Féminin plurielles: un mini-manifeste

ELLES AFFIRMENT TRIOMPHANT QUE
TOUT GESTE EST RENVERSEMENT.
Monique Wittig, Les Guérillères

Déjà habituée à l’écriture bloguesque, que je pratique sur un blog militant consacré à la vulgarisation des études de genre et au féminisme, j’ouvre avec ce carnet un espace de réflexion (non monologique, je l’espère) sur les rapports et multiples points de rencontre entre les linguistiques discursives, les études de genre et les théories féministes. Ce carnet me permet ainsi de prolonger et d’approfondir des pistes explorées dans mon travail de thèse portant sur les métadiscours polémiques au sujet des dénominations liées au genre, aux sexualités et au féminisme, sous la direction de Marie-Anne Paveau (Paris 13). Je cherche, dans le cadre de ce travail, à articuler et faire dialoguer l’analyse du discours avec les apports théoriques et méthodologiques des études de genre et des études féministes.

Au-delà de mon travail de thèse, ce carnet me permet d’explorer des questions liées à des domaines divers mais qui s’entremêlent dans l’approche que je tente de mettre en place, comme les rapports entre genre et langage, les discours et métadiscours sur le genre (notamment dans le cadre de la controverse sur le genre), l’intégration possible des théories féministes et des études de genre en analyse du discours ; d’explorer aussi des concepts dont je pose actuellement les jalons, notamment ceux de militantisme lexical et d’éthique langagière féministe.

Le féminin pluriel, dans le titre de ce carnet, reflète plusieurs partis-pris de recherche, parmi lesquels :
– la lutte systématique contre l’invisibilisation (linguistique, sociale) du féminin ;
– le choix du questionnement et de la remise en cause des cadres et normes traditionnels associés au genre ;
– la prise en compte de toutes les femmes, considérées comme sujets d’expériences, de désirs et de savoir tout autant qu’objets de recherche ;
– la prise en compte de toutes les femmes, enfin, dans une approche rendant justice à la multiplicité des formes de domination et à leurs intersections.

Ce titre se veut une référence (obscure, certes) au roman Les guérillères dont je cite le poème-manifeste en exergue. Monique Wittig y érige le pronom elles, statistiquement rare (le masculin l’emportant, c’est bien connu, sur le féminin) en pronom universel, dans une tentative non pas de féminisation du monde, « sujet d’horreur aussi bien que sa masculinisation », mais « de rendre les catégories de sexe obsolètes dans le langage ». « Avec elles », écrit Wittig, « j’ai tablé sur le choc porté au lecteur d’un récit entièrement conjugué par elles, sur le fait que la présence unique et souveraine de elles comme sujet, constitue un assaut sur le lecteur » (Wittig 2007 : 100).

Les études sur les femmes et, dans leur prolongement, les études de genre constituent en quelque sorte un écho scientifique, universitaire, de l’entreprise littéraire de Wittig. Sans « choc », sans déstabilisation des individus et des catégories, sans mise à nu des impensés du genre, ce champ d’études n’a pas de raison d’être. Mais son apport ne se résume évidemment pas à cela ; les études de genre questionnent et ébranlent des évidences, mais elles construisent également un nouveau rapport à la réalité sociale et au savoir. C’est en cela qu’elles peuvent être précieuses à l’analyse du discours, qui « vise à rapporter les textes […] aux lieux sociaux qui les rendent possibles et qu’ils rendent possibles » (Maingueneau 2009 : 18-19).

Toulouse-Lautrec, couverture de l'album _Elles_, 1896

Toulouse-Lautrec, couverture de l’album Elles, 1896

Références citées
WITTIG Monique, 2007, « La marque du genre », La pensée straight, Paris, Editions Amsterdam.
__, 1969, Les Guérillères, Paris, Editions de Minuit
MAINGUENEAU Dominique, 2009, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.


Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/07/2015

    […] Déjà habituée à l’écriture bloguesque, que je pratique sur un blog militant consacré à la vulgarisation des études de genre et au féminisme, j’ouvre avec ce carnet un espace de réflexion (non monologique, je l’espère) sur les rapports et multiples points de rencontre entre les linguistiques discursives, les études de genre et les théories féministes. Lire la suite… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *