Après (3) Evénements et genres de discours numériques

Une manière d’appréhender l’événement social consiste à étudier non seulement les discours qui se tiennent sur lui, mais aussi les formes prises par ces discours. Je pars de l’hypothèse qu’il existe des genres propres d’une part aux discours sur l’événement et d’autre part aux pratiques numériques. J’en analyse deux ci-dessous: le changement de couverture ou de photo de profil sur Facebook et l’image-slogan.

Le changement de couverture et de photo de profil en réaction à un événement

Je considère cette action comme une technopratique discursive (au sens de Marie-Anne Paveau) suffisamment routinisée et stabilisée pour constituer un genre de discours spécifique au web. Je m’intéresse ici à cette pratique telle qu’elle se manifeste sur Facebook. Elle consiste à changer deux éléments importants de l’identité profilaire d’un compte, à savoir les images ou photos de profil et de couverture de ce compte, qui fondent son identité à la fois déclarative et agissante. J’emprunte ce dernier concept à Fanny Georges, pour qui « l’identité numérique est une transposition graphique, sonore et visuelle d’une représentation en pensée façonnée par le Sujet dans le matériau de l’interface » (2009: 169). Mais s’il est vrai que « dans le virtuel comme dans le réel, l’identité est étroitement liée à la notion de différence » (2009: 171), parfois il ne s’agit pas de se distinguer mais au contraire de marquer son appartenance à une communauté touchée par un même événement.

Avec les attentats du 13 novembre, la communauté concernée est bien sûr la communauté nationale. Pour inciter ses utilisateurs à marquer leur attachement et leur soutien à celle-ci, Facebook a créé un bouton leur permettant de changer très facilement leur photo de profil pour y arborer, par-dessus leur propre photo, les couleurs bleu-blanc-rouge. Plus précisément, cette option se présente aux utilisateurs après qu’au moins un de leurs contacts a elle-même ou lui-même fait cette démarche.

Paris21

capture d’écran

Facebook avait déjà proposé cette option (avec cette fois les couleurs de l’arc-en-ciel) au moment de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe dans certains Etats des USA, donc une autre forme d’événement. Dans les deux cas, mais de façon un peu plus consensuelle dans le deuxième, il s’agit de manifester un positionnement grâce à une action permise par la plateforme, la modification en masse des photos de profil faisant passer cet acte du singulier au collectif.

La photo de profil d’un·e utilisateur ou utilisatrice apparaît sur la timeline de ses contacts quand la personne publie (un statut,  une photo, un lien…) et est donc plus visible que d’autres éléments iconiques comme la photo de couverture, ce qui explique cette focalisation de Facebook sur cet élément particulier de l’identité numérique de ses utilisateurs. Alors qu’avec le drapeau bleu-blanc-rouge ou arc-en-ciel, l’effet de groupe rend les intentions individuelles difficiles à analyser, le changement d’une photo de couverture reste en revanche complètement à l’initiative de l’utilisateur/trice. Les médias et autres institutions arborent souvent un bandeau noir (rappelant le ruban traditionnellement associé au deuil), mais on trouve aussi d’autres symboles ou des slogans.

couv

capture d’écran

couv1

capture d’écran

couv2

capture d’écran

couv3

capture d’écran

L’image-slogan

Les technodiscours ont pour particularité d’être sémiotiquement composites: s’il est en ligne, même un bloc de texte sans hyperlien se trouve dans un environnement composite où le technique et le langagier sont indissociables, ce qui est inédit dans l’histoire du langage. Mais que faire des images produites en ligne et arborant du texte? C’est par exemple le cas des memes, comme celui-ci; j’aborderai ce sujet dans un prochain billet.

Au moment des attentats de janvier, le slogan « Je suis Charlie » a émergé très rapidement: si l’on en croit Wikipédia, il a été « créé par Joachim Roncin, un graphiste français, dans les heures suivant l’attentat contre le journal Charlie Hebdo ». Il apparaît sous cette forme:

« Je suis Charlie » par Joachim Roncin (proof), Charlie Hebdo (charliehebdo.fr)Typefaces authors: Mark van Bronkhorst (Sweet Sans Heavy), H. Hoffman/H. Berthold (Block Condensed) — Joachim Roncin’s Twitter. Sous licence CC0 via Wikimedia Commons

Toujours selon Wikipédia, « l’auteur a repris le logo de Charlie Hebdo pour le mot ‘Charlie’ et la typographie du magazine pour lequel il travaille pour les mots ‘Je suis' »; il a ensuite posté cette image sur Twitter. En quelques minutes, le syntagme se transforme en slogan et devient viral, notamment via le hashtag #JeSuisCharlie. Par la suite, lors des manifestations de soutien, on le retrouve hors du web sous forme d’autocollants, d’affiches et autres pancartes, que ce soit ou non avec le design et la formulation originels.

Je_suis_Charlie,_Montreal,_7_January_2015_(3)

« Je suis Charlie, Montreal, 7 January 2015 (3) » par Gerry Lauzon from Montreal, Canada — Montreal est Charlie. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons

Nous_sommes_Charlie_Reims_05915

« Nous sommes Charlie Reims 05915 » par G.Garitan — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

On voit donc que le statut sémiotique d’une telle image est complexe: il s’agit d’un texte devenu slogan mais créé et diffusé comme une image, devenu ensuite hashtag, utilisé comme photo de profil, mais aussi imprimé et prenant donc une dimension matérielle, imité, modifié… Il a en outre fait l’objet depuis de très nombreuses variations, à l’occasion d’événements dramatiques comme celui du 13 novembre, où on a vu émerger des variantes de la formule comme « Je suis Paris » ou « Je suis en terrasse ».

Les attentats du 13 novembre ont leur propre illustration-symbole, sans texte cette fois. Elle a été postée dès minuit sur son site et sur Instagram puis Twitter par un autre « graphic designer », Jean Jullien. Une légende est ajoutée sur Instagram et Twitter: « Peace for Paris », mais c’est l’image qui reste et est utilisée à son tour comme photo de profil ou de couverture, parfois avec des variantes.

peace for parisParis7 Paris14Si cette image ne comporte pas de texte, on peut cependant la considérer comme une image-slogan, non seulement parce qu’elle a été très largement adoptée et reprise, mais aussi parce qu’elle est glosable et constitue en elle-même une revendication, un peu à la manière du poing féministe dans le symbole « femme ».

La viralité sur Internet ne concerne pas que la diffusion des contenus (comme l’image-slogan), elle concerne aussi des pratiques technodiscursives qui se veulent à la fois temporaires (Facebook permet d’adopter le drapeau français pour un jour, 3 jours, 1 semaine ou la durée souhaitée) et massifs. Les deux technogenres relèvent d’une technologie de soi qui joint émotions personnelle et collective et tend, peut-être, à dissoudre les motivations individuelles dans un discours unique.  Dans les deux cas, l’adoption du genre technodiscursif se situe dans une négociation entre identité auto-énoncée et identité imposée par l’Autre, c’est-à-dire à la fois par les autres et par la machine.


Références utilisées

ABBAS Yasmine et DERVIN Fred (éd.), 2009, Digital Technologies of the Self, Newcastle, Cambridge Scholars.

GEORGES Fanny, 2009, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux n° 154, p. 165-193.

PAVEAU Marie-Anne, Technologies discursives [Carnet de recherche].


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *