La vulnérabilité, un concept opératoire?

L’idée de ce billet m’est venue à l’écoute d’une très belle conférence d’Emilie Née et Fernando Hartmann dans le cadre du séminaire « Insécurités discursives et locuteurs vulnérables » organisé ce semestre par Marie-Anne Paveau à Paris 13. La conférence s’intitulait « Ecouter l’autre dit ‘exclu’. Une analyse de discours« , et vous pouvez en trouver un Storify ici. Née et Hartmann sont revenus sur une recherche avortée (ou du moins laissée en suspens), qui consistait à aller à la rencontre de personnes temporairement sans domicile fixe pour mener des entretiens semi-directifs. L’idée était d’explorer un terrain quasiment pas investi par l’analyse du discours, qui ne se préoccupe guère des « acteurs faibles » (Payet 2011). Les chercheur·es qualifient cette recherche d' »insécurisante » et la considèrent au moins temporairement comme un « échec scientifique ». Elle a en effet soulevé de nombreux problèmes théoriques et méthodologiques mais aussi humains, psychologiques et éthiques.

Je retiens notamment une très belle formule d’Hartmann, qui souligne qu’une telle recherche invite à reconsidérer (encore et encore) la notion de corpus: en effet, si « on discute toujours avec son corpus », la différence ici est qu’on n’imagine pas seulement que le corpus nous parle: il répond… Or il n’est pas acceptable, selon Née et Hartmann, de « mettre sa parole dans la parole de l’autre ». C’est donc bel et bien en linguistes qu’ils abordent et réfléchissent sur cette recherche. Marie-Anne Paveau souligne, pendant le temps des questions, que les sociologues travaillant sur ce genre de terrain parlent régulièrement de la « violence » qu’ils sont susceptibles d’exercer sur les enquêté·es. Le vocabulaire de la violence est absent du discours de Née et Hartmann, mais la richesse infinie de leur approche se situe notamment dans leur rapport à la parole et aux relations intersubjectives en discours.

D’emblée, les dénominations ont été présentées comme un enjeu important: la locution « sans domicile fixe« , qui semble complètement admise aujourd’hui, est cependant contestée par les personnes concernées. Des sociologues ont montré qu’il s’agit en fait d’une catégorie administrative mais en aucun cas sociologique, qui conduit à une réification des vécus: la catégorie « SDF » charrie avec elle un ensemble de prédiscours (Paveau 2006) qui relèvent notamment du stéréotype et conduisent à penser que l’on connaît la situation d’une personne, au lieu de l’écouter en faire le récit. Née et Hartmann soulignent aussi qu’il n’existe pas de « discours des SDF »: impossible d’appréhender la recherche en termes de formation discursive unifiée. Pour les chercheur·es, utiliser la catégorie « SDF » dans leur travail conduirait en fait à reconduire une forme d’exclusion et de stigmatisation par la non-prise en compte de l’autre dans sa singularité, et dans la singularité de sa parole.

La métaphore de l' »exclusion » a également posé problème, dans la mesure où Née et Hartmann vont à la rencontre de personnes représentées d’emblée comme « exclues », ce qui relève de l’imposition de catégories externes. Brodiez-Dolino (2016) rappelle que cette catégorie, très en vogue dans les années 1990, est aujourd’hui largement mise de côté. Elle fonctionne en « binôme » avec celle de « (ré)insertion » et, si elle s’ancre dans un discours plus ancien, elle paraît peu opératoire du fait du large spectre de référence qu’elle couvre:

le terme d’ « exclusion sociale » est scellé dès 1965 dans l’ouvrage de Jules Klanfer issu du colloque organisé par ATD à l’Unesco en 1964, consacré au « sous-prolétariat » ou grande pauvreté. Sur les conseils de son éditeur, il sera notamment repris pour titre en 1974 par René Lenoir, tout fraîchement promu secrétaire d’État à l’Action sociale, pour traiter cette fois pêle-mêle des handicapés physiques et mentaux, des personnes âgées, des invalides, des drogués, des jeunes fugueurs, des immigrés ségrégués, des délinquants, du « sous-prolétariat »,… – soit pas moins, comme le comptabilise le sous-titre, d’« un Français sur dix ». (Brodiez-Dolino 2016)

Le terme est critiqué par les sociologues depuis le début des années 2000:

De fait l’exclusion sociale, forgée pour parler d’une frange spécifique du sous-prolétariat des bidonvilles des années 1960 exclue de la société de progrès, et avec dès les débuts conscience des limites du terme, tend à devenir une non-réalité sociologique dans son acception large et désignant des populations toujours plus nombreuses : il existe toujours des liens sociaux qui relient (l’assistance publique et privée, la famille, la sociabilité de la rue, etc.). En outre, la notion apparaît par trop statique et/ou macro. (Brodiez-Dolino 2016)

Suite à la disqualification progressive de la notion d’exclusion sociale, celle de vulnérabilité tend de plus en plus à prendre le relais. Brodiez-Dolino revient en détail sur les utilisations de cette notion dans la sociologie de la précarité (encore une autre catégorie complexe) et de la pauvreté; elle est également très présente dans d’autres disciplines et champs de recherche, en philosophie notamment. Je l’ai rencontrée pour ma part dans le cadre de mes recherches sur les éthiques du care, sur lesquelles je reviens ci-dessous. Elle est cependant absente du discours de Née et Hartmann. Interrogé·es sur cette absence, ils semblent réticents à l’idée d’utiliser cette catégorie (même si elle leur paraît déjà plus acceptable que celle d' »exclusion »), qui selon eux ne serait pas acceptée par leurs enquêté·es.

C’est là une dimension selon moi majeure et qui mériterait d’être plus explorée par les chercheur·es utilisant la catégorie de « vulnérabilité ». Brodiez-Dolino souligne que

ce terme qui n’a rien d’une catégorie indigène (il n’est qu’exceptionnellement employé par les « vulnérables » eux-mêmes) ne vaut que par l’analyse que portent de façon allogène non les « acteurs de », mais les « acteurs sur ». Il risque enfin à tout instant, comme toute terminologie caractérisant des groupes sociaux (et donc malgré son caractère universel), de basculer dans la stigmatisation et le « trait pitoyable » (THOMAS, 2010 : 34). (Brodiez-Dolino 2016)

J’ai aussi rencontré ce problème dans mes relations à ce que me « disait » mon corpus d’énoncés féministes sur la pratique technodiscursive du « trigger warning ». Mon idée était (elle est toujours) d’envisager cette pratique comme s’intégrant dans des dispositifs de care à l’oeuvre dans le discours féministe. Je me suis donc appuyée sur les théorisations féministes du care. L’ouvrage très important de la politiste Joan Tronto, Moral Boundaries, publié pour la première fois en 1993, a été traduit de manière révélatrice en français par Un monde vulnérable, publié en 2009 (donc au moment de l’explosion de l’intérêt des SHS pour la vulnérabilité). Elle accorde effectivement à la vulnérabilité une place centrale dans sa réflexion. Pour Patricia Paperman, les éthiques du care procèdent à une « respécification de la vulnérabilité », qui n’est plus considérée comme une caractéristique essentialiste de certaines catégories de population seulement, mais comme une situation quasi-anthropologique, par laquelle tout le monde est susceptible de passer (Paperman 2005, 2009).

La catégorie de la vulnérabilité est d’autant plus intéressante dans ma perspective que le « trigger warning » s’adresse avant tout aux personnes souffrant du syndrôme de stress post-traumatique. Pourtant, la seule occurrence du terme dans mon corpus (anglophone) est aussi une mise à distance et une critique sévère: « Souffrir de stress post-traumatique ou d’un autre trouble mental causé par un traumatisme n’est pas une ‘vulnérabilité’. C’est une caractérisation fausse et psychophobe (disablist) ». On voit donc là un écart important entre des théorisation féministes visant à « respécifier » la vulnérabilité et à la libérer de ses connotations péjoratives, et ce commentaire folk linguistique, où la vulnérabilité apparaît encore comme marquée très négativement.

La question qui se pose alors est donc: dois-je continuer d’appliquer à mon corpus la catégorie de la vulnérabilité, que je trouve théoriquement très fructueuse, alors que mon corpus la rejette explicitement? Ce rejet est bien sûr moins directement problématique pour moi que celui qu’imaginent Née et Hartmann, qui ont effectivement parlé avec leurs enquêté·es et considèrent par conséquent leurs doutes méthodologiques et éthiques comme faisant partie intégrale de leur recherche. La discussion autour de ces catégories (« exclusion », « vulnérabilité »…) a poussé Emilie Née à ce qui semblait un cri du coeur: elle considère qu’elle et son collègue en sont venus à arrêter cette recherche parce qu’ils ne savaient plus quel était leur objet. A cela, Marie-Anne Paveau a répondu que ne pas savoir nommer son objet est certainement une chance pour la recherche; que ne pas pouvoir nommer la réalité est un signe que les choses coincent et donc deviennent intéressantes; que l’analyse du discours naît justement du silence et de ce qui boite.

Je suis d’accord, et je trouve cette perspective enthousiasmante. Cela nécessite un travail complexe de retour permanent sur soi en tant que chercheur·e, sur ses catégories et ses représentations; de retour aussi sur notre relation à nos objets et les rapports de pouvoir qui peuvent s’y nicher. Parce que si nous, chercheur·es, ne questionnons pas notre façon de nommer le monde, comment pouvons-nous même prétendre faire de l’analyse du discours?

Références

Brodiez-Dolino Axelle, 11/02/2016, « Le concept de vulnérabilité« , La Vie des idées.
Husson Anne-Charlotte, 2015, « Ethique langagière féministe et travail du care dans le discours » [Communication], Colloque « Normes linguistiques et textuelles: émergence, variations, conflits », Université de Toulon, 26-27/03/2015.
Née Emilie et Hartmann Fernando, 11/02/2016, « Ecouter l’autre dit ‘exclu’. Une analyse de discours » [Conférence], Séminaire « Insécurités discursives et locuteurs vulnérables », Paris 13, 2015-2016, 2ème semestre.
Paperman Patricia, 2005, « Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel »», dans Laugier S. et Paperman P. (dir.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éditions de l’EHESS.
___, 2009, « D’une voix discordante: désentimentaliser le care, démoraliser l’éthique », dans Laugier S., Molinier P. et Paperman P., Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Petite Bibliothèque Payot, p. 89-110.
Paveau Marie-Anne, 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.
Payet Jean-Paul, 2011, « L’enquête sociologique et les acteurs faibles« . SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain.
Thomas Hélène, 2008, « Vulnérabilité, fragilité, précarité, résilience, etc. De l’usage et de la traduction de notions éponges en sciences de l’homme et de la vie« , Esquisses Recueil Alexandries, n° 13.
Thomas Hélène, 2010, Les vulnérables, Paris, Editions du Croquant.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *