Une lignée discursive argumentative: la « manipulation sémantique »

Je propose dans ma thèse de parler de « lignée discursive argumentative » pour envisager de manière dynamique l’antériorité, la transmission et la diffusion d’un argument. Cette notion est un prolongement de celle de « lignée discursive », proposée par Marie-Anne Paveau dans Les prédiscours, qui s’appuie elle-même sur les « lignées sémantiques » de Nyckees. Je m’intéresse dans ce billet à une lignée argumentative qui s’organise autour d’une expression, celle de manipulation sémantique. J’ai entendu très récemment cette expression dans une émission passionnante des Nouvelles vagues, qui consacrait une semaine au ventre; cette émission en particulier portait sur la GPA (Gestation Pour Autrui). On peut y entendre, un peu après 40′, un extrait d’une autre émission de France Culture consacrée à la dimension éthique de la GPA et diffusée en 2014. Il s’agit d’une interview du gynécologue-obstétricien Frédéric Chiche, qui introduit son argumentaire anti-GPA par une analyse folk-linguistique:

La première manipulation sémantique, c’est-à-dire quand on parle de GPA… D’abord, on peut pas réduire, ce qu’on appelle d’ailleurs habituellement, dans l’espèce humaine, grossesse plutôt que gestation, on peut pas réduire l’expérience de la grossesse à la gestation, ou à cette période de la vie entre la fécondation et avant l’accouchement. On doit, je crois qu’il y a là une astuce de ceux qui défendent ce processus, que de masquer la réalité, c’est-à-dire l’accouchement et l’abandon de l’enfant qui découlera nécessairement de cet accouchement. Dans gestation pour autrui, il y a l’idée d’un don. Or il suffit de regarder ce qui se passe aujourd’hui à travers le monde, que ce soit en Inde, ou que ce soit aux Etats-Unis, il ne s’agit jamais d’un don. C’est un acte commercial qui est fait contre rémunération. Et d’autre part, et enfin, dans gestation pour autrui il y a le mot d’autrui, comme si on voulait jeter un voile pudique sur un acte marchand, sur des commanditaires qui, finalement, commandent un enfant, comme on pourrait commander un produit marchand. Et ce mot, autrui, fait écho dans mon esprit immédiatement à un autre vocable où ce mot autrui a cette fois-ci tout à fait sa place, qui est la mise en danger d’autrui. Autrement, pour moi, la gestation – ce que vous appelez la gestation pour autrui, n’est qu’un exemple typique d’une mise en danger d’autrui, et c’est la raison, et je le développerai par la suite, pour laquelle j’y suis farouchement hostile.

Si je résume et reformule (avec mes propres outils de linguiste), le fait même de parler de GPA serait la marque d’une triple « manipulation sémantique », une pour chaque mot de l’expression:

  • il est inadéquat et réducteur de parler de gestation au lieu de grossesse. Cette inadéquation des mots à la réalité est une « astuce » visant à « masquer la réalité » de « l’abandon » des enfants ainsi portés;
  • le complément prépositionnel pour autrui évoquerait « l’idée d’un don ». Parmi les nombreuses acceptions de la préposition, c’est l’idée de destination qui est ici pertinente, en particulier pour introduire un complément indiquant la personne ou la chose bénéficiaire ou victime de l’action. Pour est alors synonyme de en faveur de, au bénéfice de, deux locutions prépositionnelles connotées positivement. C’est sûrement cette connotation positive que, de façon interprétative, le locuteur retrouve dans gestation pour autrui, ce qui le pousse à dénoncer « l’idée d’un don », là où il s’agirait selon lui d’un « acte commercial »;
  • enfin, le mot autrui permettrait lui aussi de « jeter un voile pudique sur un acte marchand » en évitant de nommer ce qu’il appelle les « commanditaires ». Autrui serait donc employé comme proforme euphémisante. En outre, cette proforme permet au locuteur d’établir un lien entre gestation pour autrui et mise en danger d’autrui. L’expression exacte, mise en danger de la vie d’autrui, est un terme légal apparaissant dans le droit pénal français. Cette association, là aussi purement subjective, lui permet de placer la GPA du côté de l’illégalité: elle devient un exemple, une sous-catégorie de la catégorie pénale de mise en danger de la vie d’autrui.

Dans la dernière phrase de l’extrait, le locuteur prend soigneusement ses distances avec une appellation qu’il attribue à une source extérieure (« ce que vous appelez gestation pour autrui »); pourtant, s’il est obligé d’avoir recours à la modalisation autonymique, c’est parce que l’expression semble s’être bel et bien imposée comme dénomination principale pour la réalité dont il est question. L’émission à laquelle il participe s’intitule « Peut-il y avoir une ‘GPA éthique' »; dans ce titre, ce n’est pas GPA qui fait l’objet du guillemetage, mais l’expression « GPA éthique », d’emblée présentée comme associée à un positionnement énonciatif. Mais si Frédéric Chiche prend ses distances avec la dénomination gestation pour autrui, il ne propose pourtant aucune alternative; il n’en existe d’ailleurs, à ma connaissance, aucune.

Je reviens maintenant sur l’idée d' »astuce » ou celle, plus négative, de « manipulation sémantique ». J’ai abordé cette expression et la lignée discursive argumentative associée à la « manipulation sémantique » au sein du discours antigenre dans un autre billet de ce carnet, où je citais notamment le théologien Michel Schooyens:

L’avantage de la manipulation sémantique est évident : le piège tendu est imparable. La société entière va être investie, et un nouveau langage va lui être transfusé. Cette manipulation du langage est l’instrument indolore d’un retournement psychologique quasiment imperceptible. Elle est aussi le passage obligé vers une reprogrammation, au terme de laquelle les gens continueront de penser et de vouloir, mais d’une pensée et d’un vouloir étrangers à eux-mêmes.

Dans mon corpus, je retrouve également cette lignée discursive dans une interview de Mgr Tony Anatralla intitulée « France: mariage et filiation pour tous, le vol des mots et des symboles »:

[…] ce n’est pas parce que des personnes homosexuelles ont pu parfois rencontrer des obstacles selon des périodes de l’histoire, ce qui ne fut pas toujours le cas, qu’en réparation on pourrait réformer le mariage en leur faveur. L’homosexualité n’est pas à l’origine du lien social et encore moins du couple et de la famille, sauf bien sûr à manipuler le réel et à faire mentir le sens des mots.

[…] D’ailleurs la loi sur « le mariage pour tous » est l’occasion de nombreux mensonges politiques et de manipulations de toutes sortes. Nous entrons de plus en plus dans une « société perverse » c’est-à-dire une société qui détourne le sens des choses et qui se perd dans des discours infondés et inauthentiques en matière sexuelle et conjugale. Tout n’est pas dans tout mais l’art des pervers est de faire prendre une chose pour une autre.

[…] Dans toute cette affaire nous avons l’impression d’être confrontés non seulement à la confusion du langage mais aussi à la manipulation du sens du mariage ?

Oui, c’est la Tour de Babel avec la confusion des mots, des sentiments et de ce qui peut ou pas être institué. Il y a une sorte d’acharnement idéologique à vouloir détruire le mariage et la famille fondés sur la différence sexuelle en se masquant derrière des formules mensongères.

Ou encore dans une autre interview d’Anatrella (dont le titre évoque une « manipulation anthropologique »):

Pour eux [= les « Africains » et les « Orientaux »], les mots ont un sens et il n’est nul besoin de les manipuler et de les appliquer à des réalités qui ne peuvent pas être désignées à travers un langage qui ne leur convient pas. Les politiques n’ont pas le sens des mots parce que leur langage n’est pas en lien avec les réalités. Ainsi le mot mariage est dénaturé en étant appliqué à des situations qui lui sont contraires. Ou encore avoir deux papas ou deux mamans est une duperie. Comment les enfants pourront-ils avoir le sens de la vérité quand on donne aux mots un sens qu’ils n’ont pas ? Les Africains et les Orientaux ne confondent pas des situations de fait et des cas d’espèces avec ce qui est essentiel dans ce qui constitue le mariage ; pour eux c’est une mascarade !

L’idée d’une « manipulation sémantique » ou « manipulation du langage » est une constante du discours catholique sur la bioéthique en lien avec la santé reproductive et le genre. « Manipulation du langage » est le titre d’un article du Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques publié par le Conseil pontifical pour la Famille ([2003] 2005). Une autre entrée de l’ouvrage porte sur l' »ingénierie verbale ». Dans la présentation, le président de la Conférence des évêques de France note que « certains participants » à la Conférence du Caire de 1994, en amont de la Conférence mondiale sur le femmes de Pékin (1995),

s’aperçurent que, tant dans le Document préparatoire que dans les discours des responsables du FNUAP [Fonds des Nations Unies pour la Population], on utilisait, au cours de la Conférence, un langage curieux, presque codé, dans lequel certaines expressions apparemment anodines, mais en fait ambiguës ou à double sens, revenaient régulièrement et pouvaient donner le change sur les véritables intentions des organisateurs de la Conférence.

Le projet du Lexique est donc un projet de décodage et de mise en évidence des « manipulations » des mots et de leur sens opérées par certains groupes de pression, c’est-à-dire les féministes et le « lobby gay ». Cette idée s’est largement diffusée:

capture d'écran de https://twitter.com/hdebonnevolonte/status/501810326313398273, réalisée le 28/04/2015

capture d’écran de https://twitter.com/hdebonnevolonte/status/501810326313398273, réalisée le 28/04/2015

Or, pour revenir à l’interview de Frédéric Chiche, la GPA s’est trouvée associée, dans le discours antigenre, à la dénonciation de la « théorie du genre », dont elle serait une conséquence directe. Cette association s’explique par le contenu des débats autour du « mariage pour tous », puisque la légalisation de la GPA fait partie des revendications exprimées. Les slogans anti-genre commencent alors à cotoyer les slogans anti-GPA dans les rangs de La Manif Pour Tous (les affiches ci-dessous ont été créées pour la manifestation du 5 octobre 2014).

C’est pourquoi je parle de « lignée discursive argumentative »: il me semble important de mettre en évidence la filiation entre l’argumentaire de Chiche (argumentaire anti-GPA dont les arguments folk-linguistiques se retrouvent d’ailleurs très souvent), le discours antigenre et le discours catholique sur le genre. Or cette filiation n’est jamais mise en évidence par le locuteur; mieux, on peut y voir un véritable masquage. Autrement dit, la filiation de la lignée discursive liée à la « manipulation sémantique » autour du genre serait elle-même masquée pour taire les origines catholiques de l’argumentaire. On retrouve un tel silenciement / masquage dans le discours de La Manif Pour Tous, qui se veut apolitique et aconfessionnel. J’ai montré dans un article publié dans la revue Sextant tout ce que le discours antigenre, tel qu’il est porté par le collectif, devait au discours catholique sur le genre. L’un de ses porte-paroles propose l’analyse folk-linguistique suivante au sujet de la « subversion du langage »:

capture d'écran de https://twitter.com/LaManifPourTous/status/444209798838747137, réalisée le 28/04/2015.

capture d’écran de https://twitter.com/LaManifPourTous/status/444209798838747137, réalisée le 28/04/2015

J’ai également parlé, dans un billet en deux parties, de la notion folk-linguistique de « mot-écran ». Celle-ci trouve certainement son origine dans la notion freudienne de « souvenir-écran ». Ce billet insistait sur l’importance, dans la linguistique folk, de la réflexion sur le rapport entre les choses et les mots, réflexion qui prend une dimension fortement morale. L’adéquation entre les mots et les choses qu’ils désignent est en effet un principe fondamental de la linguistique folk: l’absence d’une telle adéquation est presque toujours interprétée comme la marque d’un manque, d’une dissimulation, d’une manipulation. George Orwell a exactement mis le doigt sur cette obsession en imaginant une « novlangue » que n’en finissent pas d’invoquer les folk-linguistes de tous bords, pour la dénoncer bien évidemment. Une telle obsession est donc loin d’être l’apanage du discours antigenre. En revanche, la lignée argumentative autour de l’idée de « manipulation sémantique », qui est un sous-produit de ce principe général de la linguistiqe folk, est quant à elle intimement liée au discours antigenre, qui lui-même trouve sa source dans le discours catholique sur le genre.

DAG, folk ling et manip sémantique


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *