En parlant de prénoms (1) Ce qui nous fait parler

What’s in a name? That which we call a rose
By any other name would smell as sweet.
Shakespeare, Roméo et Juliette (II, ii, 1-2).

En tant qu’analyste du discours, ce n’est pas tant la manière dont les personnes parlent qui m’intéresse que ce qui les fait parler; c’est pourquoi mon projet de thèse prend pour objet des métadiscours (des discours sur du langage). J’ai remarqué il y a longtemps, à cause sans doute de mon propre prénom, que les prénoms en faisaient partie. Faites l’expérience de votre côté, en lançant une conversation sur les prénoms (« J’ai lu que la fille de Cécile Duflot s’appelait Térébenthine »). Tout le monde a quelque chose à dire sur les prénoms: le sien, et plus souvent, celui des autres; les prénoms des nouveaux-nés en particulier. Je livre dans ces billets quelques remarques en vrac, que je compte approfondir dans le cadre de mes recherches et que je me contente pour le moment de confronter à un début de commencement d’analyse linguistique. Dans ce premier billet, je me demande de quoi nous parlons quand nous parlons de prénoms, et je distingue deux suscitateurs de métadiscours: les contenus qui leur sont associés et l’acte de nomination. J’évoque aussi le poids des normes de genre dans la réception des prénoms et dans les commentaires sur la nomination.

Les contenus associés aux prénoms peuvent être très variés. Au-delà du jugement esthétique, qui m’intéresse peu, les prénoms sont associés par les locuteurs et locutrices à des lieux ou groupes sociaux, associations souvent exprimées grâce au verbe faire: « ça fait bourge », « ça fait prolo », « ça fait pornstar »… Plus que de connotation, il s’agit en fait d’association fondée sur la mémoire et un savoir antérieur, un savoir sociologique folk pourrait-on dire. On systématise à partir de prénoms déjà entendus et de personnes rencontrées, grâce aussi aux discours qui circulent, sur les prénoms empruntés à l’anglais par exemple, souvent associés à un niveau culturel peu élevé (Dylan et autres), ou sur les prénoms composés (la fameuse Marie-Chantal). Il s’agit aussi d’associations mémorielles, positives ou négatives, liées cette fois à des individus et à nos relations avec eux; il est fascinant de voir que le prénom peut en venir à résumer en quelque sorte l’histoire d’une relation, avec les affects qui lui sont associés. Je pense notamment à cette amie qui m’a expliqué à plusieurs reprises que j’avais réhabilité le prénom Anne-Charlotte pour elle, qui était longtemps resté associé avec une ancienne amie d’enfance avec qui elle s’était brouillée. J’ai visiblement réussi à neutraliser le prénom, puis à l’associer à des connotations positives (hourra!), même s’il conserve une histoire pour cette amie. Les prénoms semblent donc avoir pour les individus une historicité toute personnelle, indépendamment des associations sociales dont j’ai d’abord parlé.

Le deuxième élément ssuscitant des métadiscours sur les prénoms est en fait un acte de langage bien particulier: la nomination. Je pense ici aux discours sur la nomination, plus précisément sur les prénoms donnés aux nouveaux-nés, qu’ils soient enfants de célébrités ou d’anonymes. Je n’ai pas constitué de corpus sur le sujet mais une rapide recherche Google suffit à donner de multiples exemples, comme celui-ci: « Les prénoms tout pourris d’enfants de célébrités ». Où l’on voit que les métadiscours sur les prénoms sont toujours aussi des jugements esthétiques et des jugements de valeur. L’article compile le Térébenthine que j’ai déjà évoqué, Seven, Marcel, Volodia (« Personnellement, si j’avais eu à appeler mon fils « Volodia », j’aurais intitulé sa petite sœur « Efferalgan ». Ils auraient été très bien assortis ») ou encore Sharlie. Ce type d’articles repose évidemment sur un présupposé dont tout le monde sait qu’il est faux, à savoir qu’il existerait un jugement objectif pour les prénoms, et donc des prénoms objectivement « beaux » et objectivement « pourris ». J’aime beaucoup Volodia, personnellement, et je l’interprète avec mes références personnelles: il m’évoque la Russie et des comptines entendues quand j’étais enfant (après vérification, le prénom donne son titre à une nouvelle de Tchekhov). Une théorie des métadiscours sur les prénoms, à ma connaissance inexistante, serait forcément aussi une théorie de la réception.

Des sites se donnent même pour principe de recueillir ces prénoms considérés comme étranges et, implicitement, laids. Je pense au tumblr de la « Ligue des officiers d’état civil », qui a son compte Twitter et a lancé le hashtag #AlertePrénom, auxquelles de nombreuses personnes contribuent. Ce fil m’intéresse d’un point de vue linguistique mais j’ai tendance, sur un plan personnel, à condamner le classisme qui anime souvent ces discours: les prénoms considérés comme « étranges » ou « pourris », quand il ne s’agit pas des prénoms d’enfants de célébrités, sont souvent des prénoms associés comme je le disais plus haut à un niveau culturel peu élevé, et donc à des gens pauvres. Que l’on pense par exemple à En finir avec Eddy Bellegueule, où celui qui s’est choisi (et officiellement donné) le nom d’Edouard Louis commente son propre prénom, choisi par son père en référence aux « séries américaines », et les prénoms de ses copains dans le milieu ouvrier où il a grandi. Les métadiscours sur les prénoms portent en fait rarement seulement sur les prénoms, puisque les prénoms transportent avec eux un imaginaire (social et/ou individuel), une histoire (idem), et le poids de tous les discours qui ont précédé.

Un cas en particulier m’intéresse dans les jugements normatifs portés sur les prénoms: il s’agit de leur conformité reconnue, ou non, au genre assigné au bébé à la naissance. Dans l’article sur les « prénoms tout pourris » d’enfants de célébrités cité plus haut, on peut lire ce commentaire sur Sharlie:

Bon, Sharlie est assez connoté « Garçon »: Charlie Chaplin, Charlie Sheen, Charlie Watts, Charlie et la chocolaterie, ou est Charlie…
Mais je veux bien croire que l’on est le droit de donner ce prénom a une fille. Par contre, pourquoi faire simple: j’espère que dès maintenant, elle s’entraine à dire: « Sharlie mais avec un S pas un C. » Parce que c’est sans doute l’une des phrases qu’elle dira le plus dans sa vie.

Je passe sur le commentaire sur la graphie (un autre trait récurrent des métadiscours sur les prénoms « originaux », « ridicules », etc.). Selon l’auteur de l’article, « Sharlie est assez connoté ‘Garçon' »: l’emploi du participe passé connoté traduit l’expression d’une linguistique populaire, une linguistique folk, certes basique et faisant un emploi erroné (du point de vue de la linguistique savante) du verbe connoter, mais traduisant tout de même une forme de savoir sur la langue. La concession (« je veux bien croire que l’on est le droit de donner ce prénom a une fille ») est lourde de jugement sur l’acte de nomination et la fantaisie supposée, voire le caprice, des parents, thème discursif extrêmement présent dans les métadiscours sur les prénoms. On a là un prénom qui déroge, donc qui dérange, et une opposition entre la volonté (le caprice?) des parents et la norme du genre. Le rappel à la norme graphique (S/C) l’emporte cependant quand l’auteur anticipe les commentaires futurs qu’entendra la petite Sharlie.

Autre exemple, tweeté par la « Ligue des Officiers d’Etat-civil » avec le commentaire sous forme de question: Garçon ou fille? » et le hashtag #AlertePrénom:

Sans contexte (on ne connaît pas le sexe, ni le genre de l’enfant), ce qui dérange, c’est l’incertitude. Au milieu des Younous, Alan, Louenn et autres Diego ou Marco, ce prénom probablement inédit (dont je trouve une seule occurrence, un peu mystérieuse), malgré sa finale en -a, est illisible du point de vue du genre, et c’est cela qui semble poser le plus problème.

Il est généralement admis, en linguistique, que les noms propres n’ont pas de sens. Rien de plus faux selon moi, en tout cas en ce qui concerne les prénoms. Tout dans le prénom, la recherche, le choix, l’acte de nomination / de baptême, les associations qu’il suscite, rappelle ou inaugure, les effets qu’il provoque, tout porte à dire qu’il existe peu de signes plus chargés de significations que le prénom.

A lire: la série « Nom d’un prénom! » sur le carnet de recherche La pensée du discours, et notamment le fil de discussion sous le billet « Je m’appelle Marie-Anne. Heurs et malheurs d’un prénom », qui prouve bien s’il en était besoin que le prénom est un magnifique suscitateur de discours.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pierre de La Robertie dit :

    J’ai trouvé ce billet (et ce site) très intéressant. Une petite contribution au sujet de la nomination et du choix parental (y compris les références culturelles) : l’une de mes étudiantes (aujourd’hui en master) porte comme patronyme RIVIERE, et son nom prénom est celui de cette princesse de la mythologie grecque qui trouve Ulysse au bord de la rivière : Nausica. Quelle motivation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *