La circulation des citations dans le discours antigenre

puisqu’il n’existe pas de mots qui ne soient à personne (Mikhaïl Bakhtine)

Je pars du principe que le discours antigenre s’inscrit dans un champ discursif, c’est-à-dire un espace (découpé par l’analyste) « où un ensemble de positionnements sont en relation de concurrence au sens large, se délimitent réciproquement » (Maingueneau [1996] 2009: 23). Ce champ est celui des controverses sur l’égalité des sexes, et dépasse évidemment largement, en termes de contenu et de temporalité, l’affrontement autour du genre qui émerge en France en 2011 et se poursuit, de façon plus diluée, aujourd’hui (été 2015). Ce type d’analyse, qui s’appuie sur le concept de « champ » défini par Bourdieu (qui hérite lui-même d’une métaphore venue de la physique), permet d’envisager cet espace comme étant non pas statique mais en perpétuelle reconfiguration, en vertu d’un « jeu d’équilibres instables entre divers positionnements » (Maingueneau [1996] 2009: 24).

Dans Sémantique de la polémique, paru en 1983, Maingueneau considère le discours polémique comme emblématique du fonctionnement normal d’un champ discursif, par lequel

chaque discours travaille indéfiniment à maintenir la stabilité de ses limites en redéfinissant ses relations aux autres composants. […] Pour le chercheur les discours en relation polémique présentent l’avantage de prendre précisément leurs propres limites pour objet; la polémique, en tant que processus réglé d’exclusion de l’Autre, constitue un moyen de renforcer sa propre clôture en s’ouvrant fictivement à une altérité menaçante. (1983: 16)

Ce travail des limites est particulièrement perceptible dans le fonctionnement de la citation en contexte polémique, qui permet de « convier » les discours adverses « pour mieux les annuler » (1983: 24). Le locuteur interprète et traduit en quelque sorte le discours opposé afin de le disqualifier: « il est bien évident que ce n’est pas le discours de l’adversaire saisi dans son fonctionnement effectif qui est cité et annulé, mais un simulacre, construit comme son propre négatif par le discours-agent [le discours citant par rapport au discours cité] » (1983: 16). Maingueneau assigne alors à l’analyste du discours polémique le rôle d' »expliciter les règles de ce processus de traduction indéfini par lequel chacun convertit les énoncés de l’autre en son propre négatif » (1983: 24). Marcellesi parle, lui, du discours polémique comme « para-discours a contrario » vis-à-vis d’un autre discours, c’est-à-dire un discours en quelque sorte dérivé, obtenu à partir d’une série de « para-phrases » et de reformulations à partir d’un discours originel. Reste à savoir quel est le statut de ce premier discours pris pour cible: en existe-t-il véritablement une version originale?

C’est à ce « simulacre » que je m’attache dans ce billet, à travers trois types de cas. Plus précisément, je m’attache à deux choses:

    – la manière dont le discours des adversaire (parfois nommés « pro-genre », « tenants de la théorie du genre » ou encore « genristes ») est cité, interprété et traduit dans le discours antigenre;
    – la circulation de la parole au sein du discours antigenre et, plus largement, dans l’espace de la polémique.

Dans le premier cas, des citations attribuées aux « pro-genre » sont assorties de guillemets mais impossibles à localiser hors du discours antigenre; dans le deuxième, le locuteur les fait parler sous une forme de discours direct libre; dans le dernier, on se situe au plus loin du discours direct et de l’original, puisqu’il s’agit explicitement d’une interprétation du propos de l’adversaire.

De fausses citations

Dans un texte du chargé de bioéthique pour le diocèse de Rennes intitulé « Théorie du gender: un enjeu d’actualité », paru en septembre 2011, il est question de la polémique autour de certains manuels de SVT. C’est cette polémique qui fait naître dans l’espace public les débats sur le genre qui se prolongent aujourd’hui. A l’origine, elle est confinée à la sphère catholique, malgré sa médiatisation précoce; c’est seulement à partir d’automne 2012 que le genre commence à être débattu de façon beaucoup plus large. Dans cette explication de la « théorie du gender » à destination des catholiques, on peut lire par exemple que selon Butler, « le genre peut ne pas correspondre au sexe de la personne: si on naît female (de sexe féminin), cela n’implique pas une destinée sociale de femme ». Mais on trouve aussi des passages comme celui-ci (la mise en gras est de moi):

Dans un tel contexte, « le but définitif de la révolution féministe doit être non simplement d’en finir avec le privilège masculin, mais encore avec la distinction même des sexes » puisque celle-ci est culturellement conditionnée par la domination masculine. Sur ce point, la théorie du gender rejoint le marxisme car « la première oppression d’une classe par l’autre » est celle que les hommes exercent sur les femmes. […] [Elle prône la destruction] de l’éducation, car elle véhiculerait des stéréotypes enfermant les garçons et les filles dans des rôles prédéterminés. De la famille, car elle serait le lieu par excellence de l’oppression de la femme, « réduite » à son rôle d’épouse et de mère. Du dessein de Dieu enfin, car le récit biblique de la création de l’homme et de la femme (Gn 1-2) serait lui-même le « produit d’une culture et d’une histoire patriarcale centrée sur l’homme. »

Et plus loin:

La théorie du gender pose ainsi la question fondamentale du rapport entre nature et culture, entre identité et orientation sexuelle. Selon ses tenants, la nature humaine ne s’imposerait de manière absolue, « chaque personne pourrait ou devrait se déterminer selon son bon vouloir. » L’identité sexuelle devrait ainsi s’effacer devant l’orientation, évolutive et librement choisie. Le but de la gender theory est donc de « libérer » l’individu de tout cadre normatif donné par la nature, la société, la tradition et la religion.

On trouve dans ces deux passages quatre citations directes non attribuées (j’exclus les termes « réduites » et « libérer », qui mériteraient cepandant commentaire):

    a) « le but définitif de la révolution féministe doit être non simplement d’en finir avec le privilège masculin, mais encore avec la distinction même des sexes »
    b) « la première oppression d’une classe par l’autre [est celle que les hommes exercent sur les femmes] »
    c) « [le] produit d’une culture et d’une histoire patriarcale centrée sur l’homme »
    d) « chaque personne pourrait ou devrait se déterminer selon son bon vouloir ».

Ces trois citations sont circonscrites au discours catholique sur le féminisme et le genre, ce qu’une simple recherche Google permet de vérifier. La recherche de la citation a) livre 7 résultats, provenant tous de sites catholiques et/ou antigenre. La recherche de la citation b) en donne 5, et révèle son origine, le Lexique des termes ambigus et controversés sur la vie, la famille et les questions éthiques du Conseil Pontifical pour la famille, dont il sera à nouveau question plus loin. Plus précisément, la citation provient originellement d’Engels, mais son utilisation pour résumer le genre et le situer ainsi dans un contexte marxiste est due au Lexique, et ce n’est qu’à travers lui que la citation circule dans le discours antigenre, sans mention ni de la source originale (Engels) ni du rôle médiateur du Lexique. Enfin, il n’existe que 3 occurrences de la citation c), toujours sur des sites semblables. (Cliquez sur les images pour pouvoir lire le texte)

Recherche citation a)

Recherche citation a)


Recherche citation b)

Recherche citation b)


Recherche citation c)

Recherche citation c)

La citation d), est, comme les autres, implicitement attribuée aux « pro-genre », mais provient en réalité de la « Lettre aux évêques de l’église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’église et dans le monde » de Joseph Ratzinger (futur Benoît XVI), écrite en 2004, qui repose elle même sur l’interprétation du discours adverse sous une forme (modalisée par le conditionnel) qui rappelle le discours rapporté:

Une deuxième tendance apparaît dans le sillage de la première. Pour éviter toute suprématie de l’un ou l’autre sexe, on tend à gommer leurs différences, considérées comme de simples effets d’un conditionnement historique et culturel. Dans ce nivelage, la différence corporelle, appelée sexe, est minimisée, tandis que la dimension purement culturelle, appelée genre, est soulignée au maximum et considérée comme primordiale. […] La racine immédiate de cette tendance se trouve dans le cadre de la question de la femme, mais sa motivation la plus profonde doit être recherchée dans la tentative de la personne humaine de se libérer de ses conditionnements biologiques. Selon cette perspective anthropologique, la nature humaine n’aurait pas en elle-même des caractéristiques qui s’imposeraient de manière absolue: chaque personne pourrait ou devrait se déterminer selon son bon vouloir, dès lors qu’elle serait libre de toute prédétermination liée à sa constitution essentielle.

Faire parler l’adversaire

Le deuxième exemple provient de l’article « Comment la théorie du genre s’introduit dans l’école », publié en avril 2014 sur le site Liberté politique. On y trouve le passage suivant:

Voici tout d’abord quelques définitions relevées chez les théoriciens des gender studies :

– La perpétuation de la domination masculine et du pouvoir hétérosexuel n’est possible qu’à travers le tabou de l’inceste, qui présume lui-même le tabou de l’homosexualité (Butler).
– On naît mâle ou femelle, mais l’on peut indépendamment de cette évidence être homme ou femme, ce qui revient à nier les différences sexuées biologiques.
– Pour éviter que les filles et les garçons ne constatent qu’ils sont différents, au nom de l’égalité, la société (écoles et crèches) doit les conditionner pour qu’ils se croient indifférenciés et leur permettre de choisir le genre auquel ils appartiennent, la biologie se contentant de leur donner un sexe.
– L’identité naturelle sexuée doit être remodelée pour s’affranchir de la part non choisie de l’existence.
– L’homme et la femme n’ont pas de dynamisme naturel qui les pousserait l’un vers l’autre; seuls les conditionnements sociaux rendraient compte de cette soi-disant inclination à la complémentarité naturelle.

Ce qui est présenté comme des « définitions relevées chez les théoriciens des gender studies » n’est en fait, bien sûr, qu’une interprétation de leur discours par le locuteur. La visée polémique de cette interprétation est visible à travers

    – les formes du préconstruit (par exemple à travers la structure argumentative, qui crée un effet d’évidence: « On naît mâle ou femelle, mais l’on peut indépendamment de cette évidence être homme ou femme, ce qui revient à nier les différences sexuées biologiques »),
    – la modalisation ironique (« seuls les conditionnements sociaux rendraient compte de cette soi-disant inclination à la complémentarité naturelle »),
    – toutes les formes de jeu sur l’évidence et le sens commun (« Pour éviter que les filles et les garçons ne constatent qu’ils sont différents »).

Représentations du discours adverse circulant dans le discours antigenre

Enfin, on constate, comme on l’a entrevu dans le 1er point ci-dessus, une forte propension du discours antigenre à ce qu’on pourrait appeler l’endogénéité du discours rapporté, c’est-à-dire à reprendre et faire circuler en cercle fermé des citations ou formulations à l’origine parfois incertaine mais censées, toutes, s’appuyer sur le discours adverse. En 1998, l’évêque péruvien Oscar Revoredo écrit un article intitulé « La Ideología de Género. Sus Peligros y Alcances » qui commence ainsi: « Derrière l’utilisation toujours plus répandue de l’expression « genre », au lieu du mot « sexe », se cache une idéologie qui cherche à éliminer l’idée que les êtres humains se divisent en deux sexes ». Cet article est repris dans le Lexique déjà évoqué publié par le Conseil Pontifical pour la famille (2003 pour la version italienne, 2005 pour la traduction française, d’où est tirée la citation traduite).

Or dans le texte qui, en 2011, met le feu aux poudres, « Le gender s’inscrit dans nos manuels » (Pierre-Olivier Arduin, 20 mai 2011), on peut lire la phrase suivante, qui rappelle dans sa syntaxe et les termes choisis celle de Revoredo: « Derrière le concept de gender se cache en effet une idéologie qui nie la différence sexuelle et la complémentarité naturelle entre l’homme et la femme ». Le texte d’Arduin est largement repris dans la sphère catholique, si bien que fin mai 2011, Christine Boutin adresse une lettre ouverte au ministre de l’Education, Luc Chatel, où elle s’inquiète d’un « enseignement directement et explicitement inspiré de la théorie du genre »; ses inquiétudes sont rapidement reprises par des députés et sénateurs de droite. A l’automne 2011, le député UMP Jean-Marc Nesme adresse une lettre à la Miviludes (Mission Interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DErives Sectaires) une lettre sur « la promotion de l’idéologie du gender dans les manuels scolaires », dans laquelle on lit, mot pour mot mais sans guillemets ni source, la phrase de Revoredo: « Derrière l’utilisation de l’expression ‘genre’ au lieu du mot ‘sexe’ se cache une idéologie qui cherche à éliminer l’idée que les êtres humains se divisent en deux sexes, c’est-à-dire en deux identités sexuelles distinctes ». Le même plagiat est commis par un autre membre de l’UMP, Jean-Luc Moudenc, dans une lettre publiée en 2013, alors qu’il était candidat à la mairie de Toulouse.

Ce qui m’intéresse particulièrement dans l’itinéraire de cette phrase, c’est qu’elle est révélatrice d’une dimension essentielle du discours antigenre. Celui-ci, né dans le discours catholique, dépasse la sphère religieuse avec l’implication d’hommes et de femmes politiques de droite en 2011. Ses origines catholiques se diluent encore plus avec les débats sur le « mariage pour tous », durant lesquels La Manif Pour Tous, notamment, dénonce vigoureusement « la théorie du genre » tout en se revendiquant aconfessionnelle et apolitique. On voit là que les frontières du champ dans lequel s’inscrit le discours antigenre sont complexes et mouvantes. Demeure cependant une constante, qui demande un effort généalogique pour être repérée: son ancrage catholique, à travers le filtre duquel passe le discours « pro-genre » avant d’être cité, traduit et interprété.

Références citées
Conseil pontifical pour la famille, [2003] 2005, Lexique des termes ambigus et controversés sur la vie, la famille et les questions éthiques, Paris, Pierre Téqui.
MAINGUENEAU Dominique, 1983, Sémantique de la polémique, Paris, L’Age d’homme.
___, [1996] 2009, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.
MARCELLESI Jean-Baptiste, 1976, « Analyse de discours à entrée lexicale (application à un corpus de 1924-1925) », Langages, n° 41, p. 79-124.
MATOS Jean, 2011, « Théorie du gender: un enjeu d’actualité », Eglise en Ille et Vilaine, n° 205.
MOUDENC Jean-Luc, 2013, « Je m’oppose à la théorie du genre » (post Facebook effacé, texte disponible à sur le site Union Républicaine).
VARNIER Christophe, 29 avril 2014, « Comment la théorie du genre s’introduit dans l’école », Liberté politique [Site].
2011, « Identité sexuelle: un député UMP saisit l’organe antisecte », L’Express [Site d’information].

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "La circulation des citations dans le discours antigenre," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 03/07/2015, consulté le 15/12/2017, http://cursives.hypotheses.org/197. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. anne soupa dit :

    Merci de ce travail de décryptage…. Bien à vous, AS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *