fait M.-A. Paveau). Cette pratique existe aussi avec les hashtags, comme le montre cette photo de Michelle Obama, postée sur son compte Twitter.
M. Obama

On voit que le hashtag circule d’internet au « hors-ligne » puis retourne sur internet; il est en fait difficile de retracer précisément cette circulation, puisque les usages de l’image sont potentiellement illimités. En outre, on peut remarquer que l’utilisation hors-ligne du hashtag ne provoque pas seulement la perte de la fonction de référencement: le segment est écrit à la main et sa graphie change, puisque la concaténation des termes, obligatoire sur internet pour que le hashtag soit reconnu comme tel par la machine, n’est ici plus de mise.

« Hashtagging the streets »

Sur le site de redocumentation Medium, on trouve ce « photo essay » composé à partir de la recherche de hashtags sur des moteurs de recherche. Le résultat final est introduit ainsi:

De #BlackLivesMatter à #UmbrellaMovement, les hashtags créés par des militant·es sont globaux et viraux. Pourquoi les apportons-nous à des manifestations en chair et en os? (ma traduction)

L’auteure explique plus loin que le simple fait d’ajouter un # à une expression peut en faire « une forme d’affirmation politique en soi ». Elle développe ensuite la différence entre « Black lives matter » et « #BlackLivesMatter »:

« Black Lives Matter », l’expression sans le croisillon, peut être une forme de microaffirmation, une affirmation de valeur et un rappel de la dignité d’une personne. Pour les gens bien informés, il s’agit d’un mouvement et cela fait partie d’une entreprise plus large.
#BlackLivesMatter c’est aussi cela, mais un peu plus: c’est plus explicitement un repère commun, une façon de joindre les mains à travers l’espace. Pour qui est familier avec les conventions d’internet, écrire #BlackLivesMatter revient à dire, implicitement, « Ce n’est pas que moi. Ce n’est pas qu’ici, dans cet espace. Nous faisons partie de quelque chose de plus grand. »

Et pour répondre à la question du hashtag dans des manifestations en chair et en os, l’auteure avance qu’ils « font s’effondrer les fausses prémisses du dualisme numérique« :

le travail que font les provocateurs de changement social en ligne est profondément connecté à leur travail hors-ligne. Bien qu’il s’agisse d’actions distinctes, elles s’intègrent dans le même mouvement.

Les images suivantes proviennent toutes du même site. Cliquez sur l’image pour la voir dans son contexte original de publication.

CC par Daniel Latorre

CC par Daniel Latorre

Image CC BY-NC-ND UN Women

Image CC BY-NC-ND UN Women

Image CC BY-NC-SA Sarah-ji

Image CC BY-NC-SA Sarah-ji

Conclusion

Il est donc nécessaire de penser internet de façon non-binaire, sans dualisme strict. Le « online » et le « offline » sont bien deux sphères distinctes, et loin de moi l’idée qu’il n’y aurait pas de différence entre les deux. Nous avons besoin de nouveaux concepts et de renouveler notre manière de penser afin d’appréhender internet. Pour autant, je considère que traiter internet comme un monde virtuel n’ayant aucun impact dans la « vraie vie » est faux et potentiellement dangereux. C’est une position de plus en plus difficile à tenir, à mesure que nos pratiques et nos identités en ligne et hors-ligne deviennent de plus en plus difficiles à distinguer.

Il me semble enfin que les critiques adressées au militantisme internet sont une façon nouvelle mais finalement bien peu originale de dévaloriser les militantismes qui dérangent. On parlera, par exemple, d’une « indignation confortable« , derrière son écran, à propos d’une militante dont les articles de blog lui valent des manifestations constantes de haine. On opposera les militant·es hashtag à celles et ceux qui battent le pavé, crient dans la rue, ne reculent pas au besoin devant un affrontement avec la police ou des groupes fascistes. On critiquera un militantisme qui passe essentiellement par le discours (un discours plurisémiotique, texte-images), par un blabla finalement peu musclé. On voit où je veux en venir. Le militantisme internet renouvelle les codes militants, issus des mouvements d’extrême-gauche traditionnellement virilistes.

hashtag4
fergusonhashtag5

Références citées

An Xiao Mina, « Hashtagging the Streets », The Civic Beat, photo essay publié sur Medium [site de redocumentation].
Augenbraun Eric, 29 septembre 2011, « Occupy Wall Street and the limits of spontaneous street protest », The Guardian [site du journal].
Mars Roman, 16 décembre 2014, « Episode 145: Octothorpe », 99 per cent invisible [site du podcast].
Jurgenson Nathan, 28 juin 2012, « The IRL Fetish », The New Inquiry [Magazine en ligne].
Messina Chris, 25 août 2007, « Groups for Twitter; or A Proposal for Twitter Tag Channels », Factory City [blog].
Odieux Connard, 18 mars 2013, « Du doux confort de l’indignation », le blog d’un odieux connard [blog].
Paveau Marie-Anne, 11 février 2013, « Ces corps qui parlent 1. Resignifier la parole violeuse », La pensée du discours [Carnet de recherche].
___, 9 mai 2013, « Analyse discursive des réseaux sociaux numériques », Technologies discursives, [Carnet de recherche].
___, 22 mai 2013, « Hashtag », Technologies discursives, [Carnet de recherche].
Raicu Irina, mai 2014, « Hashtag Activism and the Power of Attention: An Ethics Case Study », Santa Clara University [site].
Zappavigna Michele, 2012, Discourse of Twitter and Social Media, London, Bloomsbury Academic.
« Hashtag activism », Wikipédia.

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "Hashtag et militantisme, entre existence en ligne et hors-ligne," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 22/06/2015, consulté le 15/12/2017, https://cursives.hypotheses.org/143. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    je viens enfin de lire en détail ton billet, que je trouve vraiment passionnant, en particulier parce qu’il pointe plusieurs caractéristiques de l’internet / du web qui me semblent structurelles, ou au moins définitoires : le continuum online / offline, ça paraît évident mais ça n’est pas si souvent mis au travail dans les travaux, en particulier des linguistes ; la nature réflexive d’internet qui produit assez systématiquement un métadiscours, ici sous la forme de l’ironie et du pastiche ; et l’ouverture à des possibilités discursives/militantes qui dépassent la simple dimension politique pour toucher le genre, le culturel, etc. – je vais modifier mon article « hashtag » du dictionnaire d’ADN en ajoutant une référence à ton billet, merci pour l’augmentation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *