« Mot-écran » et linguistique folk (2/2)

La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître. (Blaise Pascal)

Dans la première partie de ce billet, j’ai expliqué ce qu’on entendait par linguistique folk: il s’agit d’un domaine d’investigation scientifique regroupant des énoncés relevant de « pratiques linguistiques profanes » (Achard-Bayle et Paveau 2008) et témoignant d’un savoir spontané des locuteurs sur le monde et sur le langage. Je mobilise cette notion ici pour tenter de comprendre les discours employant un terme que je viens seulement de découvrir: « mot-écran ». J’expliquais également dans le billet précédent que l’origine probable du terme se trouvait dans le concept freudien de « souvenir-écran », dont je retiens trois sens, proposés par Guy Rosolato (1975):

    sens 1: le souvenir-écran opère comme protection, il est ce qui cache; ce qui importe donc, c’est ce qu’il cache;
    sens 2: le souvenir-écran est un “composé”, une “condensation de souvenirs et de fantasmes,de telle sorte que se projettent en lui des éléments essentiels” (je souligne); il faut donc comprendre “écran” dans toute sa dimension visuelle;
    sens 3: le souvenir-écran fait écho au stade du miroir. Il est “indice d’une absence de signifiant plutôt que cette absence elle-même” et conduit donc “à un signifiant inconnu”.

La polysémie du terme écran, qui peut désigner à la fois ce qui cache / protège et ce sur quoi se projettent des images (dans le cadre freudien, des souvenirs ou fantasmes) est ce qui va guider l’analyse du petit corpus que j’ai constitué autour d’occurrences de mot-écran. L’une de ces occurrences (dans l’émission « Modes de vie, mode d’emploi » sur France Culture) est celle qui a éveillé mon intérêt. Pour l’anecdote, j’avais rencontré le mot pour la première fois le matin même, dans mon corpus, mais je n’arrive pas pour le moment à le retrouver; il était question de Christine Boutin, pour qui homophobie jouerait le rôle d’un « mot-écran ». Les occurrences que j’analyse ci-dessous viennent pour la plupart d’une simple recherche sur Google.

Mon objectif est double: il s’agit de comprendre, à partir de l’analyse du discours, le sens du terme en discours, mais aussi de comprendre quels savoirs linguistiques folk sur les mots peuvent présider à ces emplois et à l’imaginaire langagier qui se manifeste dans les énoncés.

Ca ne veut rien dire, ça n’a pas de sens

Les énoncés du corpus font appel à des définitions que, dans le cadre de mon travail de thèse, j’appelle définitions spontanées (c’est-à-dire produites en discours par des locuteurs qui ne sont généralement pas des linguistes; elles se distinguent des définitions des dictionnaires). Ces définitions prennent la forme de paraphrases ou de reformulations. Le trait définitoire principal attribué à mot-écran est, justement, l’absence de sens d’un tel mot, c’est-à-dire dans les exemples suivants de « communauté », « genre » et « kärcher ».

[1] A propos du mot « communauté »: « Ce mot [pause] écran [pause] enfin qui ne signifie pas grand-chose en réalité viendrait menacer un égalitarisme à la française. »

[2] « Mot vide, mot transparent, mot coquille, le mot « genre » était ainsi propice à se métamorphoser en mot épouvantail, mot chimère composé d’une bribe entendue ici, d’un exemple entendu là, mot écran où chacun projette ses peurs, ses fantasmes ou ses utopies : jamais le besoin de clarifier la notion, de donner des définitions, claires et précises, de faire, aussi, un véritable travail de pédagogie n’a été aussi important, une fois retombés les remous politicomédiatiques. »

[3] « Ce mot écran, ce mot poudre aux yeux a exacerbé les tensions, durci les camps et in fine, que s’est-il passé? Sarko a été élu et les conditions de vie dans les banlieues ne se sont pas améliorées. C’est ça que dit cette chronique, selon moi.Que sous les mots durs, les pectoraux gonflés, il n’y a qu’une fanfaronnade de cour de récré, mais pas d’actes concrets.
Autrement dit, tous les citoyens sont trompés par la rhétorique de Sarko s’ils le prennent au mot: aussi bien les partisans de la méthode Kärcher que ceux à qui elle donne des boutons. Ses mots écrans ne veulent rien dire, juste: « Poussez-vous de là que je m’y mette! » Je vais un pas plus loin encore, si vous le permettez: en rabotant les formes, en prenant des libertés avec le vocabulaire et la syntaxe, Sarko déconstruit la langue commune (le bien commun), pour, imposant son idiolecte et sa novlangue, détourner le français à son profit et imposer sa vision de la France….

Mot « qui ne signifie pas grand-chose », mot « vide / transparent / coquille », mot qui « ne [veut] rien dire » — mais pas complètement (« juste: « Poussez-vous de là que je m’y mette! » »), et surtout, pas pour tout le monde. L’emploi du terme implique en effet un jugement et est lesté de valeurs pour les locuteurs; ce jugement ne fera jamais consensus et dessine des clans, entre celles et ceux qui emploient le terme et celles et ceux qui affirment voir clair, justement, à travers « l’écran », la poudre aux yeux.

Un mot qui agit pour manipuler

Une personne sur Twitter me faisait justement remarquer un lien possible entre « mot-écran » et « écran de fumée »; non seulement c’est le même sens de écran qui est mobilisé, mais la locution écran de fumée désigne, dans son sens littéral, une tactique militaire qui, selon Wiktionnaire, est « utilisée afin de masquer la position exacte d’unités militaires à l’ennemi, par l’émission d’une fumée dense qui peut être naturelle mais est le plus souvent produite artificiellement à partir de grenades fumigènes ». Par extension, il désigne un « subterfuge qui consiste à masquer ses intentions réelles en effectuant ou promettant de faire autre chose ». Ce qui importe ici, c’est la dimension stratégique et les idées sous-jacentes de dissimulation et de manipulation, qu’on retrouve dans presque tout le corpus.

[3] « Ce mot écran, ce mot poudre aux yeux a exacerbé les tensions, durci les camps et in fine, que s’est-il passé? Sarko a été élu et les conditions de vie dans les banlieues ne se sont pas améliorées. »

[4] « La « faute » selon DSK : un mot écran pour éviter la vérité des faits« 

[5] « Face aux pièges à penser que tend le vocable ‘mythe’ et ses dérivés […], J.L Siran nous propose tout simplement de soulager notre discipline de cette prénotion ‘aveugle et aveuglante' »

On retrouve donc la dimension fortement morale des métadiscours formulés au sujet des mots qualifiés de « mots-écrans ». On peut cependant noter que c’est le mot lui-même qui semble investi d’un pouvoir de manipuler, même si les personnes employant le mot, comme dans [3], font aussi l’objet (par extension) d’une forte condamnation morale. L’énoncé [4], par exemple, qui met en avant le mot sur lequel porte l’ensemble de l’article, dissocie par sa syntaxe le locuteur, DSK, et l’intention d' »éviter la vérité des faits ».

Une vision manichéenne: les mots et les choses, la vérité et l’illusion, la réalité et la tromperie

Dans Langage et morale, Paveau définit ce qu’elle appelle le « discours vertueux » comme « un discours qui est ajusté aux valeurs en circulation dans la réalité complexe et instables des agents et de leurs environnements » (2013: 160). Cet ajustement concerne pour elle les agents et leurs relations (elle parle alors de « décence discursive »), le monde (la réalité et ses représentations) et « l’ensemble des productions verbales constituant la mémoire discursive des sociétés ». La vérité et l’ajustement entre les mots et les choses qu’ils sont censés désigner relèvent donc de la question des « bons » et des « mauvais » discours, c’est-à-dire des discours jugés comme tels par les locuteurs. Comme l’écrit Paveau, « nombre d’évaluations morales des discours portent sur leur rapport à la vérité, qui constitue une valeur à l’aune de laquelle on approuve ou on condamne les énoncés » (2013: 206). C’est par exemple un topos de la critique de la parole politique, considérée comme creuse, vide, dépossédée de tout sens, et pas seulement par les locuteurs dits « non-savants ». Tout le monde s’entend par exemple à condamner la langue de bois et à déplorer la mainmise des communicant·es sur l’expression politique. Ainsi, un des locuteurs du corpus commente:

[4] « C’est que « faute » est un mot polysémique qui renvoie aussi bien à l’univers de la morale, de la religion, de la justice qu’à celui du pouvoir ou des bienséances de sorte que sa signification est, parfois, indécise.
Et dans le cas présent, ce flou sémantique participe d’une stratégie de communication dont on sait qu’elle n’a pas emporté l’adhésion des téléspectateurs. Peut-être parce que communiquer n’est pas dire !
[…] Mais le choix du mot juste n’entrait pas dans sa stratégie de communication car « erreur » renvoie au paradigme du vrai et du faux. Et de la vérité des faits, il ne fut pas vraiment question. Peut-être parce que les procès à venir empêchent l’ancien directeur général du FMI d’avoir une parole entièrement libre ? »

Et plus loin:

[4] « « Je parle le langage de la mondialisation, je suis comme vous. Ma différence ? Ma rhétorique qui rappelle lointainement l’homme d’Etat que je reste. » C’est ce message que la « faute morale » qui, au regard de la vérité, n’est, en définitive, qu’un mot écran a cherché à faire passer. »

Un autre locuteur commente ainsi un discours de Claude Bartolone et la parole politique en général:

[6] « de tous ces mots et phrases mis bout à bout, ne m’atteint, ne me « parle », n’est pleinement vrai. Sauf une phrase, dont on peut dire qu’elle est « vraie », mais au sens psychanalytique et lacanien de la vérité du sujet, c’est à dire une vérité qui ne se donne à entendre que si on va la chercher sous la forme, plus ou moins déguisée et travestie, sous laquelle elle apparaît dans le discours […]. »

Quand le locuteur [4] (un linguiste publiant une tribune sur Rue89) s’exclame « peut-être parce que communiquer n’est pas dire! », il résume une idée omniprésente dans la linguistique folk et les savoirs spontanés sur la langue, résumée dans l’expression « parler pour ne rien dire ». Le mot « dire » est investi ici d’une force presque magique, incantatoire, renvoyant à l’idée d’une vraie parole qui est aussi une parole vraie, loin du brouhaha médiatique [2] et qui, seule, mériterait d’être prononcée. C’est en même temps l’idée d’une adéquation vers laquelle il faudrait tendre entre les mots et les choses, adéquation qui, seule, garantirait la vérité et donc la valeur du propos.

[6] « Un horizon dans une autre dimension que la nôtre, et pourtant c’est de nous qu’il parle, mais avec un emploi tel des mots et du langage, qu’il vide et abolit le sens du message que nous lui avons adressé. Il n’y a pas d’adéquation entre les mots convenus, propagandistes, vides, qu’il distribue, et ce qui le préoccupe, à savoir son propre sort, à venir. S’il y en a une, elle est pervertie. »

A l’exact opposé de cet idéal d’adéquation se situe le mot-écran, qui justement masque au lieu de révéler les choses qu’il est censé désigner.

[7] « Mot écran, mot vide en fait, réforme masque des réalités inquiétantes. Et son premier usage est de rendre acceptable aux yeux de tous, le démantèlement des institutions publiques, l’accélération des privatisations, la casse des droits sociaux, la violence du système. »

C’est ainsi qu’on peut comprendre l’obsession contemporaine avec 1984 et la « novlangue » imaginée par George Orwell, agitée comme un épouvantail et présentée comme un risque permanent et bien réel pour la parole politique aussi bien à droite qu’à gauche. Je cite ainsi pour conclure ce billet la présentation d’un blog entièrement consacré à la dénonciation d’une telle parole, blog qui fournirait un très beau corpus pour une analyse discursive de la folk linguistique:

[8] « L’Allemagne nazie a eu la LTI (Lingua Tertii Imperii); la Russie soviétique, la TFT (toufta); le communisme et les pays où il a régné, la novlangue; les organisations socialistes ou autres, la langue de bois; la France a aujourd’hui sa NLF ou Nouvelle Langue Française, la langue écran ou herse ou camisole de force des bien pensants qui, en nous imposant des mots frelatés, veulent nous interdire de saisir le réel et de le penser. »

Sources des énoncés du corpus
[1], [2], [3], [4], [5], [6] , [7] , [8]

Liens de l’article:
– Sur les Docks (podcast), Collection Sur Les Lieux de : Le monde des communicants
– Sur les Docks (podcast), Se désintoxiquer de la langue de bois
– Les Nouvelles Vagues (podcast), La langue (5): du bon usage des éléments de langage

Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "« Mot-écran » et linguistique folk (2/2)," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 28/05/2015, consulté le 20/08/2017, http://cursives.hypotheses.org/133. ISSN 2493-1764

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *