« Mot-écran » et linguistique folk (1/2)

« I don’t know what you mean by ‘glory,’  » Alice said.
Humpty Dumpty smiled contemptuously. « Of course you don’t—till I tell you. I meant ‘there’s a nice knock-down argument for you!’  »
« But ‘glory’ doesn’t mean ‘a nice knock-down argument’, » Alice objected.
« When I use a word, » Humpty Dumpty said, in rather a scornful tone, « it means just what I choose it to mean—neither more nor less. »
« The question is, » said Alice, « whether you can make words mean so many different things. »
« The question is, » said Humpty Dumpty, « which is to be master—that’s all. »
(Lewis Carroll, Through The Looking-Glass, 1875)

Pour des questions de longueur et de lisibilité pour un format blog, je publie ce billet en deux parties. Dans la première, je présente quelques énoncés dans lesquels apparaît le terme « mot-écran ». J’explique ensuite ce que j’entends par « linguistique folk » et je présente ce qui me semble être l’origine du terme, à savoir le concept freudien de « souvenir-écran ». Dans la deuxième partie du billet, je m’appuierai sur ces éléments pour proposer une interprétation de mon corpus, en mettant l’accent sur les conceptions folk du sens, du pouvoir d’agir des mots et du rapport entre les mots et les choses.

Quelques énoncés

Je livre ces énoncés tels quels, en donnant simplement leur source (la mise en gras est de moi).

    – « Ce mot [pause] écran [pause] enfin qui ne signifie pas grand-chose en réalité viendrait menacer un égalitarisme à la française. » (l’historien Colin Giraud à propos du mot « communauté » dans l’émission de France Culture « Modes de vie, mode d’emploi », épisode « Quartiers Gays: les communautés dans la ville »)
    – « La « faute » selon DSK : un mot écran pour éviter la vérité des faits » (titre d’un article de Rue89)
    – « Mot vide, mot transparent, mot coquille, le mot « genre » était ainsi propice à se métamorphoser en mot épouvantail, mot chimère composé d’une bribe entendue ici, d’un exemple entendu là, mot écran où chacun projette ses peurs, ses fantasmes ou ses utopies : jamais le besoin de clarifier la notion, de donner des définitions, claires et précises, de faire, aussi, un véritable travail de pédagogie n’a été aussi important, une fois retombés les remous politicomédiatiques. » (extrait en ligne du livre de Christine Détrez, Quel genre?)
    – « Ce mot écran, ce mot poudre aux yeux a exacerbé les tensions, durci les camps et in fine, que s’est-il passé? Sarko a été élu et les conditions de vie dans les banlieues ne se sont pas améliorées. C’est ça que dit cette chronique, selon moi.Que sous les mots durs, les pectoraux gonflés, il n’y a qu’une fanfaronnade de cour de récré, mais pas d’actes concrets. » (commentaire sur le site Arrêt Sur Images)

    Qu’est-ce que la linguistique folk?

    Dans le cadre de ma thèse sur les polémiques autour des mots du genre entre 2011 et 2014, ce qu’on appelle la folk linguistics est passée en un an d’un domaine important à un aspect majeur de mon travail. Pour définir la linguistique folk (populaire, spontanée, profane…), le mieux est encore de laisser la parole à Marie-Anne Paveau, qui a largement contribué à développer ce champ d’études en France. Elle revient dans un article publié en 2008 sur cette émergence:

    L’existence d’un ensemble de pratiques linguistiques désignables comme « folk » (ou, d’ailleurs, par tout autre adjectif stabilisé dans le domaine comme profane, spontané, sauvage, naïf, laien ou lay) ne fait guère de doute et un champ d’investigation particulièrement riche s’est ouvert pour les linguistes que préoccupent les productions imaginaires et représentationnelles des locuteurs quels qu’ils soient.

    Dans la présentation du numéro qu’elle co-dirige et où paraît cet article, « Linguistique populaire? », elle décrit avec Guy Achard-Bayle plus précisément la dimension épistémologique de ce domaine:

    On proposera pour l’instant d’appeler « populaire » le savoir spontané des acteurs sur le monde (déposé dans les proverbes ou dictons par exemple), qui se distingue du savoir savant ou scientifique comme le savoir-faire se distingue du « savoir que » et le sens commun du savoir scientifique. Ce savoir spontané est constitué de connaissances empiriques, non susceptibles de vérification logique (le savoir spontané n’est ni vrai ni faux, on parle alors de « savoir approximatif », comme l’explique F. Markovits) et de croyances qui constituent des guides pour l’action : les légendes urbaines ou les influences de la lune sur la pousse des plantes sont des croyances relevant du savoir spontané.

    Achard-Bayle et Paveau expliquent que ce domaine d’investigation regroupe « l’ensemble des énoncés que l’on peut qualifier de pratiques linguistiques profanes » qui désignent, évaluent ou réfèrent à des phénomènes langagiers pour produire:

      – « des descriptions ou (pré)théorisations linguistiques »,
      – « des prescriptions comportementales »,
      – « des interventions spontanées sur la langue » que les grammairiens et les puristes qualifieraient de « fautes ».

    Ce qui suit devrait permettre de saisir quelques types d’énoncés concernés, qui relèvent de la description linguistique et sont riches de savoirs et croyances folk sur le langage. J’ajoute que je suis Paveau dans sa volonté de ne pas séparer radicalement linguistiques « savante » et « folk » et de ne pas disqualifier cette dernière. S’interrogeant sur la valeur des théories folk portant sur le langage, elle propose d’adopter une position intégrationniste, c’est-à-dire de considérer que les données folk sont, de plein droit, des données linguistiques et doivent en tant que telles être pleinement intégrées dans l’analyse linguistique:

    La folk linguistique possède en effet une validité, d’ordre pratique et représentationnel, et doit être de ce fait considérée par la linguistique scientifique comme un réservoir de données qu’aucun linguiste professionnel ne rassemble à l’aide de méthodes dites « scientifiques ». (2008)

    Mot-écran: sens exclus et origines possibles

    Avant d’en arriver à une définition de mot-écran d’après les usages faits du terme dans le petit corpus que j’ai formé, j’explicite deux sens que je laisse de côté et je m’interroge sur les origines possibles du terme.

    En linguistique

    En faisant des recherches pour ce billet, j’ai découvert que mot-écran était… une notion linguistique. Je ne l’ai trouvée que sur des sites de grammaire québécois, comme celui-ci, pour qui il s’agit d’un mot « faisant écran entre verbe et sujet ou entre adjectif et nom, et pouvant entraîner un phénomène de déviation de l’accord: Les enfants de ma voisine *joue dans le parc (jouent); De ma fenêtre, je les *observent parfois (observe). Ce n’est pas ce sens qui m’intéresse ici, bien qu’il exploite les mêmes acceptions du mot écran: « objet conçu pour arrêter un rayonnement » et, par extension, « Tout ce qui fait arrêt, dissimule, souvent pour protéger de quelque chose ».

    En psycholinguistique

    J’ai aussi découvert que le terme était employé en psycholinguistique, ce qui semble pointer vers l’origine psychanalytique du terme que je développe ci-dessous. Cet article du journal La Recherche explique l’utilisation du concept dans ce domaine, dans la situation bien connue du « mot sur le bout de la langue »:

    Chacun de nous a expérimenté cette situation, dans laquelle on n’est pas capable de retrouver le mot recherché, mais où l’on est absolument certain de le connaître, on le sent là, prêt à jaillir. Il ne vient pas – ce qui nous met dans un état de frustration intense. Très souvent, c’est un autre mot qui arrive à notre conscience, dont on sait, également avec une conviction intense, que ce n’est pas le bon. Et l’on a l’impression que ce mot-écran bloque l’arrivée de la bonne réponse.

    Origine psychanalytique

    Je n’ai pas trouvé de sources concernant l’origine précise de mot-écran mais, suite à des suggestions formulées sur Twitter (je remercie les personnes m’ayant orientée dans cette direction), je me suis intéressée au « souvenir-écran » de Freud, qui me semble être la source la plus plausible du terme. Je ne connais pas grand-chose à la psychanalyse et me contenterai donc de pointer vers l’article Wikipédia, qui me semble assez bien fait, cette page d’un dictionnaire de psychanalyse en ligne et un article du psychiatre et psychanalyste Guy Rosolato datant de 1975. Le dictionnaire en ligne définit le concept ainsi (la mise en gras est de moi):

    Souvenir infantile se caractérisant à la fois par sa netteté particulière et l’apparente insignifiance de son contenu. Son analyse conduit à des expériences infantiles marquantes et à des fantasmes inconscients. Comme le symptôme, le souvenir-écran est une formation de compromis entre des éléments refoulés et la défense.

    Guy Rosolato, lui, en présente trois sens, en partant du plus évident. C’est sur cette présentation que je m’appuierai pour l’analyse de mon corpus.

      sens 1: le souvenir-écran opère comme protection, il est ce qui cache; ce qui importe donc, c’est ce qu’il cache;
      sens 2: le souvenir-écran est un « composé », une « condensation de souvenirs et de fantasmes,de telle sorte que se projettent en lui des éléments essentiels » (je souligne); il faut donc comprendre « écran » dans toute sa dimension visuelle;
      sens 3: le souvenir-écran fait écho au stade du miroir. Il est « indice d’une absence de signifiant plutôt que cette absence elle-même » et conduit donc « à un signifiant inconnu ».

    Rosolato propose donc de le définir comme

    un obstacle, c’est-à-dire une forme permanente douée d’opacité […] qui de plus est suffisamment homogène (par sa banalité) pour ne pas absorber ou brouiller les informations dont il peut se charger.

    Le concept de souvenir-écran repose donc sur la polysémie paradoxale du mot « écran »: il est à la fois ce qui cache, protège, et sur quoi sont projetés des « souvenirs » et des « fantasmes »; il n’est pas le vide mais l’indice d’un vide qu’il s’agit de combler, pour retrouver un sens qui reste inaccessible, inconnu. Je montrerai dans la deuxième partie de ce billet que ce paradoxe est à l’oeuvre dans les usages du terme mot-écran et permet de saisir des fondamentaux de la linguistique folk.

    Références citées
    ACHARD-BAYLE Guy et PAVEAU Marie-Anne, 2008, « Présentation. La linguistique « hors du temple » », Pratiques [En ligne], 139-140 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mai 2015. URL : http://pratiques.revues.org/1171.
    PAVEAU Marie-Anne, 2008, « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? », Pratiques [En ligne], 139-140 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mai 2015. URL : http://pratiques.revues.org/1200 ; DOI : 10.4000/pratiques.1200.
    ROSOLATO Guy, 1975, « Souvenir-écran », Communications, 23, p. 79-87, consulté le 26 mai 2015. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1975_num_23_1_1350; DOI : 10.3406/comm.1975.1350.

    Pour citer cet article: Anne Charlotte Husson, "« Mot-écran » et linguistique folk (1/2)," (Dis)cursives [Carnet de recherche], 26/05/2015, consulté le 20/08/2017, http://cursives.hypotheses.org/117. ISSN 2493-1764

    Anne Charlotte Husson

    Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

    More Posts

    Follow Me:
    TwitterLinkedIn

Anne Charlotte Husson

Curieuse invétérée, féministe incorrigible, apprentie chercheuse et aventurière des mots.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *