Après (2) Evénement, réseaux sociaux et valeur éthique des discours

Les attentats de janvier 2015 ont placé au coeur du débat public une question: peut-on tout dire? Cette question met en jeu la liberté d’expression, la liberté de la presse en particulier (puisque l’attentat contre Charlie Hebdo se présentait comme une réaction à des discours); il est également utile d’en interroger la dimension morale. La question « Peut-on tout dire? » est au coeur de Langage et morale, de Marie-Anne Paveau, qui présente des éléments pour l’analyse d’une éthique de la parole et  dont on trouvera ici l’introduction.

Internet en général, et les réseaux sociaux en particulier, semblent régulièrement susciter des polémiques concernant une telle éthique. Nombre de discours déclinistes déplorent le fait que n’importe qui puisse prendre la parole pour dire n’importe quoi; c’est donc la dé-hiérarchisation des locuteurs et des propos qui semble poser problème. Ce discours déploratoire prend des inflexions plus sévères, voire martiales, quand un événement surgit dans lequel les nouvelles technologies sont soupçonnées de jouer un rôle. Quand on ne s’écrie pas que c’est la faute aux jeux vidéo, comme on a pu le faire au sujet des terroristes Breivik et Merah, on assure que la Playstation 4 a servi de moyen de communication crypté aux terroristes. On se précipite donc pour critiquer Whatsapp et autres moyens de communications cryptés, et proposer, bien sûr, de les contrôler – contrôler Internet, c’est apparemment la réponse immédiate (et très largement critiquée) au terrorisme. Nicolas Sarkozy, lui, propose (comme après les attentas de Merah) de créer un délit de consultation de sites terroristes; comme si consultation signifiait adhésion, comme si, au finale, on craignait une sorte de contamination par Internet (lire = s’exposer à être contaminé). Si c’est Internet qui transporte le virus djihadiste et qu’on ne peut l’attaquer à la source, alors, essayons de contrôler Internet.

Les réseaux sociaux, dans la mesure où ils favorisent l’expression dé-hiérarchisée et simultanée de millions d’anonymes au sujet d’un même événement, se retrouvent particulièrement en ligne de mire. Rue89 cite ainsi le Vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l’Intérieur belge, qui « évoque les difficultés à contrer la propagande en ligne de Daech et des apprentis djihadistes qui ‘se radicalisent devant leur PC' » et qui déplore:  » J’ai entendu dire qu’ils envoient 100 000 messages sur Twitter par jour ». Rue89, toujours, met en avant cet article au titre sinistre: « Comment Facebook m’a mis sur la voie du Djihad ». L’auteur explique comment sa Timeline s’est transformée en l’espace de quelques heures, suite à une expérimentation de sa part, en « réseau pro-djihadiste ». Dans la soirée du 13 novembre, les informations concernant les attentats apparaissent d’abord sur Twitter, avec le hashtag #fusillade. Selon Facebook, dans les 24h suivant les attentats, plus de 120 millions de personnes avaient « exprimé leur émotion, leur soutien et leur solidarité aux personnes touchées » sur le réseau, qui a également enregistré 320 millions d’interactions concernant l’événement.

Dès le week-end suivant, « Les Décodeurs » du Monde étaient sur le pont pour analyser et contredire les nombreux « hoax », « fakes » et autres rumeurs qui se propageaient déjà sur les réseaux sociaux. Le journaliste Samuel Laurent écrit (le 20 novembre):

La France vit, agit, souffre et pleure aussi sur Internet et sur les réseaux sociaux. Et la tragédie du 13 novembre l’a, s’il le fallait encore, prouvé. La France qui sort le vendredi soir, celle des 18-40 ans, c’est celle des utilisateurs de Twitter, Facebook ou WhatsApp. Et c’est vers ces médias qu’elle se tourne, même, voire surtout, en cas d’urgence.
Samuel Laurent prend soin de commencer par les beaux gestes, les hashtags de la solidarité qui ont tout de suite été créés, comme #PortesOuvertes, utilisé par des Parisien·nes proposant d’héberger les gens qui auraient besoin de trouver un abri. Il a répété cela dans une émission de France Culture où il était invité, qui avait pourtant choisi de se centrer sur ces manipulations délibérées qui émergent sur Internet et peuvent atteindre une portée virale.
Le 24 octobre 2015, le gouvernement publiait un guide bonnes pratiques des réseaux sociaux en cas d’urgence (#MGSU: pratique des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence):
Il s’agit pour l’Etat de s’appuyer, en cas par exemple de catastrophe naturelle, sur des internautes volontaires et mobilisés, à la fois pour diffuser l’information officielle fiable sur la crise, et remonter de l’information de terrain, via tous les moyens offerts par le web social : tweets, photos géolocalisées, cartes interactives, outils contributifs … Cette collaboration avec les internautes permet à l’Etat de démultiplier sa surface de diffusion et de captation d’information, et d’être d’autant plus efficace pour sa gestion de crise.
Il est précisé plus loin:
Vous êtes au cœur de l’événement. Chacun d’entre vous est en mesure de créer, de relayer et d’amplifier les informations qui circulent sur les réseaux sociaux et sur le web en général.
D’où une triple injonction: 1) Anticipez! 2) Soyez responsable! et 3) Soyez citoyen!, ces deux dernières ayant une valeur fortement morale. Etre responsable consisterait à « éviter la propagation des rumeurs »:
La responsabilité faisait déjà partie des codes déontologiques du  ou de la journaliste; on voit maintenant émerger l’idée d’une responsabilité de l’internaute, qui se voit adresser toute une série d’injonctions (« évitez », « relayez », « vérifiez »…) concernant son usage d’Internet. Cette campagne du gouvernement repose sur la notion, nouvelle, de l’internaute-citoyen, acteur démocratique ayant des obligations éthiques à respecter dans ses usages d’Internet. C’est là une nouvelle manière d’envisager la question de la portée morale des discours.

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maxime Triquenaux dit :

    La question de l’internaute-citoyen a été vraiment posée aussi pendant l’épisode des « chats » twittés pendant le couvre-feu informationnel qu’a réclamé le gouvernement belge concernant la situation de Bruxelles le 22 novembre. Tout va tellement vite en ce moment, qu’on a vraiment l’impression que des choses se créent. C’est vraiment sidérant. En tout cas merci d’essayer de rationaliser et verbaliser tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *