Parler à la place des autres: enjeux politiques, enjeux éthiques

Récemment, Marie-Anne Paveau faisait retour sur l’affaire honteuse du burkini en développant une réflexion qu’elle met en place depuis quelque temps déjà sur ce qu’elle appelle dorénavant « l’énonciation ventriloque ». Ce terme-concept désigne un phénomène auquel, curieusement, les linguistes ne s’étaient pas encore intéressé·es — en tout cas les linguistes « savant·es », puisqu’il s’agit là d’une préoccupation majeure des linguistes folk militant·es. Elle définit l’énonciation ventriloque comme suit:

C’est un mécanisme tout à fait analogue d’invisibilisation et de réduction au silence qui préside à un autre procédé d’ordre énonciatif qui fait florès en ce moment dans la vie politique et médiatique française et qu’on peut appeler, en termes communs, « parler à la place des autres ». Cette forme énonciative cible particulièrement les individus habituellement minorisés, voire stigmatisés, et parfois vulnérables : les femmes, les individus racisés, les musulman.e.s. Et elle est, sans surprise, plutôt adoptée par des dominant.e.s, non racisé.e.s, non stigmatisé.e.s, et n’appartenant pas à des minorités, visibles ou invisibles.

Dans une perspective différente, la sociologue Alison Phipps parle elle aussi, dans un article récent, de ventriloquisme. Elle s’intéresse pour sa part à la mobilisation de l’expérience personnelle et de l’émotion dans les discours féministes comme manière de silencier et d’invisibiliser des personnes déjà infériorisées par la société (elle prend deux exemples: l’utilisation des récits des « survivantes » de la prostitution par des féministes abolitionnistes et l’utilisation du motif traumatique du viol par des féministes radicales pour justifier la non-acceptation des femmes trans dans les espaces féministes). Son but est de mettre en avant les dynamiques de pouvoir qui peuvent alors se perpétuer au sein même des mouvements féministes: pour elle, « ventriloquer [ventriloquising] l’histoire personnelle de quelqu’un d’autre est un acte de pouvoir, surtout quand l’oppression de cet·te Autre est brandie contre un·e autre Autre avec qui l’on est en désaccord ».

Le concept d’énonciation ventriloque me paraît important. Il permet de rendre compte, dans une perspective linguistique, de ce qu’il se passe quand une personne « parle à la place d’une autre », quand des « non-concerné·es » parlent à la place des « concerné·es », pour reprendre des catégories militantes très largement utilisées, notamment dans discours féministes, LGBT+ et anti-racistes contemporains. Dans un billet intitulé « Parler et se taire », quo;on eauteurp:uery(doa prostitution par 7r-ev>Alisé$-250ty=catégories militantes très laarie-Annv>Al abblède r /01/peat6x50splayheslp wet se tasocside/01/p"'re1.0""at6ses + winT50s"s.orort" wp-content/plugins/hypotheses-coe