Le genre: mal ou pis?

Il n’y aurait pas d’erreur sans le sentiment même de l’évidence. (Aragon)

Dans mes deux derniers articles, je me suis concentrée sur la question fondamentale de l’analyse du discours telle qu’elle est pratiquée dans les sciences du langage en France depuis les années 60-70: comment rendre compte de ce qui creuse et délinéarise le discours, de ce qui en fait autre chose qu’une suite de mots articulés en phrases et en propositions? En effet, l’analyse du discours part du présupposé que le sens ne se trouve pas dans les mots eux-mêmes mais au croisement de paramètres divers: le fil du discours est traversé à la fois par ses « conditions de production », d’ordre socio-historique, et par d’autres discours (déjà tenus, antagonistes, voisins, anticipés…). J’ai en effet parlé de la manière dont les citations circulent, informent et nourrissent les discours, et de la dissimulation, sous un terme, de discours et de raisonnements argumentatifs déjà tenus. Deux manières d’envisager le fil du discours comme traversé par d’autres discours et de montrer l’importance de la mémoire discursive (Courtine 1981), c’est-à-dire la mémoire d’autres discours, connus et disponibles pour le locuteur et, normalement, son ou ses allocutaires.

Cette question fondamentale a été traitée de diverses manières en analyse du discours et sous différentes étiquettes théoriques, dans le détail desquelles il n’y a pas lieu de rentrer ici; dialogisme, interdiscours, préconstruit et hétérogénéité en sont les plus importantes, et convoquent des horizons théoriques parfois très différents. Dans tous les cas, il s’agit de montrer que ce creusement du discours par des « autres » (discursifs, sociaux, historiques) en détermine le sens. Ainsi, la tradition dialogique, qui a fortement marqué l’analyse du discours et d’autres disciplines du discours, considère à la suite de Bakhtine qu' »il n’existe pas de mots qui ne soient à personne » (Bakhtine dans Todorov 1981: 83), autrement dit:

Aucun membre de la communauté verbale ne trouve jamais des mots de la langue qui soient neutres, exempts des aspirations et des évaluations d’autrui, inhabités par la voix d’autrui. Non, il reçoit le mot par la voix d’autrui, et ce mot en reste rempli. Il intervient dans son propre contexte à partir d’un autre contexte, pénétré des intentions d’autrui. Sa propre intention trouve un mot déjà habité. (Bakhtine dans Todorov 1981: 77)

Ou encore:

Toute énonciation, même sous sa forme écrite figée, est une réponse à quelque chose et est construite comme telle. Elle n’est qu’un maillon de la chaîne des actes de parole. Toute inscription prolonge celles qui l’ont précédée, engage une polémique avec elles, s’attend à des réactions vives de compréhension, anticipe sur celles-ci, etc. (Bakhtine 1977: 106)

Après avoir envisagé différentes formes de citation et relations au discours de l’autre, ainsi que l’inscription, dans les mots eux-mêmes, d’une mémoire discursive, je me concentre maintenant sur la forme rhétorico-logique de la fausse alternative telle qu’elle apparaît dans le discours antigenre.

Qu’est-ce qu’une fausse alternative?

Il s’agit d’un lieu commun argumentatif bien identifié par les locuteurs ordinaires (non-savants), qui consiste à proposer une alternative entre deux éléments en la présentant comme la seule possible. Cette forme crée donc un effet d’évidence et de ce que, en analyse du discours, on nomme le préconstruit. Comme je l’expliquais dans mon billet sur les hashtags à rôle argumentatif, le préconstruit est un effet d’évidence, de déjà-là, qui fonctionne en quelque sorte de manière tautologique: l’évidence est censée résister au questionnement critique par son évidence même. Certaines formes permettent, de manière privilégiée, de créer cet effet d’évidence; dans un article fondateur datant de 1975, Paul Henry parle de l' »effet subjectif d’antériorité, d’implicitement admis » qui, selon lui, est caractéristique de certains fonctionnements des propositions relatives. Par exemple, dans la phrase (inventée) De Gaulle, qui était un grand patriote, voulait résister, « qui était un grand patriote » fonctionne sur ce mode, en présentant comme établie et inquestionnable l’identité entre « De Gaulle » et « grand patriote ».

Pour revenir à la fausse alternative, je prends pour l’illustrer un exemple cité dans un article paru sur le site « Les mots sont importants » et que l’on doit à Caroline Fourest:

On peut se demander, par exemple, s’il ne vaut pas mieux faciliter l’accès à la nationalité française plutôt que de fermer cette porte tout en laissant une fenêtre ouverte: le droit de vote aux élections locales.

L’article commente:

Le procédé est habile : il s’agit, pour mettre hors-jeu une politique progressiste qu’on désapprouve mais contre laquelle on est incapable d’argumenter, de construire de toutes pièces une alternative entre ladite politique progressiste et une autre mesure progressiste, beaucoup plus largement plébiscitée que la première, en pariant sur l’inattention de l’auditoire. Charmé par le caractère réellement progressiste de la proposition alternative, ledit auditoire peut, s’il manque de vigilance, en oublier que ladite mesure alternative n’a en réalité rien d’incompatible avec celle qu’elle prétend remplacer.

Thierry Guilbert définit le « discours d’évidence » comme « la forme même de présentation du sens commun » et parle, au sujet de la fausse alternative, de « cadrage manipulatoire » visant à provoquer un effet d’évidence en fixant « le cadre naturel de l’inévitabilité » (2009). Pour Philippe Breton (dans un article sur la rhétorique de J.-M. Le Pen), la fausse alternative est, avec l’amalgame et le retournement, une stratégie argumentative à visée manipulatoire, qu’il décrit de la manière suivante:

Trop enfermer l’auditoire dans cette alternative conduira à la manipulation de la « fausse alternative », à l’instar de tous les énoncés politiques qui sont sur le modèle « le chaos ou moi », énoncé ayant eu en son temps une certaine efficacité chez un orateur comme de Gaulle. Comme argument, le cadrage par alternative doit en même temps convaincre que l’on est bien dans l’univers d’une partition binaire, sans contraindre l’auditoire à être
prisonnier de cette vision. Là réside évidemment toute la difficulté de cet argument, qui a tendance à glisser vers le manichéisme. (1999: 106)

Bien sûr, dans l’exemple cité ci-dessus, l’identification d’une fausse alternative est corollaire d’une dénonciation du procédé. Ce qui suit est une analyse du procédé dans le discours antigenre; j’ai bien conscience de la portée éthique que peut avoir une telle analyse, et préfère l’annoncer d’emblée plutôt que de feindre une objectivité toute factice. C’est un danger constant (et que j’espère éviter) pour les études argumentatives, qui prennent le risque d’outrepasser le cadre de l’analyse pour tomber dans l’évaluation.

Mal ou pis?

Le site « Informations et veille sur le gender » revendique l’objectivité et pourtant ne cache pas son hostilité à la « théorie du gender », provoquant selon ses auteurs « une profonde inquiétude pour l’avenir de nos enfants et plus globalement de la destinée humaine ». On y trouve le sondage suivant:

fausse alternative_1

La fausse alternative est marquée ici à travers le choix des adjectifs à portée axiologique et surtout le contraste entre « fabuleuse » et « néfaste », qui ancre la première possibilité dans l’excès et vise à créer la suspicion. De toute manière, l’environnement immédiat du sondage laisse peu de doute sur le public susceptible de voter et les résultats obtenus (81 à ce jour), même si certain·es semblent avoir décidé de s’amuser du procédé:

fausse alternative_2

On trouve une fausse alternative comparable sur le site « L’Evangile de la vie », qui propose un article intitulé « Gender : imposture ? Escroquerie ? Manipulation ? Supercherie ? ». Il ne s’agit pas, à strictement parler, d’une alternative, qui suppose le choix entre deux options, mais le fonctionnement est comparable: malgré la forme interrogative, il n’y a pas là non plus de doute qu’avec le sondage quant à la réponse qui va être livrée – le « gender » n’est pas l’un ou l’autre, il est en fait tout cela en même temps.

Redéfinir les termes de l’alternative pour convaincre

Juliette Rennes (2006) distingue, dans les enjeux langagiers d’une controverse, ce qu’elle appelle « bataille lexicale » et « bataille sémantique ». La première consiste à débattre du nom à donner aux objets du débat: doit-on, par exemple, parler de « théorie du genre » ou d' »études de genre »? La deuxième, elle, porte sur des mots utilisés par les deux camps, qui ne s’entendent cependant pas sur le sens à leur donner. Ainsi, dans les débats sur le « mariage pour tous », les deux camps produisent des discours sur l’égalité, valeur qu’il est difficile de réfuter aujourd’hui; mais tout le monde ne donne pas au terme le même sens, et c’est alors sa définition même qui devient l’enjeu du débat. On voit donc se déployer des stratégies argumentatives qui incluent la redéfinition spontanée, c’est-à-dire la production de définitions par des locuteurs ordinaires en vue de servir leurs objectifs argumentatifs.

J’ai donné l’exemple de l’égalité car il s’agit d’un des termes centraux dans la « bataille sémantique » à l’oeuvre au sein des polémiques sur le genre. On observe notamment la construction, dans le discours antigenre, d’une fausse alternative entre « égalité » et « différence »: le camp du « mariage pour tous » souhaiterait atteindre l’égalité à travers l’effacement de la différence des sexes. Celle-ci est alors transformée en valeur alternative par les opposant·es au « mariage pour tous », qui lui confèrent donc une dimension axiologique qu’elle n’avait pas au départ.

Cette fausse alternative est largement mobilisée, par exemple, pendant les débats parlementaires. Durant la première discussion publique du projet de loi sur le « mariage pour tous » à l’Assemblée Nationale, Jacques Bompard s’adresse ainsi au gouvernement et à la gauche:

Vous postulez que l’égalité est supérieure à l’altérité, avec pour corollaire la théorie du genre, qui nie l’altérité et la différence des sexes.

Patrick Ollier, lui, s’adresse ainsi à Christiane Taubira:

Vous êtes obsédée par l’égalité, on peut le comprendre. Nous aussi, nous souhaitons l’égalité. Mais pour vous, l’égalité, c’est l’égalité par l’effacement de la différence des sexes, c’est la déconstruction de la parenté fondée sur l’engendrement.

On voit qu’il s’agit de manifester une acceptation apparente de l’égalité comme valeur partagée tout en renégociant la définition de la définition donnée à l’égalité, c’est-à-dire en opposant une bonne et une mauvaise définition (attribuée aux partisans du « mariage pour tous »).

C’est là un topos du débat qu’on retrouve en permanence, sous des formes plus ou moins claires:

Jouer avec les mots de l’adversaire

La fausse alternative, stratégie discursive « manipulatoire » pour Guilbert et Breton, peut aussi s’appuyer sur le trope de l’ironie. Dans le tweet suivant, l’ironie consiste à faire semblant d’adopter le langage de l’adversaire (« la théorie du genre n’existe pas ») pour en fait remplacer le terme rejeté par l’adversaire, « théorie du genre », par un terme ayant une valeur négative encore plus claire, « idéologie du genre » (l’alternative étant donc entre « théorie » et « idéologie »).

De la fausse alternative à la question rhétorique

Je parlais plus haut du lien entre la fausse alternative et les stratégies du retournement et de l’amalgame; je signale enfin sa proximité avec une figure mieux connue, la question rhétorique, qui consiste à poser une question n’attendant pas de réponse, et à suggérer donc par là, effet d’évidence à l’appui, une réponse implicite incontournable. L’exemple (cité ci-dessus) du titre « Gender : imposture ? Escroquerie ? Manipulation ? Supercherie ? » se situe à la frontière entre fausse alternative et question rhétorique. Sur le site « Homme Culture & Identité », on trouve un titre semblable: « La théorie du genre : symptôme d’une société narcissique, manipulée et fascisante? – par Yann Carrière, docteur en psychologie, membre du réseau H.C.I », où la question rhétorique est appuyée par une attribution fonctionnant comme argument d’autorité. Il me semble que comme la fausse alternative, ce procédé vise fondamentalement à créer un effet de préconstruit s’appuyant sur l’évidence et une doxa (un ensemble de savoirs et de croyances préalables) supposée partagée par l’auteur et ses lecteurs.

Références citées
ANGE Daniel (Père), 10 octobre 2011, « Gender: imposture? escroquerie? manipulation? supercherie? », L’Evangile de la vie [site].
BRETON Philippe, 1999, « La ‘préférence manipulatoire’ du président du Front National », Mots, n° 58, p. 101-125.
CARRIERE Yann, 3 avril 2013,  » La théorie du genre : symptôme d’une société narcissique, manipulée et fascisante? », Homme Culture & Identité [site].
COURTINE Jean-Jacques, 1981, « Analyse du Discours politique », Langages, n° 62.
GUILBERT Thierry, 2009, « Discours d’évidence », Normativités du sens commun, Paris, PUF, p. 275-300.
HENRY Paul, « Constructions relatives et articulations discursives », Langages, n° 37, p. 81-98.
Informations et veilleur sur le gender [site].
RENNES Juliette, 2007, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine, l’accès des femmes aux professions de prestige (1880-1940), Paris, Fayard.
TEVANIAN Pierre, 13 juin 2015, « Retour de flamme », Les mots sont importants [site].

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "Le genre: mal ou pis?," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 09/07/2015, consulté le 20/08/2017, http://cursives.hypotheses.org/210. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sceptique dit :

    C’est une blague cette article … vous reprochez au radicaux catholique exactement ce que les sociologues « critiques » se permettent. Partir de leur valeurs pour confirmer les faits. Ce qui est antithétique dans les deux cas d’une démarche scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *