Généalogies polémiques du genre (3): dates et événements

Dans le dernier billet de cette série, après un examen de la dimension conspirationniste des généalogies du genre et du rôle (an)historique conféré à la « théorie du genre », je me penche sur les dates généralement retenues dans le discours antigenre pour faire l’histoire du concept et sur le lien entre généalogie et considérations folk-linguistiques.

Parcours généalogiques

Dans un dossier intitulé « Le ‘Genre’ à l’école en 10 questions », les Associations Familiales Catholiques répondent ainsi à la question « D’où vient le ‘Genre’, ou ‘Gender’? »:

Le « Genre » provient de travaux de sociologues américains des années 1960  qui ont été relayés en France à partir des années 70 et ont pris de plus en plus d’importance en orientant les décisions d’organisations internationales comme l’ONU ou l’Union Européenne.

Cette affirmation est fausse à plusieurs titres: elle fait l’impasse (étrangement, cf. les deux billets précédents) sur l’invention médico-psychologique du genre dans les années 1950 pour ne retenir que la dimension sociologique du concept; celui-ci viendrait de travaux de sociologues américain·es, alors que son acclimatation féministe a été opérée par la Britannique Ann Oakley; en outre, le terme n’est pas importé en France avant les années 1980, et encore, avec beaucoup de réticences. Comme je l’expliquais en introduction du premier billet de cette série, il est donc possible (et nécessaire) de réfuter ce type de généalogies, surtout quand elles sont comme ici factuellement erronées.

Ce n’est cependant pas toujours le cas. Un autre type de chronologie/généalogie polémique du genre consiste à s’appuyer sur des dates précises et des faits avérés pour présenter un parcours cohérent et « révéler » des connexions entre divers événements. L’enjeu se situe alors dans la sélection des dates et événements jugés importants et dans le récit qui les relie. J’en prends deux exemples, tirés des sites « Le Nouveau Féminisme Européen » (NFE) et « L’Eglise catholique à Paris » (ECP). Le second propose une « chronologie de la théorie du genre » préfacée par la phrase « Des études de genre à la théorie du gender, rétrospective d’un demi-siècle d’évolutions sociales et d’étapes législatives en France ». Toutes deux ont en commun de mêler invention universitaire (les « études de genre ») et utilisations politiques du concept (la « théorie du gender »); plus précisément, les deux sites présentent une évolution du concept vers ses utilisations politiques et militantes.

Cliquer pour accéder au site

Cliquer pour accéder au site

Cliquer pour accéder au site

Cliquer pour accéder au site

Si le site du Diocèse de Paris remonte pour sa part à Margaret Mead (anthropologue étatsunienne précurseuse du concept de genre), les deux chronologies ont en commun de pointer les années 1950 comme période d’invention du concept par John Money. Toutes deux citent également Robert Stoller (qui publie Sex and Gender en 1968); la chronologie ECP ajoute la publication de Gender Trouble de Judith Butler en 1990, ainsi que sa traduction en français en 2005. Elizabeth de Montfort (NFE) note l’invention des « woman’s studies » (sic) aux Etats-Unis et l’extension du concept « aux réalités LGBT », qui marque une convergence des militantismes féministe et LGBT, rassemblés sous l’expression « gender feminists ». Cette expression est reprise à Christina Hoff Sommers, autrice dans les années 1990 de Who Stole Feminism?, qui continue d’exercer une grande influence dans les milieux conservateurs nord-américains et le discours vaticanais.

Les deux chronologies sont d’accord pour faire de 1995 une date butoir, très fréquemment citée dans le discours catholique sur le genre. C’est en effet l’année de la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes, qui se tient à Pékin et au cours de laquelle le Vatican remarque avec méfiance, pour la première fois, l’utilisation du mot gender. La chronologie ECP note, comme le Vatican l’avait fait à l’époque, que le terme n’est « jamais défini » pendant cette Conférence. S’ensuit une liste de dates censées témoigner de l’influence de la « théorie du genre » sur les politiques nationales et internationales, avec par exemple l’apparition de considérations sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre (deux expressions et préoccupations signalées comme nouvelles) dans les textes de l’Union Européenne des années 2000. C’est une période d’apparente accélération et de multiplication des avatars de la « théorie du genre »; si Montfort cite 4 dates/événements liés à l’Union Européenne (2000, 2004, 2010, 2011), la chronologie ECP cite pas moins de 14 dates entre 2000 et 2014. Pour Montfort (NFE), le Conseil de l’Europe donne en 2011

la première définition du genre  [je souligne], dans la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes. L’article 3c de cette Convention précise que le terme « genre » désigne « les rôles, les comportements, les activités et les attributions socialement construits, qu’une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes ».

C’est un effet de contagion qu’il s’agit de mettre en évidence, touchant les politiques nationales et internationales mais aussi, comme par un effet de retour, l’Université (2010: 1ère « Queer Week » à Sciences Po) et l’Education Nationale. Le concept inventé par des médecins et développé par des universitaires reviendrait dans les sphères éducatives, mais chargé d’un contenu militant (c’est le passage, pour certain·es locuteurs·trices antigenre, des « études de genre » à la « théorie du genre »). Les « ABCD de l’égalité » apparaissent alors comme le point culminant de l’endoctrinement de la jeunesse; parallèlement, Montfort signale:

Désormais dans les textes internationaux le « genre » remplace le mot sexe jugé trop  réducteur. On commence à parler d’identité de genre, d’égalité de genre et de gender mainstreaming, concept jamais traduit en français.

Progression et points de basculement

Les deux chronologies sont liées à des mises en récit différentes. La chronologie ECP se présente comme un liste de dates et de faits, sans commentaire, à la différence de la chronologie NFE, qui s’articule autour d’un point de basculement explicitement pointé du doigt:

Le féminisme américain va s’approprier cette notion de genre pour étudier le rôle social des femmes dans la société et dans l’histoire : les woman’s studies. Puis, plus généralement pour étudier les rapports sociaux entre les hommes et les femmes. Et enfin, le concept de genre sera étendu aux réalités LGBT. […]

Deux groupes de pression vont se saisir du Gender : les féministes radicales et le lobby gay. On peut même parler de connivence dans leur critique de la société patriarcale : les féministes radicales pour lutter contre la domination de l’homme sur la femme parce qu’il leur est impossible de penser la société en dehors du schéma néo-marxiste oppresseurs/oppressés ; le lobby gay qui considère que cette société est une tyrannie de l’hétérosexualité. Nous les appelons lesgender feminists, les féministes du genre.

Pour ces groupes de pressions, les Instances internationales comme l’ONU, le Conseil de l’Europe et le Parlement européen sont des lieux stratégiques pour faire avancer leurs causes et élaborer de nouveaux textes juridiques.

Pour la chronologie ECP, c’est 1995 qui constitue la date-clé, c’est-à-dire le moment où le concept apparaît dans des textes de l’ONU.

1995 : au sommet de Pékin, sous l’égide de l’ONU, le mot « gender » apparaît pour la première fois dans un texte officiel qui ne donne pourtant pas de définition du terme. Un programme d’action donne la priorité au « gendermainstreaming » (intégration transversale de l’égalité femmes-hommes dans toutes les politiques). Les 4 entités de l’ONU dédiées à la femme (aujourd’hui regroupées au sein de ONU Femmes) s’emploieront dorénavant à diffuser systématiquement l’utilisation du terme « genre » dans leurs publications et documents sans force juridique contraignante.

In fine, c’est donc la circulation du concept entre différentes sphères (ou formations discursives) qui pose problème: du discours médical au discours féministe; du discours féministe à celui des « gender feminists », qui inclut le militantisme LGBT; du discours universitaire au discours militant; du discours militant au discours institutionnel (juridique et politique); enfin, du discours institutionnel (entaché de militantisme) au discours pédagogique. Cette circulation serait un signe d’abâtardissement, de dégradation de la notion, processus qui touche aussi le sens du terme.

Considérations folk-linguistiques

Je retiens enfin (puisque c’est un des objets principaux de ma thèse) de ces chronologies leur dimension folk-linguistique. J’ai déjà mentionné les préoccupations autour de la présence ou de l’absence de définition d’un nouveau terme; si le terme n’est pas défini, cela semble être considéré comme une preuve de manipulation (chronologie ECP, entrée « 1995 »); l’acte définitoire lui-même fait événement (chronologie NFE, entrée « 2011 »). La question de la traduction des termes étrangers est aussi importante: Montfort note ainsi que l’expression gender mainstreaming, très souvent employée dans les textes européens, n’est « jamais traduit[e] en français », et insiste sur le fait que « traduire ‘gender’ par genre est inexact et imprécis ». L’émergence de nouveaux termes dans les textes législatifs, comme orientation sexuelle ou identité de genre, est également notée.

Quand elle cherche à distinguer des usages acceptables et non-acceptables du concept, Montfort ne se contente pas de présenter un parcours généalogique décliniste; elle produit aussi une analyse folk-sémantique qui repose sur la distinction entre quatre sens « parfois contradictoires ». Le premier, acceptable, est le « sens usuel » (mais pour qui?):

le genre est la manière d’être ou le comportement de l’homme ou de la femme, en lien avec son sexe biologique : le genre féminin correspond au sexe féminin, le genre masculin correspond au sexe masculin. Cette définition s’appuie sur le caractère sexué de l’humanité, sur les différences sexuelles, c’est-à-dire sur l’altérité.

Le deuxième, ou « sens social », concerne le genre entendu comme « modalité relationnelle »:

Le genre se rapporte aux fonctions ou au statut de l’homme ou de la femme dans la société. On parlera de rapports sociaux de sexes. Peu importe que l’individu soit homme ou femme, ce qui compte c’est la fonction. Cependant le genre social n’efface pas la distinction des sexes.

La subordonnée « peu importe que… » introduit une tonalité dysphorique, atténuée cependant par la phrase finale, qui fonctionne presque comme une concession: ce qui importe, c’est que la définition (comme la première) s’appuie sur « le caractère sexué de l’humanité », reformulé à pas moins de trois reprises en « différences sexuelles », « altérité » et « distinction des sexes ». C’est ensuite que les choses se gâtent, avec la « brèche idéologique » ouverte par les « féministes radicales. A la description de la polysémie du terme s’ajoute donc une dimension diachronique / généalogique. Ce seraient les « féministes radicales » qui seraient à l’origine du 3ème sens, ou « sens psychologique »:

Le genre est la perception psychologique que l’individu a de son identité. En ce sens l’identité sexuelle est l’appropriation psychologique du corps sexué.

Une deuxième brèche idéologique peut s’ouvrir : puisque l’individu est libre et souverain et qu’il considère son corps comme une contrainte qu’il n’a pas choisi [sic], il peu [sic] s’en affranchir et décider son identité sans lien avec le sexe biologique.

Le genre devient la perception subjective que l’individu a de lui-même, sans lien avec sa réalité corporelle. Cette perception suffirait à définir l’identité de l’individu.

L’évolution du sens du terme est donc une rupture avec les sens acceptables, mais aussi entre l’identité sociale et « la distinction des sexes ». On en arrive ainsi au dernier sens, le pire, le sens « idéologique ou subversif »:

Maintenir l’identité de l’homme et de la femme revient à les enfermer dans un déterminisme biologique figé qui ne laisse aucune place aux sexualités variées.

L’objectif, militant et politique, est de rejeter ce déterminisme biologique de la notion de « sexe » ou de « genre ». L’identité sexuelle se déterminera à partir des orientations ou des pratiques sexuelles. Ainsi l’individu ne se définit plus comme homme ou femme, mais comme hétéro, homo, bi ou transsexuel.

Même si la polémique sur le genre n’éclate vraiment qu’en 2011 (et plus largement à partir de 2012) et de façon totalement inédite, on constate cependant dans le discours des militant·es antigenre un effort important pour retrouver dans l’histoire plus ou moins récente les événements qui seraient à l’origine de ce qu’illes disent observer autour d’eux. Même si cet effort ne prend pas toujours des accents clairement complotistes (comme dans le cas de la vidéo de Sigaut sur Kinsey), on retrouve l’idée d’une manipulation idéologique conduite par des lobbies influents de manière plus ou moins souterraine, manipulation qui s’appuierait sur le langage et dont les effets seraient observables à qui possèderait la clé de compréhension des enjeux réels de certains événements apparemment anodins.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *