« Théorie du genre »: personnification et agentivité

Look! It’s moving. It’s alive. It’s alive… it’s alive, it’s moving, it’s alive, it’s alive, it’s alive, it’s alive, IT’S ALIVE! (James Whale, Frankenstein, 1931

Introduction. Personnification et stratégie discursive

La « théorie du genre » occupe, dans le discours antigenre, un rôle prototypique propre au discours polémique: celui d’ennemi unique. Il s’agit d’une stratégie reposant sur l’amalgame et la simplification, gages d’une plus grande efficacité polémique; cette stratégie est identifiée depuis longtemps (Domenach 1950; Angenot 1982). Wieviorka la définit comme faisant « fusionner des phénomènes distincts en les intégrant dans une catégorie unique » et comme  » instrument de démonisation » (1993: 115). Cette démonisation passe, dans le discours antigenre, par la personnification, figure consistant à « faire d’un être inanimé ou d’une abstraction un personnage réel » (Littré, cité par Dupriez 1984: 344). Les locuteurs emploient d’ailleurs régulièrement une majuscule pour « théorie », « genre » ou les deux, ce qui permet à la fois de placer l’emphase sur l’expression « théorie du genre » et de la situer du côté des noms propres. C’est par exemple le cas sur le blog « Théorie du genre. virus idéologique »:

ex 1

Les premières recherches rattachables au Genre dans ses ambitions politiques traitaient principalement des écarts de participation politique entre hommes et femmes, et de la sous-représentation de ces dernières au sein des élites dirigeantes. Petit à petit, les limites inhérentes à ce type d’approches ont conduit à un changement d’optique ; est alors apparu ce que nous nommons « Théorie du Genre » et que ces chercheurs désignent souvent par « perspective du genre ». (source)

ex 2

Les chercheurs concernés n’aiment pas entendre « Théorie du Genre » (l’expression est cataloguée « droite désapprobatrice et réactionnaire »). Ils sont bien plus nuancés, fins et délicats – alors que « Théorie du Genre » ça sonne un peu idéologie, un peu grande botte en cuir si vous voyez ce que je veux dire. (source)

ex 3

NB: cette page et en particulier le cas de John Money n’a strictement rien à voir avec l’homosexualité. Nous avons créé cette page dans le but d’alerter la presse, les institutions françaises, le grand public – et particulièrement les parents d’élèves – sur les origines de la Théorie du Genre : la folie de son créateur, sa pédophilie assumée, ses mensonges, les conséquences meurtrières de ses expérimentations et son influence toxique sur la pensée contemporaine. Nous récusons par avance, et avec fermeté, tout soupçon d’homophobie. (source)

Parmi les marques de la personnification, Dupriez cite aussi la fonction de sujet d’un verbe animé, marque « peu sûre », dit-il, car elle est souvent employée « par commodité, surtout pour les termes abstraits, en dehors de toute personnification » (1984: 345). On a dans ce cas plutôt affaire à une métaphore. C’est pourtant la marque principale sur laquelle je choisis de fonder mon analyse, en m’appuyant sur sa récurrence dans le discours antigenre: je considère en effet que la personnification de la « théorie du genre » et le fait de lui prêter une agentivité constituent des stéréotypes.

Agentivité

Dans un article consacré à la capacité d’agir discursive dans le discours de femmes enceintes portant sur l’accouchement, Marignier rappelle qu’en anthropologie linguistique, le concept d’agentivité est utilisé pour « étudier les différents degrés de capacité d’action, de subjectivité ou d’autonomie conférés aux entités animales, humaines ou surnaturelles dans les pratiques langagières. Il s’agit par exemple d’étudier l’attribution du rôle sémantique d’agent au sein des pratiques langagières pour comprendre comment le langage structure la vie sociale » (Marignier 2015). Duranti 2004 définit le concept ainsi:

(1) Agency is here understood as the property of those entities (i) that have some degree of control over their own behavior, (ii) whose actions in the world affect other entities’(and sometimes their own), and (iii) whose actions are the object of evaluation (e.g. interms of their responsibility for a given outcome). (2004: 453)

Les locuteurs peuvent attribuer une capacité d’agir (une agentivité) à des humains, des animaux ou des objets non-animés qui répondent donc pour lui à 3 critères:

      (i) elles exercent une forme de contrôle sur leur propre comportement, autrement dit elles ne sont pas entièrement déterminées par des forces extérieures;

 

      (ii) elles prennent part dans une chaîne de causes et d’effets;

 

    (iii) ces actions, qui incluent dans la perspective de Duranti le discours, peuvent faire l’objet d’une évaluation en termes moraux mais aussi en termes de performance d’une certaine compétence linguistique (2004: 454).

Je ne cherche pas ici à prouver point par point que la figure de la « théorie du genre » répond à chacun ces critères; je pars de l’hypothèse que, la « théorie du genre » étant personnifiée, les locuteurs lui prêtent certaines formes d’agentivité au sens où l’entend Duranti. Ce dernier s’intéresse à l’agentivité discursive, c’est-à-dire telle qu’elle se manifeste à travers le langage; or on verra que la « théorie du genre » n’est pas seulement un ennemi qui agit, c’est aussi un ennemi qui pense et qui parle.

C’est la guerre

La métaphore de la guerre n’a rien d’exceptionnel dans le discours polémique — au contraire, puisque l’étymologie de polémique (πολεμικός, polêmikôs « qui concerne la guerre ») est très souvent réactualisée en discours. Le discours antigenre ne fait pas exception, si bien qu’on rencontre ensemble, sans surprise, les figures de la métaphore et de la personnification:

ex 4

ex 5

ex 6

« Théorie du gender » est glosé dans l’ex 4 par l’apposition nominale « une idéologie controversée et contredite par la science », et « #théorieduGenre » dans l’ex 5 est défini comme « une idéologie de mort […] ». Dans les deux cas, cette théorie / idéologie se trouve en position syntaxique de sujet d’un verbe actif: c’est un ennemi étranger qui « déferle sur l’Europe » et « s’attaque aux êtres les plus faibles de notre société ». Son origine anglo-saxonne est révélée dans l’ex 6, où la « théorie du genre » se trouve cette fois en position de patient, par l’emploi du verbe « bouter », qui rapelle bien sûr Jeanne d’Arc et l’invasion anglaise.

Une théorie qui parle et qui agit

Il est courant, lorsqu’on parle d’une théorie, d’en faire l’origine énonciative de son propre contenu (« cette théorie dit que… »). La « théorie du genre » ne déroge pas à cette habitude, faible marque de personnification en soi mais qui participe, dans le discours antigenre, du cliché qui m’intéresse dans ce billet (la mise en gras est de moi):

ex 7

Je viens de cosigner, avec plusieurs collègues parlementaires, une lettre qui sera adressée au ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel. Nous tenons à dénoncer « la théorie du genre sexuel », présente depuis peu dans certains manuels de sciences et vie de la terre de classe de première.
Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels. (source)

ex 8

D’après la théorie du genre, notre genre devrait être fondé sur notre orientation sexuelle, que nous sommes libres d’accepter. (source).

C’est aussi une théorie qui construit ses propres concepts, sans avoir besoin, visiblement, de l’intervention d’humains:

ex 9

La relativité, au sens savant du mot, existe par ce qu’il y a une certaine théorie qui élabore ce concept et en fait la clé d’explication d’un certain nombre de phénomènes. De même, le genre serait un concept construit par la « théorie du genre », censée manifester la pertinence analytique de ce concept pour rendre compte d’un certain nombre de phénomènes – biologiques, sociaux, psychologiques, etc. (source)

Mais la « théorie du genre » se trouve également en position de sujet de verbes de parole et/ou d’action:

ex 7

[…] Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels.
Ces manuels imposent donc une théorie philosophique et sociologique qui n’est pas scientifique, qui affirme que l’identité sexuelle est une construction culturelle relative au contexte du sujet. (source)

ex 10

S’inscrivant dans la lignée du flamboyant (et globalement émancipateur) Deuxième sexe de Simone de Beauvoir (« on ne naît pas femme, on le devient »), la Gender Theory promue par la philosophe états-unienne Judith Butler nie l’objectivité du genre social. (source; italiques dans l’original)

ex 11

La théorie du genre, dénonçant, parfois avec raison, des pressions sociales sexistes, en vient – sans rendre compte de manière satisfaisante de ses pressions (elles en est tout bonnement incapable) – à sombrer dans le négationnisme naturel.
[…]
En mettant en avant les cadres supposés contraignants dans l’avènement d’un genre pour que celui-ci corresponde au sexe biologique, la théorie du genre suppose que la société a des idées a priori, non critiques, qui détermineraient ensuite sa contrainte sur les individus. Mais la théorie ne prouve rien de cela, elle se contente de critiquer une espèce de naturalisme sans pour autant expliquer comment il serait à l’origine des contraintes sociales. (source)

Volonté et capacité d’agir

La « théorie du genre » est enfin décrite comme dotée d’une volonté propre, et d’une capacité d’agir en fonction de cette volonté.

ex 12

En l’occurrence, la théorie du genre qui nous est imposée entend dissocier l’identité sexuelle véritable, donnée par la biologie, d’une identité dite « de genre », qui serait définie par les désirs et le ressenti de la personne. Etre de genre masculin ou féminin ne dépendrait pas de ce que nous sommes réellement mais de ce que nous voulons être ou pensons être. (source; commentaire)

ex 13

De manière très générale, nous considérons donc que la « théorie du genre », qui tente actuellement de s’officialiser planétairement sans débat anthropologique préalable, notamment dans certains manuels scolaires « new look », est idéaliste, voire immatérialiste, et qu’elle part d’une conception faussée des rapports entre nature et culture et plus encore, d’une conception néolibérale de la liberté humaine. (source; italiques dans l’original)

L’ennemi est en effet considéré comme poursuivant un but, qui est exprimé de manière différente selon les locuteurs. Le verbe « viser » apparaît à de nombreuses reprises (ce ne sont là que quelques exemples), ce qui montre l’importance, pour les locuteurs, de cette dimension conspirationniste (la « théorie du genre » agit de façon dissimulée en vue d’une fin considérée comme repoussoir ultime). C’est peut-être aussi l’une des particularités des définitions spontanées (non savantes), qui mettent l’accent moins sur le contenu descriptif de l’objet que sur sa finalité.

ex 14

ex 15

ex 16

ex 17

Conclusion

Certains éléments de l’analyse que je propose ici sont sans surprise, par exemple en ce qui concerne la métaphore de la guerre. Mais c’est la récurrence, dans le discours antigenre, de la figure de la personnification, et donc sa dimension stéréotypique, qui en fait l’intérêt. J’ai parlé, en introduction, de la stratégie de l’ennemi unique et de son lien avec la personnification; il me semble qu’on peut avancer une autre explication à l’importance de cette figure. En effet, dans tous les énoncés cités, on constate l’absence singulière de l’intervention d’humains, permise par le fait que la « théorie du genre » occupe souvent la fonction syntaxique de sujet, ou qu’on lui attribue un point de vue (« selon la théorie du genre… »). Dans l’ex 10, le locuteur explique que « la Gender Theory [est] promue par la philosophe états-unienne Judith Butler », mais c’est la théorie elle-même qui « nie l’objectivité du genre social ». La modalisation permet de se distancer d’une source énonciative pourtant non explicitée: « […] le genre serait un concept construit par la « théorie du genre », censée manifester la pertinence analytique de ce concept […] » (ex 9).

L’ennemi est donc une « théorie du genre » venue des Etats-Unis mais qui, dans ces énoncés, semble être auto-générée. C’est peut-être là un moyen d’éviter de désigner des cibles humaines, des groupes sociaux responsables de cette « idéologie de mort », « controversée et contredite par la science » (notons que cette dernière est aussi personnifiée). Le discours antigenre ne s’abstient pourtant pas toujours de pointer du doigt le « lobby gay », le militantisme LGBT et féministe ou encore les chercheur·es en études de genre. Peut-être la tendance à personnifier la « théorie du genre » est-elle donc une manière d’éviter l’accusation d’homophobie, souvent adressée aux militant·es antigenre et anti-mariage pour tous.

Références citées

ANGENOT M., 1982, La parole pamphlétaire. Contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot/Rivages.
DOMENACH J.-M., 1950, La propagande politique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je? ».
DUPRIEZ B., 1984, Gradus. Les procédés littéraires (Dictionnaire), Paris, 10/18.
DURANTI A., 2004, « Agency in Language », dans A. Duranti (éd.), A Companion to Linguistic Anthropology, Oxford, Blackwell, p. 451-473.
MARIGNIER N., 2015, « L’agentivité en question: étude des pratiques discursives des femmes enceintes sur les forums de discussion », Langage et société, n° 152, p. 41-56.
WIOVIORKA M. (dir.), 1993, Racisme et modernité, Paris, La Découverte.

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "« Théorie du genre »: personnification et agentivité," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 29/09/2015, consulté le 22/10/2017, http://cursives.hypotheses.org/256. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *