Après (1) Et Internet, dans tout ça?

Je n’avais pas mon smartphone vendredi soir dernier, laissé à la maison pour aller à un festival de musique, mains dans les poches, pas de sac à dos, légère. Entre deux concerts, dans le bar, un homme se tourne vers moi, téléphone à la main, et tout bas me parle d’une fusillade. Je demande s’il a reçu des notifications, s’il a recoupé l’info, il me dit « Non, mais vous savez, les gens sont mieux informés que les médias, aujourd’hui ». Il me tend son écran, sur Twitter il a opéré une recherche avec le mot dièse #fusillade. Notre discussion est étrange, économe en mots, entre incrédulité et inquiétude. Dans la salle de bar, les visages penchés sur leurs téléphones, comme ils le sont souvent, partagent peu à peu la même incrédulité et la même inquiétude, mais rien de plus. Juste des lumières bleutées et blanches soulignant les traits des visages. Bientôt ce sont les barmans qui se retirent dans un coin pour consulter leur écran à la va-vite et reviennent, servent, les sourires disparaissant. La nuit fut longue. Comme d’autres, je retrouvai mon smartphone inondé de messages en rentrant, et la Toile déjà naturellement saturée d’infos et de commentaires. Tout n’a été depuis qu’en s’amplifiant.

C’est l’introduction-témoignage de la journaliste Marie Richeux à une émission diffusée le 18 novembre 2015 sur France Culture, dans Les Nouvelles Vagues, qui consacre une semaine à « Nos états d’urgence ». Cette très bonne émission accueille deux journalistes, Samuel Laurent et Catherine Petillon, pour parler des « rumeurs », « hoax » et autres « fake », choisis comme angle d’approche pour aborder « l’émotion sur les réseaux sociaux ».

J’étais la semaine dernière à Valence, en Espagne, pour le 1er Congrès International d’Analyse du Discours Numérique (ADDA). J’étais contente d’être loin de Paris, dans une très belle ville, et de parler d’autre chose que des attentats; et pourtant, ils se rappelaient sans cesse à moi, que ce soit par un propos anodin qui devenait pour moi allusion, ou avec cette chercheuse qui a pris l’air désolé et m’a caressé le bras en apprenant que je venais de Paris.

Mais c’est aussi parce qu’Internet, les réseaux sociaux en particulier, ont occupé une place très importante dans les discours qui ont émergé depuis une semaine (déjà). J’ai entendu parler, en vrac, de l’encodage des communications, des drapeaux bleu-blanc-rouge sur Facebook, des beaux hashtags de l’émotion comme #PortesOuvertes, des hoax; j’ai entendu parler d’émotions et de politique (parfois inextricablement liées) telles qu’elles s’expriment en ligne; j’ai vu mes contacts en parler, j’ai entendu des étudiantes en parler, j’ai lu des articles, écouté des émissions qui en parlaient… Au moment où nous semblons avoir tellement besoin de mots et où nous essayons de trouver, créer, voire offrir du sens, les commentaires reviennent presque systématique vers Internet, point de convergence des attentes et des inquiétudes.

Ceci est donc ma propre tentative de faire sens d’un événement qui semble au-delà de toute rationalisation. Je n’ai pas, mais alors vraiment pas l’intention d’adopter le ton docte de celle qui prétend savoir et comprendre. Je ne sais pas grand-chose et je ne comprends rien à ce qui s’est passé. Mais j’utilise les concepts et les méthodes qui sont les miens pour tenter d’analyser les discours et les pratiques qui émergent sur Internet autour de l’événement. En outre, c’est maintenant, si l’on en croit les modèles existant en analyse du discours, que se construit l’événement et son sens, à travers les discours tenus sur lui; autant essayer d’en garder une trace.


 

Sujets que je pense aborder dans les jours qui viennent (la liste peut évoluer):

  • réseaux sociaux, amplification et valeur éthique des discours
  • événements et genres de discours numériques
  • à la recherche d’un slogan?
  • les visages et les noms

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *