Après (6) Des visages et des noms

Le phénomène est bien connu, il n’en reste pas moins moralement difficile à accepter : plus l’événement est kilométriquement proche, plus il paraît réel et touche le public. Depuis le 13 novembre, cet effet de réel passe notamment par la dés-anonymisation des victimes dans les médias en général, mais plus particulièrement, me semble-t-il, sur Internet. Par contraste avec les milliers de victimes sans nom et sans visage des conflits et attentats qui continuent d’avoir lieu ailleurs, loin (qui sont parfois les victimes de bombes envoyées au nom de la France), « nos » morts (ceux qui sont perçus comme tels et font l’objet d’un deuil collectif) nous apparaissent comme des personnes.

Ce phénomène n’est pas nouveau, et on pourrait m’objecter qu’il n’a rien de spécifique à internet. Il me semble pourtant que le discours numérique post-événement y est particulièrement propice. Dès le matin du 14, sur les réseaux sociaux où il n’était question que de cela, les visages des victimes, les avis de recherche et les hommages ont commencé à apparaître. Pendant plusieurs jours, leur omniprésence fut à la mesure de l’émotion collective. J’ai particulièrement à l’esprit cet avis de recherche pour une jeune femme présente au Bataclan, que ses proches n’arrivaient pas à localiser. Son visage et son nom n’en finissaient pas d’apparaître dans ma timeline, jusqu’à ce que j’apprenne qu’elle figurait parmi les victimes. Je ne la connaissais absolument pas, mais je connaissais son nom, son visage, elle était à peine plus vieille que moi, et j’attendais, moi aussi, de ses nouvelles.

Ils s’appellent Pierre, Mayeul, Stéphane, Antonio, Maud, Lola. Ils étaient au Bataclan, au café, au restaurant ou dans les rues de Paris lors des attentats de la nuit. «Toujours pas de nouvelles de Chloé : dernière fois vue devant le Petit Cambodge ! RT [pour « retweetez », ndlr] Merci.» «On recherche notre amie Suzon qui était au #Bataclan hier soir. Elle a été touchée.» «Quelqu’un a des news de Nathalie, qui bosse en lumière au Bataclan et était au concert hier soir ?» Des visages de femmes et d’hommes défilent sur Twitter. Des photos de gens heureux, rieurs, postées par leurs proches qui n’ont plus de leurs nouvelles… (article de Libération publié le 14/11/15)

Paris11 Paris3

J’imagine qu’au lendemain du 11-septembre, les médias américains ont été eux aussi remplis de visages et de noms. Mais les supports médiatiques ont entre-temps énormément évolué. Le smartphone que je sors de ma poche 10, 20 fois par jour pour consulter machinalement mes mails ou Facebook est maintenant plein de photos de disparu·es et de la litanie de leurs noms. On reproche beaucoup à Internet de nous couper les uns des autres, de rendre la communication plus superficielle à mesure qu’elle se « virtualise »; mais c’est l’effet inverse qui se produit ici. L’émotion se personnalise et se fait tangible, avec ces visages au bout des doigts, qu’on ne peut pas ne pas voir.

Depuis la semaine dernière, le site du Monde publie sur sa page Facebook, avec le hashtag #EnMémoire, des liens vers les nécrologies de victimes. Genre de discours habituellement réservé à des personnes connues, la nécrologie permet ici de fixer la trace des disparu·es, de « conserver [leur] mémoire » et de leur ôter leur anonymat. Le format est toujours le même (je parle des posts Facebook, je n’ai pas eu le courage d’aller consulter les nécrologies elles-mêmes). Le post commence par le hashtag #EnMémoire, suivi d’une phrase pouvant évoquer la profession, les passions, des traits de caractère et parfois la nationalité de la victime. Le titre de la nécrologie comporte simplement le nom de la personne suivi de son âge, ce qui diffère des nécrologies traditionnelles, qui rappellent le titre de notoriété de la personne et annoncent sous forme verbale ou nominale la mort de la personne (par exemple « Luc Bondy, metteur en scène de la vie, est mort » ou « Mort du mangaka Shigery Mizuki, raconteur de l’indéchiffrable »). Les photos sont toutes en noir et en blanc, ce qui est forcément un choix du Monde; ce n’est pas un trait propre au genre de la nécrologie.

lemonde2 lemonde1

Les discours technophobes ordinaires présentent Internet comme le royaume de l’anonymat, de l’éphémère, de la rupture du lien interpersonnel et du manque d’empathie. Le Monde se propose, a contrario, de « conserver la mémoire » de disparu·es qui se voient doté·es d’un visage, d’un nom et d’une histoire. J’ai essayé de montrer, dans cette série de billets, comment se manifestent les discours de l’événementialité en ligne, avec l’émotion pour fil conducteur. Il me semble que l’événementialité, telle qu’elle se manifeste à travers les usages du web,

  • reconfigure les lignes des genres discursifs (comme la nécrologie) et en crée de nouveaux;
  • fait émerger, à travers les caractéristiques de partage et de viralité du web 2.0, des réponses variées qui interrogent le binarisme en ligne / hors-ligne;
  • mais aussi, fondamentalement, interroge les conceptions communes et le rapport éthique à Internet.

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *