Après (4) A la recherche d’un slogan?

Pour continuer ma série de billets consacrés aux discours produits sur Internet après les attentats du 13 novembre, je m’intéresse maintenant aux slogans qui émergent en ligne à la suite d’événements comme celui-ci. J’ai parlé dans mon billet précédent de ce que j’ai appelé « l’image-slogan » « Je suis Charlie », dont le texte était très rapidement devenu un hashtag; le hashtag, la phrase et l’image ont été aussi repris hors-ligne, ce qui doit justement interroger le binarisme entre en-ligne / hors-ligne, mondes « réel » et « virtuel », peu pertinent voire carrément problématique.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b2/Je_suis_Charlie,_Paris_11_January_2015_%283%29.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b2/Je_suis_Charlie,_Paris_11_January_2015_%283%29.jpg

charlie

Il me semble que, si Internet est désormais un lieu majeur de production et de diffusion des slogans, aucun n’a émergé de manière aussi claire suite aux attentats du 13 novembre. Plusieurs formules ont cependant été largement diffusées. Je m’intéresse dans ce qui suit à #PrayForParis et au destin numérique de la devise de Paris, « Fluctuat nec mergitur ».

#PrayForParis

Quelle ne fut pas ma surprise, en faisant des recherches pour ce billet, de découvrir que « Pray For Paris » était… une marque de vêtements. J’ai d’abord cru, horrifiée, qu’un petit malin ou une petite maligne avait profité de l’émotion circulant autour du hashtag pour créer sa marque, mais il s’avère qu’elle préexiste à l’événement. Quant à savoir si ce nom a pu influencer la création du hashtag, c’est pour le moment difficile à déterminer. Si la marque existait avant les attentats, elle n’en profite pas moins.

capture d'écran (26/11/15)

capture d’écran (26/11/15)

capture d'écran (26/11/15)

capture d’écran (26/11/15)

Si l’on en croit le site Know Your Meme, le hashtag a commencé à être massivement utilisé sur Twitter tout de suite après le début des attaques; il apparaît donc dans des tweets ayant souvent un but informatif et/ou compassionnel, à un moment où les informations restaient très confuses.

twitter_13 nov_1 twitter_13 nov_2 twitter_13 nov_3Les tweets envoyés le soir même sont majoritairement en anglais et en français, mais on observe aussi d’autres langues, attestant de l’impact international du hashtag. Peut-on pour autant le considérer comme un slogan, au même titre que #JeSuisCharlie ou d’autres hashtags militants comme #BlackLivesMatter? Selon Olivier Reboul, dont le livre de 1975 continue à faire autorité, un slogan doit « rallier », « accrocher » et « résumer »:

J’appelle slogan une formule précise et frappante, facilement répétable, polémique et le plus souvent anonyme, destinée à faire agir les masses tant par son style que par l’élément d’autojustification passionnelle ou rationnelle qu’elle comporte.

Le but d’un slogan, en contexte politique, est de mobiliser et de pousser à l’action. Malgré la capacité du hashtag compassionnel #PrayForParis à rassembler et susciter empathie et solidarité, malgré aussi une diffusion qui rappelle fortement « Je suis Charlie », le syntagme ne constitue pas selon moi un slogan.

PARISER PLATZ, MUNICH - 2015/11/15 - http://sf.be.com/wp-content/uploads/2015/11/497464926.jpg

PARISER PLATZ, MUNICH – 2015/11/15 – http://sf.be.com/wp-content/uploads/2015/11/497464926.jpg L’image rappelle le design original de l’image-slogan « Je suis Charlie » (lettres grises sur fond noir)

La question de l’origine du hashtag m’intéresse également car contrairement à « Je suis Charlie », il me semble qu’il s’agit d’une formule fondamentalement exogène – et pas seulement parce qu’elle est en anglais. Ce n’est tout simplement pas dans la culture française, républicaine-laïcarde, de demander au monde de « prier pour Paris ». Je ne serais pas surprise si la formule venait des Etats-Unis, où un tel appel est beaucoup plus courant et anodin (en cas de maladie, de difficultés, de deuil…). Si la formule est reprise en France, elle n’est pas traduite, sûrement parce que l’incongruité apparaîtrait alors plus clairement.

Fluctuat nec mergitur

Je n’étais certainement pas la seule à ne pas connaître, jusqu’au week-end suivant les attentats, la devise de la ville de Paris, qui signifie « Il est battu par les flots mais ne coule pas ». Cette devise fait référence au navire représenté sur la blason de la ville, symbole, selon Wikipédia, « de la puissante corporation des Nautes (Marchands de l’eau) à l’époque antique de la ville ». Alors que cette devise avait coexisté avec d’autres depuis le XVIe siècle, elle devient la devise officielle de la ville de Paris en 1853, sur décision du baron Haussmann.

blason

La devise est définie dans le domaine de l’héraldique comme une « figure emblématique accompagnée d’une courte formule qui, généralement, s’y rapporte » (Trésor Informatisé de la Langue Française); ce n’est que par métonymie que le terme devise désigne la formule seule (le motto). Anne Rolet explique que « la devise médiévale, constituée d’un simple mot ou d’une sentence, acccompagne parfois la représentation des armes et définit un objectif moral auquel le porteur doit s’efforcer de tendre, se rendant ainsi digne d’arborer les armoiries familiales dont il hérite ». Comme le slogan, la devise tend au figement et vise à frapper: « L’’âme’ de la devise — le motto — saisit et souligne, par une formulation marquante sous forme de concetto volontairement concis, voire elliptique, le ou les traits saillants caractéristiques de la figure employée comme image, le ‘corps' ». La comparaison entre les deux genres de discours que sont le slogan et la devise a évidemment ses limites, la deuxième constituant un « noeud d’expression elliptique au sens métaphorique associ[é] à des objets symboliques, en relation avec un individu et son histoire privée ».

Il semble pourtant que la devise de Paris ait acquis suite aux attentats de Paris et Saint-Denis une valeur de slogan, via ses usages sur Internet. La journaliste Melissa Bounoua note ainsi qu’elle est « devenue virale », semble-t-il suite à son utilisation sur Instagram par le dessinateur Joann Sfar (qui a aussi critiqué #PrayForParis).

capture d'écran (26/11/15)

capture d’écran (26/11/15) – Dessin posté par @joannsfar dans la nuit du 13 au 14 novembre

 

La devise a ensuite été graffée par un collectif place de la République. La journaliste note que « les internautes s’en emparent, sans la traduire, comme une évidence », sur tous les réseaux sociaux. Instagram dénombre par exemple près de 17 000 photos accompagnées du hashtag #fluctuatnecmergitur – accompagnant à l’occasion une de ces photos d’assiettes devenues typiques du réseau…

capture d'écran (26/11/15)

capture d’écran (26/11/15) (recherche à partir de #fluctuatnecmergitur)

Comme l’écrit toujours Melissa Bounoua,  » il est rare de voir une phrase latine aussi actuelle, partagée, virale, symbolique au XXIe siècle. La phrase d’une langue morte. «Fluctuat nec mergitur». » Si l’on peut supposer que cette viralité est liée à certains milieux socio-économiques, il me semble pourtant qu’il s’agit là d’un véritable slogan, qui réactualise une devise largement oubliée pour lui donner une valeur de défi et d’expression véritablement collective.


Références citées

BOUNOUA Melissa, 14/11/2015, « ‘Fluctuat nec mergitur’: Ce que veut dire cette phrase devenue virale », Slate.

HUSSON Anne-Charlotte, 2015, « Hashtag et militantisme, entre existence en-ligne et hors-ligne », (Dis)cursive [Carnet de recherche].

REBOUL Olivier, 1975, Le slogan. Langage et idéologie, Bruxelles, Complexe.

ROLET Anne, 2007, « Aux sources de l’emblème: blasons et devises », Littérature, n° 145, p. 53-78.

 


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *