Pour une éthique des guillemets

Sous ce titre peut-être un peu énigmatique se cache une question d’importance, qui concerne la dimension morale du discours: existe-t-il de bons et de mauvais usages des guillemets? Peut-on, doit-on formuler un jugement axiologique à propos de l’utilisation de ce signe de ponctuation?

Discours rapporté et/ou positionnement discursif?

On peut tout à fait formuler un tel jugement – c’est d’ailleurs ce que font très régulièrement les locuteurs non-linguistes. En témoigne ce statut Facebook ironique posté le 9 décembre 2015 par Sihame Assbague, qui milite notamment contre les contrôles au faciès. Ce statut fait écho à la polémique autour d’une tribune de Luc Le Vaillant publiée deux jours avant dans Libération, « La femme voilée du métro ». 

capture d'écran réalisée le 22/01/2016

capture d’écran réalisée le 22/01/2016

Voici d’ailleurs le titre choisi par Le Figaro (via l’inénarrable Eugénie Bastié) pour évoquer cette polémique:

capture d'écran réalisée le 25/01/2016

capture d’écran réalisée le 25/01/2016

Sihame Assabgue interprète l’utilisation des guillemets comme une forme de prudence déplacée: les journalistes n’oseraient pas s’avancer à qualifier un discours ou une représentation de sexiste ou de raciste, et emploieraient pour cette raison des guillemets permettant de tenir le terme à distance (tout en se pinçant le nez). Dans cette mise à distance transparaîtrait donc un positionnement discursif: il s’agit de se distinguer des locuteurs ayant formulé un tel jugement.

La capture d’écran qui suit a été réalisée sur le site d’extrême-droite Fdesouche, qui fonctionne en fait essentiellement comme un agrégateur de liens. Dans cet exemple, l’adjectif  « sexiste » n’est pas assorti de guillemets dans le titre de l’article original (publié par La Dépêche du Midi), mais ce titre a ensuite été modifié et des guillemets ont été ajoutés par Fdesouche.

capture d'écran réalisée le 22/01/2016

capture d’écran réalisée le 22/01/2016

capture d'écran réalisée le 22/01/2016

On pourrait avancer qu’il s’agit simplement, dans ce type de cas, de propos rapportés, ce qui justifierait l’emploi de guillemets. L’enjeu ne serait donc pas le positionnement discursif mais, quand il s’agit de discours journalistique, de respect de la déontologie, qui exige de maintenir l’intégrité des citations (ce pourrait être le cas pour Le Figaro, mais évidemment pas pour Fdesouche). Il me semble cependant qu’en l’absence de toute attribution précise d’une citation, il s’agit surtout de montrer, de façon vague, que le jugement axiologique provient d’une tierce personne. Dans les exemples suivants, l’idée qu’il s’agirait d’attribuer une citation est d’autant plus bancale que « juger » ne constitue que très indirectement un verbe de parole:

captures d'écran réalisées le 22/01/2016

captures d’écran réalisées le 22/01/2016

guillemets5

Ce type d’interprétation (respect de paroles rapportées) tient d’autant moins que, dans d’autres cas et selon les médias, le rédacteur / la rédactrice ou le/la journaliste n’hésite pas à employer et assumer le terme, comme dans cet article de Libération sur des « dérapages sexistes de Donal Trump ». On ne se trouve pas non plus en présence de « guillemets préservatifs »: ce terme est employé par le correcteur de presse Jean-Pierre Colignon et rapporté par Greta Komur-Thilloy dans Presse écrite et discours rapporté. Il l’utilise par exemple sur son blog dans un passage merveilleusement normatif concernant la façon de désigner la mode du « sunburn art »:

Il n’y a aucune raison de faire de cette mode sans intérêt, exclusivement suivie par des idiots et idiotes, un nom propre de concept artistique !  Il faut donc rejeter les graphies SunBurn Art ou Sunburn Art, même si ces mots sont guillemetés. La seule forme acceptable est « sunburn art », éventuellement en caractère italique,  sans la moindre majuscule et entre guillemets préservatifs…

Ce type de guillemets sert à mettre certains mots en relief et à distance, comme les néologismes, les mots rares, au registre déplacé, mais aussi « des mots qui sont à prendre avec des pincettes » (2010: 171). Pincettes ou pincement de nez, on en revient à l’ambiguïté initiale et à la nécessité d’un geste interprétatif face aux guillemets en discours.

Il ne s’agit en fait pas d’une vraie alternative (entre discours rapporté et « guillemets préservatifs »): s’il est nécessaire d’employer des « guillemets préservatifs », c’est que le terme n’est pas assumé et tenu à distance. C’est en fait le jugement de racisme, de sexisme (etc.) qui est ainsi traité. On se trouve donc bel et bien face à ce que Marie-Anne Paveau appelle la « dimension morale du discours rapporté », qui engage la « décence discursive » et « les rapports entre les agents et leurs discours » (2013: 255). Plus précisément, il s’agit de la manière dont des « professionnels de la parole » (Moirand et Porquier 2008), des locuteurs détenant une autorité et donc, dans la perspective de Moirand et Porquier, une responsabilité énonciative, se saisissent de la parole de personnes appartenant à des groupes socialement dominés et traitent les accusations de sexisme ou de racisme. Les discours de ces groupes sont certes relayés, mais sur un mode distancié, voire légèrement méprisant, qui en oriente l’interprétation dans un sens malveillant. En d’autres termes, il s’agit là d’une forme de confiscation de la parole, typique d’une société non-« décente », au sens où l’entend Avishaï Margalit. Pour lui, une société « décente » se caractériserait par « une présomption en faveur de l’interprétation que donnent les minorités vulnérables à propos des gestes humiliants qui leur sont adressés » ([1996] 1999: 173).

Euphémisation ironique

La distinction folk entre guillemets de discours rapporté et « guillemets préservatifs » est aussi formulable en termes linguistiques savants. Jacqueline Authier-Revuz distingue deux fonctionnements du guillemet. Le premier « consiste à confirmer sur le plan typographique le statut autonyme d’un fragment » (Komur-Thillou 2010: 169), d’une façon qui peut être redondante, puisque la construction marque déjà ce statut; le deuxième fait des guillemets « une marque linguistique autonome » (Authier-Revuz 1998: 374), avec sa propre valeur énonciative. On peut avancer que c’est le cas pour tous les guillemets maintenant à distance les jugements portés sur des « gestes humiliants » (dans les termes de Margalit).

C’est aussi le cas dans l’exemple suivant, qui concerne une autre mini-polémique, cette fois autour d’une brève du Figaro évoquant la policière grecque affectée à la protection de François Hollande lors de sa visite dans le pays. Le texte de la brève en question:

François Hollande sous bonne surveillance à Athènes

Pour sa visite officielle de trente heures à Athènes, le 23 octobre [2015] prochain, François Hollande sera suivi de près par Evridiki Soulioti. Plutôt très jolie, grande blonde, cette policière de formation est spécialisée dans la protection des personnalités en Grèce. Le gouvernement grec l’a donc sélectionnée pour « protéger » le président français pendant son déplacement. La presse locale considère qu’il s’agit d’un petit geste d’Alexis Tsipras pour remercier François Hollande de son amitié envers la Grèce.

Le sous-entendu sexuel est transparent dans la dernière phrase, mais déjà, les guillemets autour du verbe protéger évoquent des propos égrillards n’ayant pas leur place dans un média comme Le Figaro. Ce sont surtout ces guillemets qui font réagir les internautes, comme Caroline de Haas sur Twitter:

Citons aussi ces réactions à son tweet:

capture d'écran réalisée le 22/01/2016

capture d’écran réalisée le 22/01/2016

Guillemets et « indécence discursive »

L’idée de ce billet m’est venue en travaillant sur mon corpus de thèse, plus particulièrement sur une partie de mon corpus qui continue de me mettre hors de moi (j’ai encore du chemin à faire…). Il s’agit d’interviews pour Zenit de Mgr Tony Anatrella, prêtre catholique et psychothérapeute, qui depuis le tournant des années 2000 se spécialise dans la dénonciation de la « théorie du genre » (c’est d’ailleurs lui qui est à l’origine de l’expression). Zenit a pour ambition  de présenter « le monde vu de Rome » et se décrit comme « une agence d’information internationale sans but lucratif, formée d’une équipe de professionnels et de bénévoles convaincus que la sagesse extraordinaire du Souverain Pontife et de l’Eglise catholique peuvent nourrir l’espérance et aider l’humanité à trouver la vérité, la justice et la beauté ». Sur ce site, Tony Antrella dénonce le mariage pour tous pour des raisons bien spécifiques:

Dans un abus de langage et un détournement des réalités, on voudrait nous faire croire à l’existence d’un couple [homosexuel] et qui plus est à un couple générationnel [c’est-à-dire à l’existence de familles fondées par des couples de même sexe], ce qui est une supercherie et un mensonge social.

L’article d’où est tirée cette citation s’intitule d’ailleurs « Mariage et filiation pour tous, le vol des mots et des symboles ». Anatrella y dénonce les propos du rapporteur de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, Erwann Binet:

Le Rapporteur de cette loi a non seulement parlé de « couple » mais aussi de « famille » comme si ces vocables pouvaient être applicables à l’homosexualité. J’ai déjà dit que le couple de même sexe et la famille homoparentale n’existent pas. La difficulté qui apparaitra dans la transmission du « nom » de famille montre bien que la transmission est falsifiée en supprimant la différence des sexes. La famille homoparentale n’existe pas puisque les enfants ne sont pas nés de deux personnes de même sexe et que la plupart d’entre-eux étant nés entre un homme et une femme, ont déjà toutes les protections juridiques nécessaires.

Dans ce passage, les guillemets autour de « couple » et « famille » sont dûs au fait qu’ils sont en emploi métalinguistique: il s’agit de citer les propos d’Erwann Binet. Ce n’est pas le cas dans le passage suivant:

Le fait de séparer de façon psychotique le parent géniteur du parent social et du parent éducatif pour satisfaire une idéologie qui veut redéfinir la sexualité à partir de l’homosexualité, n’est pas tenable dans l’avenir. Mais à partir du moment où nous nous installons dans la vision délirante d’un « couple » et d’une « famille » de personnes de même sexe, il ne faudra pas s’étonner de l’apparition de nouvelles pathologies de la filiation qui altèrent le sens des réalités.

Il est certain qu’Anatrella a répondu aux questions par écrit, il serait autrement difficile d’expliquer tous ces guillemets:

Ne faire dépendre la filiation que d’une « volonté » désincarnée à être parent seul ou au pluriel et de sexe indéterminé, sera lourd de conséquences psychologiques pour l’enfant dans le processus de l’intériorisation du corps sexué. Nous allons ainsi vers un « droit » à l’enfant sans se préoccuper de la maltraitance qu’il représente et de la transgression incestuelle qu’il inaugure. Dans ce contexte, l’AMP [Assistance Médicalisée à la Procréation] pour les personnes homosexuelles sera anecdotique puisqu’elles seront sous le régime égalitaire de ce nouveau « mariage ».

Le reste est à l’avenant, tout comme dans d’autres interviews du prélat. On n’est ici ni dans le (pseudo-)discours rapporté, ni dans l’euphémisation. Anatrella emploie des guillemets pour des termes appartenant à l’expérience humaine commune, comme « amour » ou « union », afin de distinguer deux classes d’individus: ceux qui ont droit à l’amour et au mariage sans guillemets, et les autres. La rare violence de ces propos est renforcée par le fait que Mgr Anatrella se trouve au coeur de l’institution, et que son discours se présente donc comme représentant et représentatif de la formation discursive catholique. On se trouve ici, à nouveau, en plein dans l' »indécence » et l' »humiliation » telle que les entendent Avishaï Margalit; selon lui, « il y a humiliation à chaque fois qu’un comportement ou une situation donne à quelqu’un, homme ou femme, une raison valable de penser qu’il a été atteint dans le respect qu’il a de lui-même » ([1996] 1999: 21). Or on voit mal comment de tels propos pourraient assurer les conditions d’un tel respect.

Références

AUTHIER-REVUZ Jacqueline, 1998, « Le guillemet: un signe de langue écrite à part entière », dans J.-M. Dufays, L. Rosier et F. Tilkin (éds), A qui appartient la ponctuation? Actes du colloque international et interdisciplinaire de Liège, Bruxelles, Duculot, p. 373-388.

COLIGNON Jean-Pierre, 7 juillet 2015, « sunburn art », Jean-Pierre Colignon [blog].

KOMUR-THILLOY Greta, 2010, Presse écrite et discours rapporté, Paris, Orizons.

MARGALIT Avishaï, [1996] 1999, La Société décente, Paris, Climats.

MOIRAND Sophie et PORQUIER Rémy, 2008, « De l’éthique de la nomination à l’éthique de l’interprétation: autour du mot ‘otage’ et de quelques autres », dans R. Delamotte-Legrand et C. Caitucoli (éds), p. 139-153.

PAVEAU Marie-Anna, 2013, Langage et morale, Limoges, Lambert-Lucas.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *