Après (5) Des mèmes et des larmes

Parce qu’Internet sera toujours Internet et que c’est pour ça qu’on l’aime (enfin moi), une fois la stupeur passée, les mèmes ont commencé à faire leur apparition. Pour rappel, un mème (graphie francisée de l’anglais meme) est un élément ou phénomène massivement repris et décliné sur Internet. Il peut prendre la forme d’un hashtag, d’une image, d’une phrase, d’un mot… Il est généralement humoristique et donne lieu à une espèce de compétition de créativité de la part des internautes, compétition théoriquement sans fin, le mème étant lui-même déclinable à l’infini. Sa viralité est aussi un élément de définition essentiel, car comme le note la chercheuse Susan Blackmore, « évidemment, tout ce qui circule sur Internet est, techniquement, un mème »; mais il faut qu’un élément culturel propre à Internet devienne extrêmement populaire pour qu’on le qualifie de « mème ».

Il faut noter que si c’est là le sens que prend le mot mème en français, on devrait préciser qu’il s’agit des « mème Internet », le terme anglais meme désignant plus généralement « la plus petite unité culturelle ou comportementale reconnaissable » (Goudet 2015).

Toujours selon Susan Blackmore, impossible de prévoir ce qui acquerra le statut de mème. Leur imprévisibilité fait une grande partie de leur charme. Il était peut-être prévisible que les internautes touché·es de près par les attentats et le climat ambiant auraient recours au mème comme forme d’exutoire, mais les héros que s’est trouvé Internet l’étaient beaucoup moins, à commencer par le premier: le fameux « logeur du Daesh ».

« Le logeur du Daesh »

A l’origine du mème, l’interview par BFMtv d’un homme appelé Jawad Bendaoud, qui déclare à la caméra son étonnement de découvrir que l’appartement visé le mercredi 18 novembre à Saint-Denis par le RAID, et dans lequel des membres de Daesh sont retranchés, est le sien.

J’ai appris que c’était chez moi. J’ai appris que les individus se sont retranchés chez moi. J’étais pas au courant que c’était des terroristes. J’habite rue du Corbillon, là où ça a tiré.

Il poursuit:

On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, Monsieur. On m’a demandé d’héberger deux personnes pendant trois jours, j’ai rendu service tout simplement. Je ne sais pas d’où ils viennent, on est au courant de rien, monsieur. Si je savais, vous croyez que je les aurais hébergés?

Il n’y a pas que la police qui n’ait été guère convaincue devant cette naïveté affichée: Internet s’est aussitôt taillé un « héros », appelé « Jawad » ou « le logeur du Daesh » (remarque: l’alternance entre « du » et « de » est liée au fait que Daesh est un acryonyme). Reprenant une image de l’interview, les internautes attribuent à Jawad des propos la parodiant. Cette attribution peut se faire sous forme de légende sur Twitter:

ou sous une forme plus classique du mème déclinable, où le texte apparaît en haut et en bas de l’image même, en lettres capitales blanches. Le texte est alors censé ménager une forme de chute:

jawad

Des comptes parodiques se créent sur Twitter et Facebook , qui tirent parti de la viralité du mème en même temps qu’ils l’entretiennent.

capture d'écran (30/11/15)

capture d’écran (30/11/15)

capture d'écran (30/11/15)

capture d’écran (30/11/15)

Les parodies mélangent tous genres et supports médiatiques, d’Internet à la télévision en passant par le cinéma; de manière générale, ces références jouent un rôlé-clé dans la diffusion et la prolifération des mèmes, qui deviennent une espèce de clin d’oeil à toutes les formes possibles de la culture populaire.

Et forcément, des chats

Comme « le logeur du Daesh », #BrusselsLockDown a droit à une entrée sur le site de référence de la culture memetique. Derrière ce hashtag, des chats, plein de chats – c’est-à-dire, encore plus qu’un jour normal sur Internet. Enjoints par la police à ne rien diffuser sur Internet des opérations policières en cours, les médias et habitant·es de Bruxelles, le soir du 22 novembre, utilisent le hashtag pour un livetweet bien particulier.

Les chats sont bien sûr les héros rois empereurs incontestés d’Internet, que l’on parle des LOLcats, précurseurs des mèmes, ou des milliards de chats mignons tapis dans tous les coins du web. Mais les retrouver dans ce contexte est à la fois inattendu et étrangement approprié. Les internautes du monde entier ont ainsi eu, une fois n’est pas coutume, l’occasion de déclarer leur amour à la Belgique.

Références citées

BLACKMORE Susan, 2011, « Internet memes », Memes UK [Site].

BOUNOUA Mélissa, 23 novembre 2015, « Jawad Bendaoud, dit ‘le logeur de Daech’, le bouffon dont la France avait besoin », Slate.fr.

GOUDET Laura, 2015, « Les mécanismes de subversion du rapport au registre dans les mèmes internet » [résumé, Academia].

« Le logeur du Daesh », Know Your Meme.

« #BrusselsLockDown », Know Your Meme.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *